Enduro

Matthew Vanoevelen face à son avenir

Matthew Vanoevelen face à son avenir
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Matthew Vanoevelen roulera cette année sur une TM. De nouvelles couleurs pour le Nismois qui sort d’une profonde remise en question.

Si son talent au guidon d’une machine d’enduro ne fait aucun doute, résultats à l’appui, force est de constater qu’évoluer au top-niveau de l’enduro mondial demande beaucoup de sacrifices, des moyens et de la réussite. Des ingrédients que Matthew n’a malheureusement pas toujours pu réunir. Il repart donc en 2021 sur de nouvelles bases, dans un autre état d’esprit, d’autres objectifs, mais toujours avec la même passion pour l’enduro.

Il en a impressionné plus d’un, d’abord au guidon de la Yamaha 125 préparée par MX Action, puis aux commandes de sa Sherco usine au sein de la Sherco Academy. Pilote doué, Matthew Vanoevelen est allé jusqu’à surprendre tout le monde en 2017 en terminant à la seconde place (cat. Youth) du GP d’Allemagne, puis en gagnant le GP d’Espagne en 2018, un exploit historique pour le pilote belge.

La suite ne fut malheureusement pas à la hauteur du talent du jeune Nismois. Une fin de collaboration avec Sherco, un passage chez GasGas au pire moment (faillite du constructeur), c’est finalement chez Husqvarna Belgique qu’il retrouvera le chemin des spéciales. Malheureusement la pandémie et le manque de moyens auront eu raison de la motivation du Namurois.  Pour autant, Matt ne semble pas prêt d’abandonner l’enduro, nous l’avons rencontré alors qu’il s’entraînait au guidon de sa nouvelle moto, une TM 300 FI.

MXM : Bonjour Matt, te voilà chez TM aujourd’hui ?

Matthew Vanoevelen :  “Effectivement, j’ai pensé arrêter l’enduro, et puis j’ai eu une offre de la part de TM Belgique plutôt sympathique.”

A LIRE EGALEMENT  Michaël Vukcevic raconte la première journée de la saison EnduroGP d'Antoine Magain

MXM : Pourquoi as-tu pensé à arrêter l’enduro ?

MV : “C’est un tout, mon parcours qui n’a pas été celui que j’espérais. La pandémie, le manque de moyens, mais surtout il faut que je pense aussi à mes parents et à moi aujourd’hui.  Ca fait des années qu’ils m’aident, ça leur a coûté beaucoup d’argent, il est temps qu’ils pensent un peu à eux, et moi à mon avenir privé et professionnel.”

MXM : Parlons-en de ton avenir, comment se présente-t-il aujourd’hui ?

MV : “J’ai dû arrêter mon investissement dans l’enduro à 100%, trouver un travail, et comme je l’ai dit, j’ai même pensé à arrêter complètement, mais ça m’a tout de suite manqué ! Ceci dit, j’ai envie de construire une vie professionnelle et privée, avec tout ce que ça comporte. Avec ma copine, on a envie de s’acheter une maison, se poser…”

MXM : On te verra quand même encore en spéciales ?

MV : “Bien sûr ! Même si la motivation en a pris un coup, je reste un amoureux de la discipline.  A 23 ans, c’est un peu tôt pour ne plus rouler, même si c’est de plus en plus difficile. Je pense que je peux encore faire de belles choses, je garde mon esprit de compétition, je viserai la première place du championnat de Belgique !”

MXM : Le championnat de Belgique est ton unique programme ?

MV : “Le championnat de Belgique sera en tout cas ma priorité.  Après, si j’ai l’occasion de faire une manche du championnat de France dans de bonnes conditions, voire une classique ou un GP, pourquoi pas? Normalement, je pense d’ailleurs être présent à l’ouverture du championnat de France les 12 et 13 juin prochains en Elite2.  Mais il n’y a pas de secret, pour être devant à l’étranger ça demande du temps et des sacrifices, aujourd’hui avec mon travail ça va être difficile de concilier les deux.”

A LIRE EGALEMENT  EnduroGP : le résumé de la première journée du GP du Portugal

MXM : un dernier mot avant de reprendre le guidon de ta TM ?

MV : “Oui, je voudrais remercier encore une fois mes parents, ensuite TM Racing et Delpimoto qui s’occuperont de ma TM durant toute la saison. Merci également à Ardennes Container, l’agence Belfius entre Sambre et Meuse, M-H Menuiserie, Kenny Racing, MB parts et le Moto Club de Dinant.”

Si vous voulez aider Matthew à retrouver le chemin des podiums, toutes les aides sont évidemment les bienvenues: dvanoevelen98@gmail.com

Texte & photos : Fred David – Photos réalisées sur un terrain privé.

Vos commentaires

Plus d’enduro