Essai Yamaha YF-Z 450 | Yamaha redéfinit le quad

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Avec son cadre alu, son injection électronique, sa géométrie inédite et son look ravageur, le dernier né de la gamme Yamaha a tous les atouts dans son jeu pour devenir la nouvelle référence sur le marché du quad sportif. Performances et agrément exceptionnels sont en effet au rendez-vous sur un quad qui ne connaît pas les compromis et qui permet à la marque aux 3 diapasons de redéfinir, une nouvelle fois, le monde du quad.

Ces derniers mois, la concurrence avait pourtant pris une légère longueur d’avance en présentant tour à tour des quads élargis, équipés de cadres en aluminium et alimentés par injection électronique. Pour se replacer dans la course, les ingénieurs Yamaha ont travaillé dur cet été pour nous présenter aujourd’hui leur tout nouveau YFZ 450-R. Un modèle qui ne remplace pas le 450 YFZ mais qui vient plutôt compléter la gamme sportive de la marque. En s’appuyant sur l’excellente base du YFZ, les Japonais ont développé un quad sans compromis, taillé pour la course jusque dans les moindres détails. Avec un seul objectif en tête : faire du 450 YFZ-R la nouvelle référence sur le marché du quad sportif.

La géométrie est largement revue par rapport à celle du 450 YF-Z. Non seulement, l’ensemble est considérablement élargi mais les amortisseurs Kayaba sont également inédits. Développés pour le 450 YFZ-R, ils permettent de grands débattements (250mm pour 230 seulement sur le 450 YFZ) et sont réglables en compression comme en détente, haute et basse vitesse. A l’arrière, le bras oscillant a été allongé et permet ainsi de gagner 10mm en débattement, lequel passe donc à 280mm.

D’un point de vue technique, les Japonais n’ont pas lésiné sur les moyens puisque ils ont choisi d’alimenter leur redoutable bloc 450 issu de la production cross de la marque par un système d’injection électronique, dérivé de celui utilisé sur le Raptor 700.
Ce bloc surpuissant est logé dans un inévitable cadre en aluminium, renforcé par un alliage d’acier afin d’obtenir une rigidité optimale du chà¢ssis.

Pour le look, pas de doute, c’est un Yamaha. Si les designers restent fidèle à la ligne générale des autres modèles sportifs de la marque, le 450 YFZ-R va néanmoins encore plus loin en offrant des courbes plus agressives, une ligne plus racée, sans compter que la combinaison du bleu avec le noir et l’aluminium n’a rien de déplaisant.

Ergonomie générale revue

Par rapport au 450 YFZ, l’ergonomie générale a également été largement optimisée. La selle est par exemple beaucoup plus fine et favorise les déplacements du pilote, tandis que le guidon sans barre de renfort en provenance de chez Pro Taper peut être déplacé en fonction de la position du pontet (4 positions) sur la colonne, ce qui permet à tous les gabarits de se sentir à l’aise.

Côté équipement, c’est forcément rudimentaire mais néanmoins suffisant avec notamment un petit tableau de bord qui intègre un témoin d’essence, un indicateur de point-mort et un voyant de température.

C’est sur la superbe piste de motocross de Saint-Jean d’Angély, près de Bordeaux, que Yamaha avait décidé de présenter le nouveau fer de lance de sa gamme sportive. Hélas, le circuit avait été transformé en immense bourbier par un violent orage matinal… Même si les conditions n’ont donc pas été idéales, les quelques tours de piste effectués en fin de journée sur une piste en train de sécher à grande vitesse ont néanmoins permis de mettre en avant tout le bien-fondé du travail de fond accompli par les ingénieurs Yamaha.

Performant mais accessible

Lorsque l’on s’assoit sur le 450 YFZ-R, on se sent immédiatement bien. La nouvelle selle est confortable et les commandes tombent naturellement sous la main. Un pression du pouce droit sur le démarreur électrique et le 450 4-temps démarre, dans une discrétion appréciable et assez étonnante pour un bloc d’un tel niveau de performances.

Dès les premières difficultés, l’évolution par rapport au 450 YZF est sensible, tant au niveau du moteur, très linéaire et particulièrement bien rempli à bas et mi-régimes, que de la partie-cycle, remarquablement suspendue et offrant un comportement plutôt rassurant.
On apprécie également la relative facilité de prise en mains d’un quad pourtant pensé avant tout pour la compétition. Même si le bloc 450 est loin d’être avare en performances et en sensations, le nouveau YFZ-R reste en effet accessible grà¢ce à la souplesse exemplaire de son moteur et à l’excellent niveau de son chà¢ssis.

Avec le YFZ 450-R, Yamaha vient donc sans doute bien de donner le jour à une nouvelle référence. Une machine prête à prendre le départ des compétitions les plus exigeantes, qui devrait séduire les pilotes avertis comme les amateurs de sensations fortes…
Si l’on sait déjà que le 450 YFZ-R sera disponible chez nous dès janvier 2009, son prix n’est pas encore connu mais devrait être forcément supérieur à celui du 450 YFZ.

Texte: Olivier Evrard | Photos: Yamaha

Vos commentaires

Plus d’actu

  • Une Chinelle “light” pour sauver l’épreuve

    Une Chinelle “light” pour sauver l’épreuve

    S’il y aura bien une Chinelle cette année, il ne s’agira pas des 12 Heures de la Chinelle telles qu’on les a connues sur les 40 éditions précédentes. Les organisateurs …
  • Vidéo : le GP de Lommel avec le team JM Honda Racing

    Vidéo : le GP de Lommel avec le team JM Honda Racing

    On profite de belles images du GP de Lommel à travers celles capturées par Shoot You pour le team JM Honda Racing qui aligne cette année en MXGP Michele Cervellin …
  • Jago Geerts : “Un sentiment fabuleux !”

    Jago Geerts : “Un sentiment fabuleux !”

    On n’avait plus célébré de victoire belge sur le GP de Belgique depuis le succès de Kevin Strijbos, quand le pilote de Wuustwezel avait créé la surprise en imposant sa …
  • Vidéo : les duels du GP de Lommel

    Vidéo : les duels du GP de Lommel

    Le 6ème week-end de la saison MXGP ce dimanche à Lommel a été, comme toujours dans le sable limbourgeois, riche actions et en duels intéressants. Retour en images sur 4 …