Enduro

Antoine Magain : “Je ne roule pas encore à mon meilleur niveau”

Antoine Magain : “Je ne roule pas encore à mon meilleur niveau”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Double vainqueur ce week-end au Puy-en-Velay de la catégorie Elite E3, Antoine Magain débute le championnat de France d’enduro de la meilleure des façons. Cependant, le pilote de Nismes estime ne pas rouler à son meilleur niveau au guidon d’une Sherco 300 SE Factory qu’il découvre encore.

Pour une première dans la catégorie E3, Antoine Magain a frappé fort ce week-end en France en remportant les deux journées du week-end d’ouverture de la saison nationale d’enduro. Au Puy-en-Velay, l’officiel Sherco remporte sa première victoire en Elite et offre ainsi un succès à la marque et à sa 300 SE Factory.

“Depuis le début de l’année, je roule au guidon de la 250 SE Factory mais la marque m’a demandé de rouler en France avec la 300 afin d’avoir un pilote dans chaque catégorie”, explique Magain. “La moto est parfaite, les suspensions sont réglées aux petits oignons par Bud Racing et je me sens en forme physiquement. Cependant, j’estime ne pas avoir roulé à mon meilleur niveau ce week-end. Je manque clairement encore de roulage avec la 300 et j’en ai souffert en course. J’ai même eu des cloches aux mains ! Mais bon, j’ai fait le job en m’imposant dans la catégorie, c’est l’essentiel.”

Même si la saison 2020 est fortement perturbée par la crise sanitaire, elle est synonyme pour Antoine de première saison en tant que pilote officiel Sherco. “C’est un changement radical pour moi”, commente-t-il. “Je dois dire que ce week-end, j’ai ressenti la pression qu’occasionne le fait d’être pilote officiel. Mon intégration dans l’équipe s’est parfaitement déroulée et j’ai passé pas mal de temps dans le sud avec Theo Espinasse et Jeremy Tarroux mais aussi avec le manager Jordan Curvalle. J’ai aussi pu rouler sur le championnat d’Italie, où je suis encadré par mon coach Fabrice Lambert, Mickael Vukcevic en tant que suiveur ainsi que Fabrizio Azzalin”, ajoute-t-il.

A LIRE EGALEMENT  Matthew Vanoevelen revient sur son GP de France

Photos : Frederic David & Mastorgne Photography

 

Vos commentaires

Plus d’enduro