Interview Octaaf Goeman

Motocross FMB: le point sur les nouveautés 2015 avec Octaaf Goeman

Motocross FMB: le point sur les nouveautés 2015 avec Octaaf Goeman
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Les modifications qui toucheront le championnat de Belgique de motocross en 2015 appellent quelques questions. Afin d’en savoir plus sur ce qui nous attend l’an prochain sur les épreuves FMB, nous avons fait le point avec le coordinateur motocross de la FMB, Octaaf Goeman.

Quant à la question de savoir ce qui a motivé la fédération à rassembler dans une seule et même course les pilotes Inters MX1 et MX2, la réponse du coordinateur est simple et sans surprise: il s’agit de la conséquence du petit nombre de pilotes engagés dans les catégories Inters ces dernières années. Une réponse logique mais qui appelle une autre question: pourquoi ne pas avoir dès lors à nouveau ouvert la catégorie MX2 aux pilotes étrangers ? “Tout simplement parce que cela n’a pas été décidé dans le groupe de travail motocross”, nous répond Octaaf Goeman.

“Les pilotes préfèrent les épreuves amateurs au championnat Belgian Nationals”

Autre regroupement de catégories qui pose question: celui des catégories Nationaux avec celles des Inters (en MX2 comme en MX1) sur les épreuves Belgian Nationals. Un choix là aussi dicté par le manque de candidats. “Quand nous regroupons les Inters MX1 et MX2, les pilotes se plaignent”, poursuit Goeman. “Dès lors, nous avons cru qu’il serait peut-être plus intéressant de regrouper les pilotes nationaux avec les inters dans chacune des catégories.”

Le championnat Belgian Nationals délaissé au profit des fédérations amateurs ?

Le championnat Belgian Nationals délaissé au profit des fédérations amateurs ?

Doit-on déduire de ce qui précède que la FMB manque aujourd’hui de pilotes pour remplir ses catégories ? “Nous avons bien en suffisance des pilotes qui prennent leur licence dans ces différentes catégories”, analyse Octaaf Goeman, “mais force est de constater que ces pilotes délaissent volontiers le championnat “Belgian Nationals” pour lui préférer les fédérations amateurs. Avec la conséquence que les courses sur ce championnat sont finalement moins intéressantes. En motocross, il est difficile de proposer une course attractive pour le public avec moins de 15 pilotes derrière la grille de départ…”

Un championnat de Belgique impliquant toutes les fédérations du pays ?

Il y a quelques semaines, Stefan Everts, questionné par l’un de nos collaborateurs néerlandophones au sujet du championnat de Belgique, avait plaidé pour un “vrai” championnat de Belgique, sur lequel chaque fédération pourrait envoyer ses meilleurs représentants. Que pense-t-on de cette idée à la FMB ? “Je suis bien sûr d’avis que c’est une excellente idée”, réagit Octaaf Goeman, “et je suis d’ailleurs prêt à en discuter avec Stefan. Mais je dois dire que j’ai fait l’expérience sur notre organisation cette année à Moerbeke-Waas de proposer des contrats à plusieurs ténors des fédérations amateurs. Mais ils ne sont finalement pas venus. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Mais avec quelqu’un comme Stefan derrière l’initiative, qui sait, peut-être l’opération pourrait-elle malgré tout être un succès. Je n’ai en tout cas rien contre !”

Cinq à 6 épreuves "d'élite" aux côtés d'un calendrier 100% amateur. Le futur du motocross en Belgique ?

Cinq à 6 épreuves “d’élite” aux côtés d’un calendrier 100% amateur. Le futur du motocross en Belgique ?

La volonté de s’ouvrir vers les fédérations amateurs semble donc bel et bien présente, même si certains reprochent souvent à la fédération nationale de préférer s’engager dans une relation concurrentielle avec ces organisations qui sont pourtant potentiellement porteuses de nombreux talents. Des talents que la FMB doit ensuite permettre d’amener au plus haut niveau. “Je suis personnellement un grand défenseur de cette philosophie de collaboration entre les fédérations”, nous répond Goeman. “Je suis d’avis que seules 5 ou 6 courses de championnat de Belgique, comme aujourd’hui, devraient subsister, le reste du calendrier étant composé de courses amateurs. Je pense que c’est là que ce situe l’avenir. Ainsi, les pilotes pourraient rouler la plupart du temps dans les fédérations amateurs et, à côté de ces championnats, participer à  de belles organisations dans le cadre du championnat national où les meilleurs auraient l’occasion de s’affronter et de se mesurer par la même occasion aux tops internationaux. Malheureusement, nous n’en sommes pas là aujourd’hui…”

Pas de championnat de Belgique, pas de Motocross des Nations ?

Enfin, le règlement 2015 prévoit qu’un pilote qui ne participe pas au championnat de Belgique ne pourra pas prétendre à la sélection pour le Motocross des Nations. Si l’on peut comprendre la volonté de la fédération d’offrir un maximum de crédibilité au championnat national en lui offrant un maximum de nos tops pilotes MXGP au départ, le risque est grand pour le sélectionneur national de se voir privé de l’un ou l’autre de ses meilleurs éléments.

La nouvelle règle par rapport à la sélection belge pour le MXDN privera-t-elle Joël Smets de pilotes essentiels pour notre pays ?

La nouvelle règle par rapport à la sélection belge pour le MXDN privera-t-elle Joël Smets de pilotes essentiels pour notre pays ?

“Oui, mais c’est comme cela”, nous explique Goeman. “Il s’agit d’une décision qui émane de notre Conseil d’Administration. En effet, cette nouvelle règle pourrait priver notre équipe nationale de quelques pions essentiels, j’en suis bien conscient. Mais, je le répète, cela a été décidé par le Conseil d’Administration, notamment à la demande de l’aile walonne de la fédération”, conclut le coordinateur motocross FMB.

Vos commentaires

Plus de motocross