Motocross MXGP

Romain Fèbvre : “Je me sens beaucoup mieux !”

Romain Fèbvre : “Je me sens beaucoup mieux !”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Septième du classement provisoire MXGP en arrivant en Italie ce week-end, Romain Fèbvre n’a de toute évidence pas connu le début de saison qu’il espérait. Après 4 GP “overseas”, le championnat fait son entrée en Europe à Arco di Trento ce week-end et le champion du monde 2015 espère bien en profiter pour se replacer sur le devant de la scène.

“Après 4 GP overseas d’entrée de jeu, cela fait du bien de revenir en Europe”, nous confie-t-il. “Sur les GP lointains comme ceux que l’on vient de disputer, il n’est pas toujours évident d’avoir toutes les pièces que l’on souhaite, la logistique est compliquée à gérer. De plus, les décalages horaires m’ont empêché d’être au top de ma forme.”

Sur les huit manches disputées jusqu’à présent, l’officiel Yamaha n’est en effet monté qu’à une seule reprise (deuxième manche au Qatar) sur le podium. Manque de réussite pour l’un des pilotes les plus rapides du plateau mais aussi des circuits qui ne lui convenaient pas aussi bien que les saisons précédentes. “Mis à part le circuit du GP d’Argentine qui était bien préparé, les circuits étaient clairement moins agréable à rouler que les années précédentes. Je m’y sentais moins à l’aise”, explique-t-il. “Cela a rendu le début de saison compliqué. Un point positif, par contre, c’est que mon coéquipier (Jérémy Van Horebeek, NDLR) et moi-même prenons systématiquement de bons départs. C’est une excellente chose. Mais je constate qu’il est compliqué aujourd’hui de mettre au point une machine qui convienne à la fois pour les départs et en course.”

L’ancien champion du monde est donc toujours à la recherche des bons réglages sur sa Yamaha 450 factory. “On a fait pas mal de changements sur la moto durant ces deux semaines “off”. J’espère avoir enfin trouvé le «problème» qui m’empêche de rouler à mon meilleur niveau depuis le début de saison”, confirme-t-il. “Je me sens beaucoup mieux à présent. Pas plus confiant parce que je l’ai toujours été. Mais l’entrainement est une chose, la course en est une autre. On roule toujours plus agressif en course et pas forcément comme on aimerait. Cela dépend en fait de beaucoup de facteurs, comme les pilotes qui sont devant, le comportement de la moto…”

Propos recueillis par Loïc Lassence

Vos commentaires