Essai Husqvarna cross 2019

Les Husqvarna cross 2019 à l’essai

Les Husqvarna cross 2019 à l’essai
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Husqvarna a le vent en poupe, en Europe bien sûr mais aussi aux USA où la marque s’est offert cette année un deuxième titre SX 250 mais aussi et surtout le titre suprême dans la catégorie reine du Supercross américain avec Jason Anderson. C’est d’ailleurs de l’autre côté de l’Atlantique que la marque a présenté sa gamme cross 2019 à la presse internationale. Et pas n’importe où : dans les infrastructures de la mythique Baker’s Factory. Ni plus ni moins !

Par Christophe Bertrand

La Baker’s Factory, c’est l’Eldorado de l’entrainement aux US, placé sous la direction son célèbre propriétaire Aldon Baker. Carmichael, Villopoto, Steward, Dungey, Osborne, Musquin, Anderson,… les plus grands pilotes US sont passés ou sont toujours à l’ouvrage du côté d’Orlando, en Floride. Voilà pour le décor.

De gros changements pour 2019 chez Husqvarna avec cinq nouveaux modèles pour lesquels les résultats parlent déjà d’eux-mêmes avec les titres d’Osborne et Anderson. L’ensemble de la gamme hérite d’un tout nouveau cadre en acier de couleur bleue. L’habillage est inédit, plus dynamique et affiné au niveau des radiateurs et de l’entre-jambes. C’est réussi, excepté ces fameux protège-mains au design d’une autre époque. Les plaques numéros latérales sont découpées pour faciliter le démontage et l’accès à certains composants mais ne facilitera vraisemblablement pas la pose des stickers… Notons également la particularité de la Husqvarna : son superbe arrière-cadre en 2 parties en chrome molydène et carbone offrant rigidité et flexibilité.

Le bras oscillant gagne 5mm de longueur supplémentaire sur les réglages de tension de chaîne, un plus sur les circuits rapides et les sections de whoops (pas pour nous ça !). On reste bien évidemment sur un ensemble WP avec une fourche AER pneumatique de 48 mm et un amortisseur dont le piston intérieur a été modifié. Nouveau Tés de fourche CNC anodisés noirs, nouveau guidon PRO TAPER et nouveaux rayons sur les jantes DID noires montées d’origine de DUNLOP M3S. De nouveaux radiateurs positionnés 12 mm plus bas permettent une meilleure circulation du circuit de refroidissement tout en abaissant légèrement le centre de gravité et donnant plus de finesse à l’ensemble. Pour le freinage, HVA reste fidèle à Brembo.

“Husqvarna propose probablement les motos les plus abouties en termes de technologie sur le marché à l’heure actuelle !”

Côté moteur, et c’est une particularité de la « maison autrichienne », l’interaction entre le service course et la production permet de sortir des motos très proches des bécanes officielles. Gros développement sur les différents modèles d’échappement, il devient d’ailleurs difficile d’être meilleur que l’origine dans ce secteur du développement excepté sur le design ou la sonorité et évidemment de favoriser sur telle ou telle plage de puissance.

Les trois modèles 4T ont été redessinés avec une chambre de résonnance plus grande sur les collecteurs et de nouveaux silencieux, quant aux 125 TC et 250 TC, leur pot est affiné pour moins d’exposition, on note carrément 25 mm de moins pour la 250 !

Avec son tout nouveau moteur repositionné 15 mm plus bas et 500 gr plus léger que le modèle précédent, la FC450 est celle qui évolue de manière la plus significative : 63 chevaux, boîte PANKLE 5 rapports revisitée avec des senseurs intégrés spécifiques à chaque map pour les changements de vitesse, nouveaux carters, villebrequin, nouvel embrayage DDS à diaphragme plus léger,…

Avec des machines en outre équipées du MAP SWITCH (choix de 2 courbes de puissance) qui permet de modifier le caractère moteur, du LAUNCH CONTROL pour limiter la puissance et améliorer la traction lors des départs et du TRACTON CONTROL qui détecte les pertes de traction et compense en agissant sur la prise de tours minute, vous en conviendrez, Husqvarna n’est pas en reste en matière de technologie dernier cri. Il va d’ailleurs bientôt falloir étudier le guide d’utilisation avant d’enfourcher ces HVA. Probablement les motos les plus abouties en termes de technologie sur le marché à l’heure actuelle.

Les moteurs des FC350 et FC250 ne sont pas en reste et bénéficient des mêmes évolutions que leur grande soeur, tout en étant adaptées à leur cylindrée. Du côté des 2T, les 2 modèles ont le même habillage et les ingénieurs ont plutôt travaillé dans la continuité. La 125 comme la 250 bénéficient de l’embrayage à diaphragme DDS et de boîtes de vitesses 6 rapports PANKEL. Pour le reste, on est sur le même standard de composants de qualité propre à la marque.

