Interview Philippe Billy | Philippe Billy s’offre une seconde jeunesse

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Il y a des pilotes qui, de par leur longévité et leurs résultats, marqueront à  jamais le motocross amateur. C’est le cas notamment de Philippe Billy, multiple champion en Nationaux et en Inters à  l’AMPL. A bientôt 46 ans, le Rochefortois est devenu un monument de la fédération luxembourgeoise. Ce qui ne l’empêche pas de s’offrir une véritable seconde jeunesse cette année dans une catégorie des Seniors Open dans laquelle il avoue opposer avec plaisir son immense expérience à  la fougue de pilotes souvent 25 ans moins à¢gés!

La passion pour ce sport lui est venue de son frère, Bernard Billy, ancien très bon pilote inter FMB. Il nous explique: « Mon frère a commencé à  rouler en 1972. Pour ma part, j’ai commencé à  la FMB en 1983 pour ensuite passer à  l’AMPL l’année suivante. Je suis retourné à  la FMB en 1987 où je termine cinquième au championnat de Belgique avec des pilotes du calibre de Werner Dewit. Par la suite, je suis revenu à  l’AMPL pour ne plus jamais quitter cette fédération.» Pourtant, au début des années 2000, Philippe effectue un break de 4 ans pendant lequel il aura d’ailleurs l’occasion de travailler comme mécanicien sur les Grand-Prix. « J’ai travaillé durant deux saisons comme mécano dans le team Lapraille-Casola qui faisait rouler à  l’époque des pilotes comme Patrick Caps, Johnny Aubert et Christian Stevanini dont je m’occupais en particulier. En 2005, à  la demande de Guy Donville de chez Offroad, j’ai repris la compétition à  l’AMPL au guidon d’une GasGas 125. Cela a été ma seule infidélité à  Kawasaki!». En effet, dès 2006, il retourne à  ses premières amours, à  savoir une Kawasaki de chez Jadoul, pour qui il roule depuis 1989.

Les Seniors Open ou le choc des générations

Depuis cette année et à  sa demande, Philippe roule dans la catégorie des Seniors open, alors qu’il évoluait encore en Inters l’année passée. En le voyant évoluer dans cette nouvelle catégorie, on se rend compte que le pilote du club de Gesves prend vraiment beaucoup de plaisir. « L’année passée, avec le système de trois manches en Inters, j’ai vraiment eu du mal. Je suis monteur en charpentes métalliques. Je me lève chaque jour à  5 heures du matin, je ne m’entraîne presque jamais et vu mon à¢ge, j’ai vraiment eu des difficultés. En Seniors, la catégorie est très relevée, très homogène et ça roule propre également. Je roule avec des «gamins» qui ont aussi beaucoup de talent et avec qui on s’offre de belles bagarres, comme par exemple à  Bastogne avec Jérôme Doyen et Kevin Hoffman, qui sont 25 ans plus jeunes que moi!» La fougue des jeunes contre l’expérience d’un pilote plus mature. « Même si physiquement je suis encore en forme, il est clair que mon expérience joue un grand rôle dans mes résultats actuels. Le choix des trajectoires par exemple est un véritable plus. »

Philippe occupe actuellement la troisième place du championnat après avoir terminé également troisième du championnat de printemps. Le début de saison ne fut pourtant pas si simple pour lui. «Avant la saison, certaines personnes pensaient que j’allais tout gagner. Mais je savais que je devrais me cracher dans les mains chaque dimanche. J’ai commis quelques petites erreurs à  l’entame de la saison. J’étais certainement un peu trop «chaud». Maintenant, je suis plus prudent. Je suis dans le top-trois au général et mon objectif est de rester à  cette position. »

Philippe avoue avoir commis de petites erreurs, ce qui manifestement est le cas de beaucoup de pilotes expérimentés de la catégorie. On ne compte pas en effet le nombre de pilotes anciennement en Seniors MX1 qui se sont blessés cette année. Phénomène que Philippe a du mal à  expliquer. «Le niveau en Seniors open est vraiment bon. Même moi, au début de saison, je ne pensais pas que ça irait aussi vite. Il est possible que pour certains cela soit un peu trop. Mais il y a aussi une part de malchance dans ces chutes. »

Top-3 veut dire également retour possible en Inters en 2012. Sur ce point, il nous affirme : « Je pense avoir assez donné en Inters. J’ai un bon palmarès et j’ai fait mon boulot dans cette catégorie. J’ai demandé pour redescendre cette année, et vu mon à¢ge relativement avancé, le président m’a dit que je ne remontrais plus. Maintenant, si le comité décide de me faire monter … je trouverais ça un peu ridicule. Surtout que je pense rouler encore un an ou deux avant de ranger ma moto. Pour de bon cette fois! Je resterai cepedant sur les circuit puisque je m’occupe depuis cette année de mon filleul (Mathéo Léonard, ndlr) qui effectue une bonne première saison chez les 50cc.»

Une bonne année pour l’AMPL

Philippe trouve également que cette année est vraiment bonne pour la fédération : « Je pense que la catégorie Seniors Open est une bonne chose. Même si j’avoue qu’au départ, comme beaucoup, j’étais sceptique. La catégorie des Espoirs est aussi une belle catégorie, relevée, qui offre de belles manches. Il n’ y a peut-être que pour les Inters où les manches sont moins intenses cette année. De plus, les clubs font de gros progrès dans beaucoup de domaines et je les en remercie. Maintenant, comme partout, il y aura toujours des mécontents. J’organise avec le club de Gesves, et je sais l’investissement que cela demande. Ce n’est pas toujours facile. »

Le club de Gesves, qui a dà» annuler son épreuve cette année. Il nous explique pourquoi: « Nous avons rentré la date d’organisation trop tardivement. Et la date qui nous a été attribuée par la suite tombait le jour des communions à  Gesves. Donc, à  partir de là , il était difficile de mobiliser assez de bénévoles pour pouvoir proposer une bonne organisation. »

Dans moins d’un mois, Philippe participera à  une Xième Chinelle. Renaud Gérard et Joachim Fraselle l’accompagneront dans l’aventure : «Nous roulerons avec ma Kawa préparée par Jadoul. J’ai repris la Chinelle il y a quelques années avec des classements souvent très honorables, même si l’année passée nous n’avons pas été bien loin. Si tout va bien, nous viserons une place entre 10 et 20èmes. Mais la Chinelle reste la Chinelle, et on ne sait jamais ce qu’il peut s’y passer.»

Philippe termine en remerciant quelques personnes qui l’aident et en particulier ” les établissements Jadoul, mon mécanicien Olivier Katté, le team Sidv et Stéphane Verstapen, les toitures Talbot, Alain Colin du garage Nissan à  Rochefort, Marc Casola, ainsi que toutes les personnes qui m’aident et me supportent le long des terrains. »

Texte & photos: Yannick Bernard – Bernardmx.com

Vos commentaires

Plus de motocross