Essai KTM 2016

Essai KTM cross 2016: la révolution orange

Essai KTM cross 2016: la révolution orange
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

techno-bike_sx2016

Deux mille seize est synonyme de révolution pour la gamme KTM cross. Après un léger lifting en 2015, les SX et SX-F ont été revues de A à Z dans les ateliers de Matighofen cet hiver. Résultat : une gamme qui reste au top et une 450 transfigurée…

 

125_SX_top

Seul un orage aussi violent que soudain parvient à nous résoudre à écourter d’une petite heure notre journée de testing. Nous roulons depuis le matin et on en redemande pourtant ! Nous sommes sur le tracé chargé d’histoire de Maggiora au guidon de machines sur lesquelles KTM compte pour lui assurer un avenir doré au firmament de l’industrie du motocross. Et comme les Autrichiens ont pour habitude de ne rien laisser au hasard, ils ont travaillé sans relâche ces 12 derniers mois pour nous dévoiler un millésime 2016 de leurs gammes SX et SX-F revues de fond en comble. Pas de doute, nous sommes bien face à une révolution. Et à en croire la journée que l’on vient de passer, la révolution, ça a plutôt du bon !

450_SX_F_90

Une ligne très fluide pour les nouvelles SX et SX-F 2016. La 450 SX-F est le modèle qui évolue le plus. On remarque notamment le dessin du coude d’échappement, très évasé, afin de favoriser la souplesse du moteur.

Si l’on regarde en arrière, il est évident que KTM a surtout brillé ces 10 dernières années grâce à sa maîtrise inégalée des motorisations de petites cylindrées. A la sur-vitaminée SX 125, a succédé dans la classe MX2 la redoutable SX-F 250. Deux machines qui ont offert un nombre incalculable de succès mondiaux à la marque autrichienne. Lorsque la marque a voulu s’attaquer à la catégorie reine avec Antonio Cairoli, c’est sur la base de sa 250 SX-F qu’elle a développé la 350 SX-F, machine restée unique dans la cylindrée à ce jour et qui a offert à l’Italien les succès que l’on sait au cours des 5 dernières saisons.

La 450 n’a clairement jamais été le fer de lance de la gamme KTM. Mais les choses pourraient bien changer rapidement… La volonté de la marque est évidente : après un premier titre historique en Supercross 450 avec Ryan Dungey, voilà Antonio Cairoli qui remporte deux GP consécutifs juste après avoir fait le saut de sa fidèle 350 vers la nouvelle 450. A ce niveau de compétition et vu l’enjeu que représente un titre mondial, on ne peut raisonnablement penser qu’il ne s’agisse de la part des Autrichiens que d’un coup marketing, même si cela y ressemble. Non, il est vraisemblable que le champion Sicilien ait trouvé dans cette 450 nouvelle génération la machine qui peut lui faire oublier toutes les autres. Plus facile à piloter, moins brutale, moins fatigante, incroyablement maniable, superbement suspendue,… les éloges de manquent pas pour une machine qui marque clairement un virage à 180° dans la cylindrée pour une marque souvent attachée à la performance à tout prix.

ktm_sx_2016_action1
« Plus de 90% de la machine est neuf », nous annonce enthousiaste Joachim Sauer, product manager off-road chez KTM. « Nous sommes de plus en plus impliqués aux USA et cela nous offre d’autant plus de feed-back par rapport à nos machines. Dans le développement de nos modèles 2016, notre département Recherche et Développement a pu bénéficier d’informations en provenance de pilotes professionnels comme de pilotes amateurs, des deux côtés de l’Atlantique. » Des informations précieuses au moment de s’attaquer à un défi colossal : celui de donner une nouvelle dimension à la 450 de la marque.

 

JDC_sx2016

 

« KTM a une longue histoire en off-road », continue Joachim Sauer, « mais il faut avouer que nous ne jouons un rôle majeur que depuis 2010 et l’arrivée de la 350 SX-F. A présent, nous arrivons avec une toute nouvelle 450 SX-F qui nous a déjà offert notre premier titre en SX US. Nous consentons énormément d’efforts dans le développement de nos machines et nous avons tous en tête un objectif très clair : arriver à chaque fois à produire une machine meilleure que celle qu’elle remplace ! » Le ton est donné.

Quand il s’agit d’évoquer le développement de cette nouvelle 450 SX-F, les ingénieurs maison soulignent la « chance qu’ils ont eu de pouvoir développer en parallèle le châssis et le moteur avec un objectif prioritaire, celui de réduire le poids de la machine. » Et du poids, on en a gagné à tous les niveaux sur ce millésime 2016.

