Championnat de France des Sables

Interview : Mattéo Puffet entre dans la cour des grands

Interview : Mattéo Puffet entre dans la cour des grands
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Vice-champion de France Junior et deuxième de l’Enduropale du Touquet dans la catégorie derrière l’intouchable Mathéo Miot, Mattéo Puffet a été l’une des révélations du championnat de France des Sables l’hiver dernier. Dès ce week-end, le jeune Belge sera au départ de l’épreuve d’ouverture de la saison 2020 à Berck-sur-Mer. Il visera désormais le haut du classement 250cc chez les gros bras de la discipline sous les couleurs du team KTM Motoland, où il fait équipe avec Daymond Martens.


Terminer vice-champion de France Junior au terme de la saison de sable l’an passé, c’était conforme à tes ambitions d’avant-saison ?

Mattéo Puffet : “Disons que je partais plutôt en visant le top-5. Dès l’ouverture du championnat à Berck, jePhot me suis rendu compte qu’entrer régulièrement dans les cinq premiers serait assez facile. Et j’ai ensuite été très régulier tout au long du championnat, à chaque fois dans le top-5. C’est resté très serré jusqu’au bout avec Alexis Dartus et c’est finalement en terminant sur la deuxième marche du podium au Touquet que j’ai assuré la médaille d’argent au championnat. Honnêtement, c’est vrai que je ne m’attendais pas à cela en début de saison. Ce fut une belle surprise !”

Comment est né ce projet de structure avec KTM Motoland et Daymond Martens comme coéquipier ?

Mattéo Puffet : “Au Touquet l’année passée, dans le foulée de ma seconde place, on avait vaguement évoqué le projet avec le père de Daymond. Puis cela c’était un peu oublié. Les mois ont passé et on est arrivé en fin de saison. La préparation des courses de sable se profilait et c’est alors que Philippe Goddyn, de chez Kenny, a relancé l’idée de monter une structure avec Daymond et moi-même. Nous nous sommes alors rencontrés et à partir de là, les choses se sont rapidement mises en place avec le soutien du concessionnaire français Motoland.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : retour en images sur l'Endurance des Lagunes à Saint-Léger-de-Balson

Intégrer une structure comme celle-là, cela change certainement beaucoup de choses dans la vie d’un pilote…

Mattéo Puffet : “Oui, c’est certain, cela change beaucoup de choses ! Non seulement, il y a l’encadrement offert par une structure telle que celle-là, en comparaison de la saison passée où j’étais vraiment seul avec mon père, mais il y a aussi le fait d’avoir la chance d’avoir comme coéquipier un pilote du calibre de Daymond. A son contact, je ne peux que progresser plus rapidement. Et puis, évidemment, il y a le matériel. J’avais déjà de bonnes motos l’an passé mais cela n’avait encore rien à voir avec la KTM de cette année. Franchement, je suis optimiste, je sans que j’ai toutes les cartes en mains pour apprendre un maximum et franchir les étapes.”

“J’ai la chance d’avoir un coéquipier du calibre de Daymond Martens. Avec lui à mes côtés, je vais progresser plus rapidement.”


Un nouveau team mais aussi une nouvelle machine à découvrir et, dès ce week-end, une nouvelle catégorie à appréhender. Cela fait beaucoup de nouveautés pour toi cette saison !

Mattéo Puffet : “Je roule depuis deux mois environ avec la KTM. La prise en main s’est bien passée. C’est évidemment très différent de la Yamaha avec laquelle je roulais la saison dernière mais je me sens bien sur la moto. Le comportement du châssis n’est pas le même et au niveau moteur, j’ai clairement une machine bien plus performante que l’an passé. Je me sens plus rapide que l’année dernière. Quant au passage dans la catégorie “motos”, avec tous les pilotes les plus rapides de la discipline, c’est certain, ce sera aussi très différent. Je connais pas mal de mes futurs adversaires. Il faudra surtout que je me concentre sur le classement 250cc, en visant le podium sur chaque épreuve. Ce sera en tout cas mon objectif.”

A LIRE EGALEMENT  SuperEnduro : retour gagnant pour Billy Bolt !


D’où te vient cette aisance dans le sable ? Ce n’est en général pas la surface de prédilection des pilotes wallons.

Mattéo Puffet : “J’ai toujours beaucoup roulé dans le sable. Mon père y a lui-même beaucoup roulé car il a longtemps roulé dans les fédérations du nord du pays. On a toujours passé beaucoup de temps en hiver dans le nord de la France. Je me sens donc vraiment à l’aise dans le sable aujourd’hui.”

A côté du championnat de France des Sables, tu roules aussi en motocross en Belgique, notamment cette année à la VLM. Ce sera encore le cas en 2020 ?

Mattéo Puffet : “J’ai remporté le titre en Nationaux 500 à la VLM cette année. En 2020, je compte davantage rouler en France et compléter mon calendrier avec des épreuves VLM mais ce sera cette fois chez les Inters. J’espère pouvoir y tirer là aussi mon épingle du jeu !”

Photos : Simon Peterolff

Vos commentaires

Plus de motocross

Plus de sable