Essai Kawasaki KX250 2020

Essai Kawasaki KX250 2020 : promesse tenue ?

Essai Kawasaki KX250 2020 : promesse tenue ?
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

La star de la rentrée dans le gamme off-road Kawasaki, c’est indéniablement la toute nouvelle KX250. Le millésime 2020 est arrivé à la fin de l’été dans les showrooms des concessionnaires officiels de la marque et avec lui une petite KX revue de fond en comble que les Verts présentent comme la 250 4-temps la plus performante jamais produite par le constructeur japonais. Vraiment ? On a testé pour vous.

Par Florent Lambillon

Un an après avoir présenté une KX450 largement remaniée, les ingénieurs Kawasaki se sont cette fois penchés sur sa petite soeur afin de lui offrir un sérieux coup de boost pour aborder la saison 2020 avec ambition. Avant toute chose, ne dites plus désormais “KXF” mais bien “KX”. Comme cela avait été le cas l’an passé pour la 450, la petite 250 change à son tour de nom pour reprendre celui autrefois donné aux modèles 2-temps qui ont fait la réputation de la marque et aujourd’hui disparus.

 

 

Kawasaki s’est donné les moyens nécessaires pour faire de sa nouvelle KX250 une candidate aux podiums et aux victoires l’an prochain. Châssis, suspension, moteur, tout a été revu afin de gagner en fiabilité mais surtout en performances.

“La moto continue à tirer même lorsque l’on a atteint le rupteur. Impressionnant ! “

Le changement le plus sensible se situe de toute évidence au niveau du moteur. Boîte à air, système d’injection électronique et surtout culasse dont la technologie est désormais inspirée de celle utilisée sur la Ninja ZX-10RR de Superbike ont été revus afin de favoriser les hauts régimes. Kawasaki annonce plus de 3 chevaux supplémentaires tout en haut.

Sur le papier, la proposition est alléchante, surtout lorsqu’il s’agit de gagner de la puissance sur un bloc 250 que l’on est souvent amené à mener à la cravache. Sur le terrain, la petite Kawa tient sa promesse. Le nouveau bloc de la KX250 a vraiment une allonge incroyable. La moto continue à tirer même lorsque l’on a atteint le rupteur. Impressionnant ! Ce caractère explosif a un prix : on perd un peu de puissance à bas-régimes. Un prix très raisonnable pour une machine qui garde un coffre très intéressant sur toute la plage d’utilisation ce qui la rend malgré tout très accessible et plaisante à piloter, quel que soit votre niveau.

A LIRE EGALEMENT  Yves Devlaminck : "Il y a bien une relève en Belgique !"

Niveau suspensions, Kawasaki continue à travailler avec des éléments Kayaba à l’avant comme à l’arrière. Devant, c’est le tout dernier modèle du catalogue Kayaba qui est proposé, une fourche de 48mm de diamètre. Kawasaki annonce plus de confort et des suspensions adaptées aux nouvelles caractéristiques du moteur et, là encore, cela se vérifie sur la piste. La première impression une fois au guidon de la petite KX, c’est une impression de confort. La position ne diffère pas vraiment de ce à quoi Kawasaki nous a habitués, ce qui fait que l’on se sent rapidement à l’aise sur la moto. Les suspensions sont progressives et font vraiment bien leur boulot, en toutes circonstances. Malgré un châssis qui gagne en rigidité, la KX n’est pas fatiguante à piloter et gagne sensiblement en maniabilité. Assurément, une excellente base de travail !

Pour 2020, la Kawasaki KX250 monte d’un cran, c’est évident. Sur le plan de la partie-cycle, saine et confortable, comme au niveau du moteur, vraiment enthousiasmant. On regrettera juste que le niveau d’équipement de la petite verte ne suive pas la tendance : pas de démarreur électrique et toujours un bon vieil embrayage à câble. Mais sur ce dernier point, chacun a de toutes façons ses préférences.

Plus d’informations sur le site officiel de Kawasaki.

Vos commentaires