Interview Maxime Desprey | Maxime Desprey: “Je peux jouer la victoire!”

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Coaché par Bruno Losito, dont la réputation n’est plus à  faire, Maxime Desprey rempile pour une deuxième saison en championnat d’Europe. Fort d’une place de vice-champion de France 2012 derrière Valentin Teillet, le pilote NGS est maintenant pleinement concentré sur son objectif européen et revient pour nous sur ses ambitions et son début de saison.

Présent à  St Jean d’Angély pour l’ouverture du championnat d’Europe EMX2, on t’a plutôt vu à  ton avantage sur le tracé Angérien. Peux-tu analyser ton week-end ?

Maxime Desprey :”Ce fut un très bon week-end pour moi, en effet. Avant d’arriver sur cette course avec Bruno, on ne connaissait pas les adversaires, et ma vitesse par rapport aux autres pilotes … J’ai vu que je pouvais me battre aux avant-postes et jouer la victoire. Tout d’abord, j’ai gagné ma manche qualif’, en première manche je termine second à  même pas une seconde du premier… J’ai manqué d’agressivité et de changements de trajectoires! Le soir, après cette manche, j’ai vu que j’étais dans le coup et cela m’a mis en confiance! En deuxième manche, j’étais en tête, je passe second suite à  une petite erreur et quelques tours après, un cailloux a bloqué ma pédale de frein et m’a fait chuter… Je repars en 18ème position et remonte 12ème. Malgré ce problème technique, tout s’est bien déroulé et je suis confiant pour les prochaines épreuves.”

Tu es tout nouveau au sein de l’équipe NGS Junior Team de Bruno Losito. Possèdes-tu la même moto que Tommy Searle et Joël Roëlants?

Maxime Desprey :”J’ai quasiment la même moto que mes coéquipiers, mise à  part la boite de vitesses.”

Que penses-tu de ce calendrier EMX2 et des tracés au programme pour cette saison 2012 ?

Maxime Desprey :”Le championnat a commencé assez tard, j’ai pu bien me préparer avec le championnat de France élite ! Du coup, les courses s’enchaînent un peu cet été. Les terrains sont tops et je les connais presque tous, exceptée la Russie ! Je trouve ça un peu nul de faire une course en Russie pour le championnat d’Europe, il y a beaucoup de papiers à  faire et le déplacement coà»te cher !”.

Mel Pocock, ton grand rival cette saison, profite des coupures entre les courses de l’Europe pour participer au mondial MX2, pourquoi ne pas faire de même ?

Maxime Desprey :”Je ne peux malheureusement pas participer au championnat du monde avec le team NGS, il est prévu de ne faire que le championnat d’Europe ! C’est vrai que c’est bien pour l’expérience… Lui (Mel Pocock) a déjà  une ou deux années de mondial derrière lui et il profite des blessures des pilotes Yamaha … Moi, pendant ce temps, je m’entraîne au Havre avec Bruno et mon mécano Christophe. Je roule un peu en 450 et je participe à  des courses inter ! On continue à  améliorer mon pilotage, en résistance, on fait du bon boulot tous les trois !”

Tommy Searle et Joël Roëlants montant en MX1 la saison prochaine, deux guidons seront à  pourvoir au sein du team Floride Monster Energy. Evolueras-tu en MX2 en 2013 quoiqu’il arrive ?

Maxime Desprey :”Oui, l’année prochaine mon but est de rouler en mondial MX2. Dans quelle structure? Je ne sais pas encore! C’est sà»r que rouler chez Floride l’année prochaine serait la meilleur chose qu’il puisse m’arriver, je connais déjà  la machine et ça serait une grande opportunité pour me lancer en mondial! Le mois de juillet va être important en Lettonie et Russie!”

Récemment Dean Wilson a déclaré “être intéressé par un pige en MX2 pour la saison 2013”.Que penses-tu de cette déclaration? Et notamment de devenir le coéquipier du Britannique?

Maxime Desprey :”à‡a permettrait de montrer que les européens sont très rapides (rires)! Non, plus sérieusement, ça relancerait un peu le championnat, je pense! Et peut-être que d’autres pilotes US viendront! Rouler avec des pilotes comme ça, c’est toujours excitant et pour progresser, il faut rouler avec des pilotes plus rapides. Donc, s’entraîner avec une star du championnat US, que demander de mieux?”

Texte : Capton Michel | Photos: Kawasaki

Vos commentaires

Plus de motocross