Motocross

Interview Cyril Genot : “Le travail paye !”

Interview Cyril Genot : “Le travail paye !”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Une première victoire dans la prestigieuse série ADAC MX Masters juste après une première apparition remarquée en MXGP à l’occasion du GP de Lommel ont placé Cyril Genot sur le devant de la scène ces dernières semaines. La KTM SX-F 450 du team Sarholz plaît au Belge qui récolte les fruits d’un hiver passé à travailler avec méthode et passion.

Après avoir eu l’occasion d’effectuer quelques piges sur le mondial MX2 pour le team de Tanel Leok en 2019, Cyril Genot a eu l’opportunité de signer chez IXS Yamaha la saison suivante Une saison 2020 hélas marquée par la pandémie de coronavirus et un calendrier sportif bousculé de toutes parts. Une saison compliquée qui n’a pas empêché le pilote belge de rebondir en signant durant l’automne dernier avec le team Sarholz KTM. Avec comme menu annoncé le championnat ADAC MX Masters et quelques épreuves MXGP.

Cyril Genot a remporté à Dreetz son premier succès sur le championnat ADAC MX Masters.

“Les mois que l’on vient de passer n’ont pas été particulièrement faciles, ni pour moi ni pour personne. Avec la situation liée au Covid, il est difficile de planifier quoi que ce soit”, entame le pilote KTM Sarholz. “Tous les sportifs ont vécu une saison 2020 compliquée. Avec la saison qui s’est prolongée très tard, je me suis entraîné pendant plus d’un an sans interruption. Les changements incessants apportés aux calendriers n’ont pas été faciles à gérer, c’était vraiment une année pleine d’incertitudes. D’autant que je n’ai pas été épargné par les revers la saison dernière. Mais malgré tous les ennuis mécaniques que j’ai connus avec la Yamaha, je suis finalement parvenu à signer pas mal de bons résultats”.

A LIRE EGALEMENT  Il y aura-t-il un salon à Bruxelles en janvier 2022 ?

Après avoir signé avec Sarholz en novembre dernier, c’était alors le challenge de s’adapter à la puissante KTM 450 SX-F qui attendait le pilote belge. “L’adaptation avec mon nouveau team s’est très bien passée. Par contre, il faut avouer que le step entre le MX2 et le MX1 est énorme. Honnêtement, cela n’a pas été facile du tout au début”, nous confie-t-il. “Mais j’ai pris mon temps, j’ai beaucoup travaillé et j’ai fini par trouver mes marques au guidon de la KTM 450.”

“La course, c’est l’examen !”

“Ca me fait plaisir de constater que le travail finit par payer”, poursuit-il. “J’ai franchi un cap cet hiver. On s’en rendait compte à l’entraînement mais la course, c’est l’examen, c’est le moment de prouver les progrès accomplis. Et je suis heureux des courses que j’ai disputées jusqu’à présent. Il y a encore du travail mais j’ai le sentiment d’être parti sur de bonnes bases et j’ai hâte de poursuivre sur cet élan positif dans la seconde partie de la saison.”

“Quant au championnat MXGP”, conclut Genot, “il est clair que j’aurais aimé participer à davantage de GP cette année. Mais le championnat ADAC est primordial pour mon team et ses partenaires et, avec les nombreuses évolutions dans les différents calendriers, le championnat allemand et les rounds MXGP ont fini par se chevaucher.”

Vos commentaires

Plus de motocross