Modèle Poids 2015 Poids 2016 Gain
125 SX 90,4 kg 87,8 kg -3,0%
250 SX-F 102,2 kg 98,5 kg -3,6%
350 SX-F 104,5 kg 99,9 kg -4,4%
450 SX-F 105,5 kg 100,4 kg -5,0%

Rien de révolutionnaire au niveau du châssis en lui-même. KTM continue à faire confiance à son traditionnel cadre acier double berceau. « Un ancien concept que nous avons poussé à son meilleur niveau », nous annoncent les Autrichiens.  La géométrie du cadre a en effet été revue en profondeur en fonction des infos récoltées auprès des teams et des pilotes soutenus par l’usine à travers le monde entier. L’angle de chasse très fermé témoigne d’un souhait évident de privilégier la maniabilité. Il faut dire que niveau stabilité, la bête peut compter sur des suspensions White Power dernière génération.

De l’air pour la fourche

La pièce maîtresse : la fameuse fourche AER 48. Une fourche inversée de 48mm de diamètre qui combine amortissement pneumatique et hydraulique pour vous faire profiter du meilleur des deux mondes. Le canon droit s’occupe de la détente tandis que son voisin gère l’amortissement, basé pour sa part sur la technologie à air. Cela signifie que vous pouvez avec une simple pompe ajuster à votre guise l’amortissement de votre fourche, sans avoir à modifier la moindre pièce. A droite, de façon plus classique, 30 positions sont disponibles pour ajuster la détente.

La fourche WP AER 48, avec la molette de réglage du retour sur la canon droit et la valve qui permet de modifier la pression d'air sur le canon gauche.

La fourche WP AER 48, avec la molette de réglage du retour sur la canon droit et la valve qui permet de modifier la pression d’air sur le canon gauche.

 

Outre une onctuosité plus qu’appréciable sur les petits chocs et des performances assez impressionnantes en toutes circonstances, cette White Power AER 48 présente l’immense avantage d’être 1,4 kg plus légère que le modèle traditionnel qu’elle remplace.

Parfois mise en cause sur de nombreux éléments de suspension à air, la fiabilité de l’ensemble serait à présent irréprochable. Une double chambre prévient en effet de toute perte de pression dans le canon de fourche, même en cas de problème technique.

L’amortisseur arrière n’est pas en reste puisqu’il s’agit là aussi d’un modèle issu du catalogue White Power, optimisé avec soin pour le nouvel ensemble cadre/bras oscillant des KTM 2016 et leur nouvelle fourche AER 48. Plus compact, plus léger de 500 grammes, il présente une course allongée de 10mm et permet l’utilisation de ressorts plus souples que le modèle précédent. Un amortisseur dernière génération qui a donné la possibilité aux ingénieurs de revoir la courbe de progression de l’amortissement en optimisant le design des biellettes.

 


Le bloc 450 “le plus léger et le plus performant du marché”

Côté moteur, on est pratiquement reparti d’une feuille blanche au département R&D de Mattighofen pour accoucher du bloc 450 « le plus léger et le plus performant du marché ». Plus compact, le bloc a perdu presque 2 kg sur la balance. Au total, ce sont ainsi quelque 5 kg qui séparent le modèle 2015 du modèle 2016. Développé pour gagner en confort et en facilité d’utilisation malgré un niveau de performances de premier ordre, le bloc autrichien ne déçoit pas en piste. La différence est flagrante. Le moteur est plus progressif, la puissance (pourtant bien présente) est facile à doser et l’absence quasi-totale de vibration procure une sensation de confort surprenante. Si le modèle précédent était élitiste, celui-ci réussit le pari de rester aussi performant tout en devenant plus accessible.

 

Et le gain est sensible pour les pilotes de tous les niveaux. Si j’apprécie que la progressivité du moteur couplée au confort des suspensions me permettent de prendre du plaisir au guidon de la 450 SX-F sans avoir à y laisser trop d’énergie, Antonio Cairoli se réjouit d’avoir trouvé avec cette nouvelle 450 la machine qui lui permette de disposer en permanence de la puissance dont il a besoin, sans jamais se montrer brutale mais au contraire particulièrement efficace. Sans compter que le nouveau châssis fait presque oublier qu’on est sur une 450, la position du guidon un peu plus basse que par le passé et le travail exemplaire de la fourche permettant d’inscrire facilement la moto dans la moindre petite ornière intérieure. La boîte 4 vitesses (5 pour le marché US) est bien étagée et permet, sur un tracé comme celui de Maggiora, de passer beaucoup de temps sur le 3ème rapport.

 

ktm_sx_2016_action2

 

Dans la foulée de la 450, les 250 et 350 évoluent de la même manière au niveau du châssis et voient leurs moteurs respectifs évoluer sur de nombreux points. L’une comme l’autre gagnent 5 kg particulièrement appréciables sur de plus petites cylindrées. Comme sur leur grande soeur, les moteurs extrêmement compacts contribuent en outre à une centralisation des masses optimisée. Sans surprise, en piste, les deux machines font preuve d’une santé de fer. Plus joueuses que la 450, les deux “petites” de la gamme SX-F séduisent aussi par leur partie-cycle très équilibrée et remarquablement suspendue. Motricité, précision et confort sont au rendez-vous.