Action !

Après une petite visite du propriétaire plein d’enseignements (on y reviendra plus tard) et la séance d’habillage dans le vestiaire climatisé, il est temps de découvrir nos montures.

36°, 82´% d’humidité, le sable est lourd suite aux orages de la nuit, et quand il pleut, c’est de l’eau chaude…. J’enfourche la FC450 et c’est probablement la cylindrée idéale sur cette texture « bouffe puissance ». Pas de grande surprise, on est en pays de connaissance après l’essai des KTM le mois dernier. L’ensemble est fin, l’ergonomie parfaite, l’agrément moteur au top, c’est sérieux et ça respire fort.

Malgré les difficultés proposées sur ce circuit typé US, la 450 met en confiance grâce à son châssis et ses suspensions en parfait équilibre. La puissance est contenue grâce ou à cause du sable lourd, ce qui rend le moteur très exploitable. Comme souvent sur une 450, le 3ème rapport est son terrain de prédilection. La légèreté de l’ensemble met en confiance particulièrement sur les appels de saut techniques. A noter que la fourche pneumatique souvent décriée pour sa mise au point, démontre tout son potentiel sur les réceptions limites, style double sauts avec réception trop courte.
La compression est compacte et très freinée sur la fin permettant une réaction sur la détente bien souvent salvatrice ! Il faut aussi se mettre en danger pour déceler les qualités du produit….

Démarreur électrique, embrayage, boîte hyper précise, freinage performant, aide au pilotage confèrent à ce nouveau millésime tous les arguments pour truster les podiums en 2019.

“La FC 450 a dans son jeu tous les atouts pour jouer à nouveau les premiers rôles la saison prochaine.”

Au guidon de la FC350, les 100 cm³ en moins se ressentent immédiatement sur ce type de circuit qui demande coffre et couple. La différence est plus marquée avec sa grande sœur que sur piste dure. La relance à l’embrayage et le changement de rapport est nécessaire, ce qui rend inévitablement le pilotage plus exigeant sans être non pus désagréable au vu du potentiel moteur de cette FC350. Moins d’inertie par contre, une moto plus dynamique dans les changements de trajectoires et plus facile à placer dans les sauts. Un best-seller assurément, en toutes circonstances.

On termine le tour des moteurs 4T avec la 250 FC. Pas ma tasse de thé et certainement pas dans le sable, mais force est de reconnaître que j’ai malgré tout pris mon pied dans les parties plus techniques et trouées du circuit et particulièrement durant le shooting photos où il s’agit de jouer avec les machines. Hyper agile et précise, la FC250 prend des tours à n’en plus finir dans les accélérations mais ne laisse que très peu de place à l’improvisation sur les prises d’élan, il faut la cravacher et elle ne demande que ça. Comme le reste de la gamme, la FC250 bénéficie de tout l’équipement High-Tech qui en fait une valeur sûre de la catégorie.

“La 250 FC doit être cravachée. Elle ne demande que ça !”

Retour au kick et on conclu avec les 250TC et 125TC. Première impression en enfourchant la 250 2-temps, c’est ce désagrément déjà rencontré sur la KTM avec une poignée de gaz bien plus ferme dans sa rotation que sur les 4T à injection. Le son du 2T toujours très plaisant, des vibrations minimisées grâce au balancier d’équilibrage placé sur le villebrequin mais également la chasse aux frictions engagée par les ingénieurs autrichiens sur les différents modèles.

Le 2T exige un pilotage plus engagé, il faudra rentrer plus fort dans les virages, garder plus de régime dans tous les secteurs. Jusque là rien de surprenant. Par contre, ces nouvelles générations de 2T proposent beaucoup de rondeur et de couple, une approche simplifiée dans la gestion des trajectoires grâce également à ce nouveau châssis. Un travail dans la continuité pour obtenir des motos à la pointe de ce qui se fait de mieux en technologie 2T tout préservant un atout majeur : le prix à l’achat et le coût de la maintenance.

On ne vas pas se voiler la face, on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement par rapport aux cousines autrichiennes mais, d’année en année,  cette gamme Husqvarna s’est forgé un caractère, une identité upgradée en proposant un look résolument distinctif tout en surfant sur des résultats très flatteurs.

A découvrir dès à présent chez votre dealer officiel Husqvarna !

Tarifs Husqvarna 2018 (prix TVAC pour la Belgique)

TC 50 : 3990€
TC 50 Mini : 3750€
TC 65 : 4750€
TC 85 17/14-19/16 : 5750€
TC 125 : 8260€
TC 250 : 9130€
FC 250 : 9620€
FC 350 : 10.060€
FC 450 : 10.390€

 

Vos commentaires