Motocross

Le paddock MXGP salue la fin de carrière de Clément Desalle

Le paddock MXGP salue la fin de carrière de Clément Desalle
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Clément Desalle disputera ce dimanche en Italie le dernier GP de sa carrière. Une carrière longue et riche en succès. Riche en rencontres et en expériences également pour celui qui avait 16 ans à peine lorsqu’il fit son entrée en GP directement par la catégorie reine. Le GP de Trentino ce dimanche marquera la fin d’une carrière exceptionnel, les derniers exploits d’un pilote qui aura marqué le motocross mondial de son empreinte.

Clément Desalle n’a jamais remporté de titre mondial. Il a pourtant plusieurs fois semblé en position de le faire. Avec vingt-trois victoires en GP, trente-cinq victoires de manches et quatre-vingt-deux podiums en GP, on ne peut pas dire que le Belge quitte la scène internationale sans y avoir été l’un des plus brillants pilotes de sa génération. Il a terminé à 6 reprises sur le podium final du championnat et a également remporté le MX des Nations avec le team belge en 2013.

Les cinq dernière saisons, c’est au sein de la structure officielle Kawasaki gérée par le Français François Lemariey que Clément les a passées. «J’ai toujours eu de bonnes relations avec François (Lemariey) qui était mon mécanicien plus tôt dans ma carrière (chez LS Honda en 2009, ndlr)”, explique Desalle. “Quand j’ai signé pour Kawasaki, j’étais ravi de travailler à nouveau avec lui. Il a toujours été très important pour moi d’être heureux dans mon environnement de travail et d’avoir un bon feeling avec les gens autour de moi. Je suis vraiment fier du travail que nous avons accompli ensemble. Bien sûr, j’aurais aimé offrir à Kawasaki encore plus de victoires en course, plus de podiums, plus de victoires en GP et même un titre mondial car j’ai travaillé pour cela toute ma vie.”

 

“Clément a un caractère fort. Quand il y a un problème, il en parle directement et cela fait gagner du temps à tout le monde.”

 

“Après la Lettonie, poursuit-il, “J’ai commencé à me poser des questions sur mon avenir et j’ai pris une décision; juste avant l’Espagne, j’étais sûr de ma décision et j’ai annoncé que je prendrais ma retraite à la fin de cette saison. La course me manquera bien sûr, mais j’ai une grande passion pour le motocross et je vais certainement continuer à rouler.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : Amandine Verstappen s'impose sur le championnat de France féminin à Clastres

Ils saluent la carrière de Desalle

Giuseppe Luongo (président, Infront Moto Racing): «Clément est l’un des pilotes qui a écrit l’histoire de notre sport au cours de la dernière décennie; il a toujours été au top et chaque année il se bat pour le podium. Il est très talentueux, toujours avec des trajectoires parfaites ce qui fait de lui l’un des coureurs les plus difficiles à dépasser. Il s’est toujours comporté admirablement sur et en dehors de la piste. Il nous manquera beaucoup mais nous espérons le revoir de la même manière que d’autres champions ont offert leur expérience pour aider les jeunes. Nous lui souhaitons le même succès dans sa vie future qu’en tant que pilote. “

Thierry Chizat Suzzoni (propriétaire de l’équipe KRT): «Clément est une personne qu’il faut connaître; nous avons eu cinq belles saisons avec lui, partageant à la fois les hauts et les bas. Il a toujours été très professionnel avec l’équipe; il nous a offert des podiums, des victoires et un top-trois au championnat du monde. Je dirais que nous ne nous souvenons que des choses excellentes. Il a un fort caractère; c’est un homme complet dans son comportement mais c’est une bonne personne, avec un bon esprit, et nous avons vraiment apprécié de travailler avec lui. Je pense qu’à un moment donné, lorsque vous avez passé quinze ans dans la catégorie reine, vous méritez une belle retraite en famille. Je sais que la moto restera toujours dans son esprit, mais je pense qu’il a pris une sage décision et je la respecte.”

François Lemariey (team manager KRT): «Nous nous connaissons depuis longtemps; il est devenu un ami et nous avons vécu de grandes choses ensemble, à commencer par ce podium du championnat que nous avons obtenu en 2009 avec une équipe privée, sans beaucoup de moyens mais de bons souvenirs. Puis nous nous sommes retrouvés à nouveau au KRT en 2016 avec le soutien de Kawasaki et Monster Energy. Clément roule en MXGP depuis quinze ans; son expérience a été inestimable dans le développement de la moto qu’il connaît mieux que quiconque, y compris pour les pneus Dunlop. Sa présence a permis à l’équipe d’évoluer mais maintenant il veut entamer une nouvelle page de sa vie et il faut respecter cela. Ce que j’ai toujours aimé chez lui, c’est qu’il sait ce qu’il veut, et à partir de là, vous savez dans quelle direction aller. Il a un fort caractère; quand il y a un problème, il en parle directement et cela fait gagner du temps à tout le monde. Il est très honnête! Je ne suis pas surpris par sa décision; Je l’ai senti venir même si au niveau du travail il n’y a jamais eu de relâchement de sa part.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : Tom Vialle, Mathys Boisramé et Benoît Paturel préparent le MX des Nations

Joël Smets: «C’est dommage de le voir arrêter, mais c’est un fait qu’il a trente et un ans et qu’il a disputé quinze saisons en GP. Il a eu de bonnes années; c’est un travailleur acharné, je pense qu’il a eu une belle carrière et beaucoup de pilotes peuvent être jaloux de son palmarès. Gagner vingt-trois GP, ce n’est pas une mince affaire! C’est dommage qu’il n’ait jamais remporté de titre, mais pendant une décennie, il s’est battu pour le podium et ça, c’est quelque chose! “

Antonio Cairoli: «J’ai vraiment apprécié la deuxième manche dimanche dernier avec Clément. C’était comme il y a cinq ou dix ans lorsque nous nous sommes battions ensemble. C’était agréable de le revoir devant. C’est dommage qu’il ne soit pas parmi nous l’année prochaine, mais je tiens à lui adresser d’énormes félicitations pour cette magnifique carrière. Je lui souhaite un bel avenir.”

Jeffrey Herlings: «Félicitations pour cette belle carrière! Clément est vraiment difficile à passer; un vrai guerrier, un combattant. Nous n’avons jamais eu beaucoup de contacts mais j’ai toujours eu le plus grand respect pour Clément. Qu’il profite bien du prochain chapitre de sa vie !»

Mickael Pichon: «Félicitations Clément pour cette fantastique carrière. La première fois que nos chemins se sont croisés, tu m’as fait un block-pass fou dans le championnat allemand, je ne savais pas qui tu étais et tu m’as déjà impressionné. Évidemment, j’ai eu le dernier mot parce que tu étais si jeune : tout juste dix-sept ans.”

Kevin Strijbos: «Félicitations pour cette belle carrière,« Panda »! Je suis heureux de t’avoir eu comme coéquipier pendant plusieurs années! Nous avons passé de bons moments ensemble, beaucoup de rires et de bonnes batailles sur la piste. Ce ne sera plus la même chose sans toi.”

Vos commentaires

Plus de motocross