Enduro FMB

Boris Mazzoni est entré par la grande porte sur le championnat de Belgique d’enduro

Boris Mazzoni est entré par la grande porte sur le championnat de Belgique d’enduro
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Titré champion de Belgique Espoirs en motocross il y a tout juste trois ans, Boris Mazzoni vient de remettre le couvert. En enduro, cette fois. Une discipline que le pilote de Bastogne, quelque peu lassé du motocross, avait envie de découvrir.

Un premier titre dans une discipline qui réussit donc plutôt bien à celui qui a créé la surprise cette saison au guidon de sa petite TM 125. Dimanche, il s’est imposé sur la finale du championnat à Ouffet. Une victoire dont il avait besoin pour coiffer la couronne dans une catégorie très disputée. Dominateur, il termine la journée avec plus de 30 secondes d’avance sur son rival Mathias Mathon. Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance. “J’ai reconnu les deux spéciales hier, elles sont très belles mais on ne peut pas dire que ce soit mon terrain de prédilection. On verra ce que la journée me réservera”, confiait-il dimanche matin. “Aujourd’hui, je dois vraiment donner le meilleur de moi-même si je veux repartir avec le titre.”

Mission accomplie pour le nouveau venu sur la scène belge de l’enduro, très à l’aise tout au long de la journée. “Les Espoirs auraient certainement pu faire un tour de plus”, lance-t-il peu après l’arrivée. “Les spéciales étaient très belles, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir et je suis évidemment très heureux de remporter le titre ! J’espère continuer comme cela les prochaines saisons… mais cela s’annonce plus compliqué. Avec ce titre, je dois en effet passer chez les Inters.”

Le jeune champion a donc l’ambition de ne pas en rester là. Il devrait se frotter à l’élite belge de l’enduro l’an prochain. “Ce sera sur une TM, c’est certain mais je dois encore me décider quant à la cylindrée. Ce ne sera vraisemblablement plus une 125cc mais je préfère le 2-temps au 4-temps. Je penche a priori pour la 300 2-temps mais rien n’est encore certain à ce stade.”

Propos recueillis par Serge Marlier | Photos : S. Marlier & OE

Vos commentaires

Plus d’enduro