EnduroGP - Espagne

EnduroGP : le bilan des Belges en Espagne

EnduroGP : le bilan des Belges en Espagne
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Le championnat du monde d’enduro était en Espagne le week-end dernier pour ce qui était le 3ème round de la saison après l’Allemagne et le Portugal. Des spéciales magnifiques et proches du paddock mais des températures qui ont dépassé les 30 degrés dimanche qui ont rendu une épreuve en théorie assez “facile” particulièrement éprouvante, d’autant plus que les liaisons proposées étaient assez longues.

La Super Test du vendredi soir était 100% artificielle et très glissante du fait de la pluie des jours précédents. Antoine Magain fait 11 au scratch Junior et 7 en J1. Matthew Vanoevelent est dans son élément et se classe sixième au scratch Junior et 4 en J1. Jilani Cambré crée quant à lui la bonne surprise en Open S4. Malgré une sortie au troisième virage, le pilote Husqvarna fait 6 au Scratch Open et 3 en Open S4. Il aurait pu revendiquer une deuxième place.

Le samedi, Antoine ne parvient pas à se libérer totalement mais fait 5 en J1 et 7 au scratch Junior. Matthew connaît des soucis avec sa moto mais il ne le découvrira que le lendemain. Il fait 14 au scratch Junior et 7 en Junior 1. Jilani est en super forme. Malgré un résultat décevant dans la première Enduro Test où il ne se sent pas encore dans le bain, il monte néanmoins sur le podium à la deuxième place et concurrence des temps comme ceux de David Knight !

Le dimanche, Antoine fait 4 en J1 à 10 secondes du podium. Dans la dernière Extrême Test de la journée, il claque un deuxième temps. Enfin! Voilà Antoine libéré et c’est comme ça qu’on voudrait voir tout le temps. Il cherche avant tout à ne pas faire de faute et reste donc en-deçà de son vrai niveau. Il a le potentiel pour monter sur des podiums et cela viendra certainement lors des prochaines épreuves.

Mauvaise journée en revanche pour Vanoevelen. Le Nismois ne sent pas la moto. Pourtant, il en veut mais la mécanique est parfois étonnante. A un CH au paddock, alors qu’il reste environ 2 minutes pour pointer, la moto ne démarre pas et Serge Crosset, fidèle mécano, regarde partout pour s’apercevoir que c’est la bougie qui est claquée. Matthew prend 3 minutes de pénalités et vu les risques encourus il préfère se retirer, blessé dans son amour propre. Matthew vaut beaucoup plus que ces derniers résultats.

Il ne sentait pas sa moto. Bizarre …. Mais en examinant bien, Serge Crosset et Didier, le père de Matthew, s’apercevront que le cadre a été touché, sans doute lors du passage d’une marche au GP du Portugal. Il aura fallu faire, en cours de la course, des modifications à la fourche et à l’amortisseur pour s’apercevoir de cette situation. Didier partira directement à Gérone pour faire rectifier tout cela.

Texte & photos : Serge Marlier

 

Vos commentaires