 

hot_sx_2016


Ergonomie soignée et équipement de premier ordre

Sur le guidon Neken sans barre qui équipe toute la gamme, on trouve le fameux démarreur électrique toujours très utile lorsqu’il s’agit de revenir en course le plus vite possible après une chute mais aussi une petite commande très discrète et intelligemment intégrée dans le maitre-cylindre de frein avant qui permet de modifier la courbe de puissance moteur, avec une position “Soft” pour les conditions d’adhérence plus délicates et une autre “Hard” pour les circuits offrant un grip à toute épreuve. Un plus indéniable sur la petite 250 SX-F qui est ainsi capable de passer d’un comportement finalement assez docile à un caractère bien trempé voire explosif. Niveau assistance électronique, les KT sont également équipées d’un système “launch control”, qui réduit la prise de tours du moteur au moment de la sortie de grille afin d’optimiser la traction.

 

 

Un rapide passage en revue de l’équipement des KTM cross 2016 ne fait que confirmer ce que l’on savait déjà: les Autrichiens mettent un point d’honneur à proposer des machines non seulement bien finies mais aussi bien équipées. Outre le guidon Neken que l’on vient d’évoquer et les suspensions WP, on remarque les jantes Excel et les tés de fourche anodisés noirs, les freins Brembo, les échappements avec chambre de résonance (et le design très particulier de celui de la 450 SX-F) pour les 4-temps, un embrayage hydraulique, la nouvelle boîte à filtre plus accessible qui permet de changer l’élément en mousse sans le moindre outil, les repose-pieds “no-dirt” conçus pour éviter de rester bloqués en position repliée à cause de la terre et des éléments plastiques à l’ergonomie très étudiée.

“Absolument tous les éléments plastiques de nos modèles 2016 sont nouveaux”, nous assure-t-on chez KTM. “Cette année, nous avons particulièrement soigné l’ergonomie de nos machines avec le bureau Kiska Design pour arriver au résultat que vous avez sous les yeux. Nous sommes finalement restés sur quelque chose d’assez proche de ce qui avait été établi pour nos machines “Factory” cet hiver.” Le résultat est sans appel: la ligne des KTM cross 2016 est hyper fluide, le mélange d’orange, de blanc et de noir très réussi. Un habillage aussi beau à regarder qu’efficace lorsqu’il s’agit de favoriser les déplacements du pilote sur la machine. La position est naturelle, les machines sont fines et aucun élément plastique ne gêne les mouvements comme cela peut parfois être le cas, notamment au niveau des bottes.

 

Un nouveau bloc pour la 125cc

KTM continue à investir dans le 2-temps et nous promet de nombreuses nouveautés en ce domaine dans les années à venir. Une bonne nouvelle pour les inconditionnels des cylindres à trous ! Pour l’heure, les Autrichiens nous ont concocté un bloc 125cc revu en profondeur. Incroyablement compact, le petit 2-temps (également décliné en 150cc) perd 2kg dans l’aventure tout en gagnant en performances. Toujours pas d’injection électronique (bientôt ?) sur les 2-temps mais un ensemble cylindre/culasse/piston tout neuf et un échappement redessiné assurent au best-seller de la catégorie de rester en 2016 encore la référence en matière de 125cc.

 

ktm_sx_2016_action3

 

Cinq modèles pour les kids

Les Autrichiens n’oublient pas non plus les kids puisque pas moins de 5 modèles leur sont consacrés ! De la 50 mini à la 85 grandes roues, les crossmen en herbe trouveront tous une machine à la hauteur de leurs ambitions. Outre une foule de petits détails en vue d’optimiser fiabilité et performances, les petites reçoivent une déco 2016 afin d’affirmer leur appartenance à la gamme autrichienne.

ktm_2016_SX_Mini_Range

Vous l’aurez compris, si toute la gamme évolue, la grosse nouveauté 2016 chez KTM c’est avant tout la 450 SX-F, de laquelle la marque autrichienne attend beaucoup. Elle a d’ailleurs déjà offert il y a quelques semaines à KTM le premier titre Supercross US de son histoire. Un bon début pour une machine qui semble promise à un bel avenir ! Les belles sont dès maintenant disponibles chez votre dealer officiel KTM, à des prix qui progressent lentement mais sûrement…

Texte: Olivier Evrard | Photos: Seba Romero & constructeur

 

Liste des prix KTM 2016

MINI
50 SX MINI: 3 460,00 €
50 SX: 3 565,00 €
65 SX: 4 370,00 €

CROSS
85 SX 17″/14″: 5 310,00 €
85 SX 19″/16″: 5 310,00 €
125 SX: 7 600,00 €
150 SX: 7 915,00 €
250 SX: 8 435,00 €
250 SX-F: 8 885,00 €
350 SX-F: 9 285,00 €
450 SX-F: 9 580,00 €

Vos commentaires

Plus de motocross