Motocross

Interview Benoît Pauwels

Interview Benoît Pauwels
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Si vous fréquentez les circuits de l’AMPL, vous n’avez sans doute pas pu passer à côté d’un pilote qui force le respect parmi le peloton des Débutants. Benoît Pauwels se bat en effet face à ses adversaires avec un seul bras. Passionné, l’agriculteur a ouvert récemment un atelier de réparation dédié aux machines de cross.

“J’ai toujours voulu avoir une moto mais mes parents ne voulaient pas que je roule”, nous explique l’homme de 34 ans, papa d’un fils de 7 ans. “Puis j’ai perdu mon bras gauche dans un accident le 31 décembre 1999. Moins d’un an après cet accident, j’ai acheté une moto pour l’anniversaire de mon père. Mais je dois avouer que dès le lendemain, j’ai fait en sorte de pouvoir l’essayer moi-même. J’ai simplement inversé l’embrayage et le frein avant….. et j’étais parti !”

 

C’est donc avec un seul bras que Benoît découvre les joies de la moto tout-terrain. Jusqu’à se lancer dans la compétition. “Ma première compétition n’a pas été simple du point de vue des autorisations”, nous explique-t-il. “J’ai téléphoné à toutes les fédérations de Belgique et les seuls à m’avoir accepté était la VLB. Et par la suite, les autres fédérations m’ont accepté. J’ai roulé plus de 10 ans à la VCMF quand la vlb a fermé ses portes.”

Désormais, c’est à l’AMPL que Benoît Pauwels roule. “Depuis quelques années, les terrains ne me plaisaient plus. J’ai eu l’occasion de faire un entraînement à Saint-Hubert et c’est là que j’ai pris la décision de prendre ma licence à l’AMPL. J’adore les terrains en dévers, naturels avec quelques aménagements.”

A LIRE EGALEMENT  Réservez vos préventes à prix avantageux pour la Coupe de l'Avenir et le championnat de Wallonie à Baisieux

“J’ai été invité en 2008 et 2009 aux USA pour participer aux Extremity Games, une compétition pour les moins valides. Et en 2009, j’ai eu l’occasion de faire une course de SX au X-Games où j’ai pu rencontrer les plus grands pilotes US. C’est un souvenir inoubliable”, poursuit-il avant de se souvenir de ses deux participations aux 12 Heures de la Chinelle. “J’ai pu faire la Chinelle en 2008 et en 2018 grâce à mon ami Bernard Stennier. Ces 2 Chinelle ont été les 2 courses les plus difficiles de ma vie, notamment la première où on roulait à 2 pilotes seulement.”

“Depuis 2020 j’ai ouvert mon atelier et créer mon propre team avec 10 pilotes qui roule avec les couleurs de BP Racing. Ces 10 pilotes n’ont pas été choisis par hasard, j’ai été victime d’un vol en 2020 et se sont des amis qui m’ont épaulé et soutenu. Et voilà pourquoi j’ai pris la décision de créer un team car je ne serais peut-être pas là ou j’en suis sans leurs soutien. Je suis suivi depuis 2008 par MX477 et aussi par JV Suspension depuis 3 ans. Je ne remercierai jamais assez ma femme, mon fils et mon filleul qui me suivent vraiment tout le temps sur les courses. Sans oublier mes amis et ma famille qui me soutiennent”, conclut-il.

Interview & photos : Angélique Bouille

Vos commentaires

Plus de motocross