Interview Marc De Reuver | Marc De Reuver: “Pour le plaisir!”

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

On peut dire de certains pilotes qu’ils savent mettre un peu de piment lors des compétitions. Et même en dehors. C’est le cas de Marc De Reuver qui est, comme chacun sait, un personnage haut en couleurs. Notre Hollandais favori, qui réside à Lommel, est d’un caractère naturellement joyeux. Pourtant, lors de la saison dernière, ‘Calimero’ n’a pas vraiment connu beaucoup de motifs de satisfaction. En effet, pour sa troisième saison en MX1, Marc a vu s’envoler toutes ses illusions lors d’une chute terrible à l’entraînement, à Eersel. De Reuver a dà» passer par une phase de revalidation très pénible et, s’il est à nouveau là, c’est en grande partie grà¢ce à tous les efforts consentis ainsi que grà¢ce à sa grande force de caractère. C’est d’ailleurs cette ligne de conduite que Marc veut continuer à suivre pour sa prochaine saison. Bref, ‘boulotter’ au lieu de ‘déconner’! Ce qui n’empêche pas le sympathique pilote du team Beursfoon Suzuki de nous consacrer un peu de son temps avec la même bonne humeur qu’on lui a toujours connue…

Comment vas-tu en ce moment?

Marc De Reuver: “Bien, surtout si on tient compte de la période que j’ai traversée ! Quand j’évoque la saison écoulée, il y a peu de choses dont je puisse me réjouir. Maintenant, je suis à nouveau en pleine forme. La moto marche très fort, le team fait ce qu’il faut et l’entente entre nous est excellente. Je sens que les choses vont bien se passer.

Tu n’as pas un peu peur de rejoindre un team privé? Ne considères-tu pas que c’est un pas en arrière en ce qui te concerne?

Marc De Reuver: “Un peu. Il ne faut pas oublier que j’ai eu un statut de pilote d’usine de 2002 à 2009. On s’habitue dès lors à certains standards. J’ai donc effectivement considéré que c’était une certaine forme de ‘dégradation’. Maintenant, je dois bien reconnaître que le Beursfoon Suzuki team fonctionne comme un team professionnel et que la Suzuki qu’ils m’ont mise au point marche du tonnerre.”

Il faut dire aussi que le préparateur du team, Mark Hoegee, a beaucoup d’expérience, notamment en Championnat du Monde Supersport et en MotoGP…

Marc De Reuver: “Et cette expérience a été mise à profit. La moto a énormément de potentiel. En outre, ce qui est bien dans un team privé, c’est qu’on dispose d’énormément de liberté pour faire ce qu’on veut.”

Cela a duré pas mal de temps avant qu’on connaisse ton nouveau team, non?

Marc De Reuver: “Oui, c’est vrai mais ce n’était pas évident de trouver un nouveau team. Je serais volontiers resté chez Honda-Martin mais il est vite apparu que cela ne serait pas possible. J’ai déjà commencé à me chercher un nouveau team à partir du GP en Tchéquie. A Loket, je me suis entendu dire par le team KTM-Silver Action qu’ils avaient déjà enregistré la candidature de Steve Ramon. J’avais un peu peur qu’il n’y ait plus que des places libre que dans des teams comme Sturm-Kawasaki. Finalement, du moment où j’ai commencé à discuter avec Beursfoon, les choses se sont conclues assez vite. Nous avons pas mal de choses en commun et nous sommes tous deux originaires de la région d’Amsterdam. Le propriétaire du team, John Beijer, est quelqu’un que je connais depuis vingt ans et qui a même été un de mes sponsors dans le passé!”

Tu as l’air aujourd’hui serein mais j’imagine que tu es passé par des moments difficiles lorsque ta blessure t’a écarté des circuits pendant de longs mois?

Marc De Reuver: “Oui, il faut reconnaître que j’étais au plus bas moralement. Heureusement, je suis à nouveau en bonne condition mais cela n’a pas été une partie de plaisir pour retrouver la forme. En même temps, lorsque je me suis retrouvé blessé, il y avait rien que je puisse y faire. C’est une question de chance. Lorsque tu vois les risques que certains pilotes prennent en course… Et, le plus souvent, ils s’en sortent bien! Je pense à Philippaerts l’an dernier ou à Desalle lors de la saison écoulée. Vraiment, tu ne souhaites à personne de se blesser et surtout pas d’avoir des fractures du bassin et de la hanche!”

Chacun voulait te voir rouler à nouveau en fin de saison. En plus, Lierop est un de tes circuits favoris. J’imagine que la pression des sponsors était énorme. Surtout que Honda-Martin devait déjà se passer de Kevin Strijbos…

Marc De Reuver: “C’est évident que cette pression a joué un rôle mais, au final, c’est moi qui avais envie de rouler. Je voulais prouver que j’étais toujours bien là! Par dessus tout, je voulais remercier mon team et pour mon mécanicien pour tout ce qu’ils avaient fait pour moi. Lorsque je regarde en arrière, c’est évident que ce n’était pas vraiment une bonne idée de participer au GP du Brésil. En effet, après Lierop, mon dos me faisait souffrir. A Canelinha, lorsque j’ai roulé, je n’avais plus de sensations dans le pied et dans une partie de la jambe de sorte que mon pied glissait du pose-pied. J’ai vraiment joué avec le feu ,ce jour-là!”

A quoi ressemble ton programme pour 2010?

Marc De Reuver: “D’abord participer au Championnat du Monde, bien sà»r! Ensuite, comme je roule dans un team hollandais, je participerai évidemment au championnat hollandais puis sans doute à quelques épreuves du championnat de Belgique. Dans le cadre de ma préparation, je ferai également les classiques d’avant-saison: Mantova, Lommel, Valence, Hawkstone Park…”

Tu veux parler de tes sponsors pour la saison prochaine?

Marc De Reuver: “Ce seront beaucoup de vieilles connaissances. Je continuerai à collaborer avec AXO pour les équipements et les bottes, Smith en ce qui concerne les lunettes et je porterai à nouveau un casque Arai. Enfin, et ce qui me fait particulièrement plaisir, je continuerai à collaborer avec Red Bull. Je ne peux donc certainement pas me plaindre sur le plan du sponsoring. Mes sponsors, à l’instar de mes supporters, me sont restés fidèles! Je suis déjà certain que 2010 sera une année fantastique! (rires) Peut-être parce que je ne me suis pas fixé d’objectifs sur le plan sportif! Je veux simplement me faire plaisir et puis on verra comment les choses évoluent…”

Texte: Tom Jacobs

Vos commentaires

Plus de motocross