Motocross MXGP

Jeffrey Herlings: “Pourquoi j’ai resigné chez KTM…”

Jeffrey Herlings: “Pourquoi j’ai resigné chez KTM…”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

KTM a annoncé la semaine dernière la signature d’un nouveau contrat de deux ans avec Jeffrey Herlings. Le pilote néerlandais, âgé de vingt ans, continuera de rouler en MX2 en 2015 et il restera chez KTM au moins jusque 2017.

Jeffrey Herlings et Piet Beirer, le directeur sportif de KTM Sport, ont apposé leur signature sur le contrat en Autriche où réside actuellement Herlings qui est en train de poursuivre sa revalidation dans les installations de Red Bull suite à sa fracture du fémur encourue en juillet, ce qui l’avait par ailleurs privé de couronne mondiale pour quatre points au profit de son coéquipier d’alors, Jordi Tixier. Nous nous sommes entretenus quelques minutes avec Jeffrey…

Comment évoluent les choses après un mois de revalidation ici, en Autriche?

Jeffrey Herlings: ’’Je veux être rétabli à 100%. L’avantage d’être ici, c’est qu’ils ont tout ce dont je pourrais avoir besoin dans le cadre de ma revalidation, c’est à dire le personnel qualifié et les infrastructures. Je fais de tout: du physiothérapie, du training, de l’endurance, de la coordination et même de la psychologie. Je suis ici de huit à douze et de deux à cinq; c’est dur mais ça paie. Je suis en Autriche depuis trois semaines et je dois encore rester une quinzaine de jours. Pour être honnête, c’est difficile de trouver mieux ailleurs. Le personnel est très professionnel et il a beaucoup d’expérience. Tout le monde m’avait conseillé de venir ici et c’est vrai que de nombreux athlètes sponsorisés par Red Bull ont utilisé cet endroit.’’

C’est vrai que tu avais l’air d’un zombie à Mexico lorsque tu avais participé au dernier GP. Quand penses-tu que tu pourras remonter sur la moto?

Jeffrey Herlings: ‘’Au Mexique, j’avais mal à l’estomac. J’étais très faible et j’avais l’air de quelqu’un qui est mourant! J’avais perdu pas mal de poids et je n’étais bon à rien. En ce moment, je suis en bonne forme et je peux faire un peu de tout à part courir. J’ai l’impression que je suis capable de déjà piloter sans ressentir la moindre douleur mais je vais continuer à travailler pour être à 100%. L’idée est de remonter sur la moto aux environs de la mi-décembre, ce qui me mettrait à deux mois du premier GP au Qatar.’’

Qu’est-ce qui se trouve en arrière-plan du nouveau contrat signé avec KTM? Tu aurais pu signer avec n’importe quelle autre usine et obtenir plus ou moins les mêmes conditions financières…

Jeffrey Herlings: ‘’Mon contrat précédent venait à échéance à la fin 2015 mais j’avais déjà d’autres usines qui me contactaient… une année avant que je ne sois disponible! Je suis chez KTM depuis 2009 et je suis vraiment heureux chez eux. Ils m’ont fait une belle offre pour que je reste et ma décision a été assez facile à prendre. J’aurais peut-être pu avoir plus d’argent chez un autre fabricant mais cela n’a pas trop d’importance pour moi. Non, KTM m’a fait une offre intéressante et correcte.’’

Il semble que ton contrat prévoit que tu peux rouler sur n’importe quelle moto et n’importe où en 2016 et 2017…

Jeffrey Herlings: ‘’ C’est le côté intéressant de ce contrat. Avec des marques comme Honda, Kawasaki et Suzuki, le deal n’aurait porté que sur le MX1 tandis qu’avec KTM, j’ai d’autres options. Cela signifie que je peux choisir avec Piet (Beirer) et le team la catégorie dans laquelle je roulerai en 2016. Je prendrai à ce sujet ma décision dès la mi-saison 2015. A l‘origine, notre plan était de rouler en MX2 les saisons 2012, 2013, 2014 et 2015 tout en remportant à chaque fois le titre mais comme on le sait, avec ma jambe fracturée, les choses n’ont pas tourné comme nous l’espérions. Pour 2016, la question reste ouverte. Je suis heureux dans ma catégorie actuelle, le MX2.’’

Deux mois ont passé depuis ce dernier GP dramatique auquel tu as participé à Leon, au Mexique… Si c’était à refaire?

Jeffrey Herlings: ‘’Quand j’y repense, je me dis que j’ai vraiment été stupide de mettre ma carrière et ma santé en danger. C‘était un risque énorme. Ma jambe n’était déjà pas en bon état mais en plus, j’étais atteint d’un virus qui ma fait perdre douze kilos… Je n’avais aucune force, pas de muscles et j’avais l’air d’un déterré! Vous m’avez vu avant… et vous m’avez vu là-bas. Ce n’était plus la même personne… En plus, avec cette demi-jambe fracturée … mais vous savez quoi? J’ai pourtant failli le gagner, ce stupide pari!’’

Vos commentaires

Plus de motocross