Motocross

Liam Everts dispute son premier GP en Italie : “Du stress positif !”

Liam Everts dispute son premier GP en Italie : “Du stress positif !”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Liam Everts dispute ce dimanche le premier GP de sa carrière. Le Limbourgeois sera au départ du 10ème round de la saison MXGP à Riola Sardo, en Italie, dans la catégorie MX2. Tout juste 15 ans après que son père ait mis un terme à son règne au sommet de la hiérarchie du motocross mondial.

Avec 10 titres mondiaux et 101 victoires au compteur, Stefan Everts est encore aujourd’hui, 15 ans après avoir mis un terme à sa carrière sportive, le plus titré des pilotes de motocross. A présent, c’est son fils Liam, tout juste 17 ans, qui s’apprête à faire ses premiers tours de roues au plus haut niveau. Juste avant de porter pour la première fois les couleurs belges sur le Motocross des Nations à Mantova, le pilote KTM sera ce dimanche au départ du GP de Riola Sardo.

“J’arriverai sans doute stressé sur la grille de départ demain”, confie ce samedi Liam à notre confrère Jurgen Schrooten dans Het Belang Van Limburg, “mais c’est tout-à-fait normal, c’est du stress positif. Je serai moins stressé je pense que le week-end dernier en Allemagne. Là, j’étais stressé car cela faisait longtemps que je n’avais plus roulé sur un circuit dur. Ici, je ne me mets pas de pression inutile. Je veux avant tout apprendre. Dimanche soir, je veux quitter Riola Sardo avec un sentiment positif, quelle que soit le résultat.”

“Ce qui compte pour moi”, ajoute son père Stefan, “c’est que Liam se soit donné à 100%. Je préfère qu’il se batte pour une 23ème place que de prendre une 13ème place sans donner le meilleur de lui-même. Je pense que Liam est bien préparé, certainement mieux que ce je ne l’étais lorsque j’ai moi-même disputé mon premier GP. J’avais 16 ans, c’était à Faenza, également en Italie donc. J’avais terminé 24ème et 21ème dans les manches. Parker m’avait doublé et j’avais l’impression qu’il volait à côté de moi. Je pensais sincèrement que je n’y arriverais jamais.”

“J’ai appris à ne pas me soucier de ce que les gens attendent de moi.”

“Pour faire mieux que papa, je dois donc faire en sorte de ne pas être doublé”, réagit alors Liam qui sait aussi que son nom de famille suscite des attentes importantes de la part de nombreux fans comme auprès du grand public pour qui son père reste l’icône du motocross en Europe. “Il y a quelques années, j’avais beaucoup plus de mal avec cela”, explique-t-il, “mais j’ai depuis pas mal progressé sur ce plan. Les gens doivent comprendre que ce n’est pas parce que je m’appelle Everts que je vais tout gagner. Je travaille depuis deux ans maintenant avec un psychologue sportif et cela m’apporte beaucoup. Je suis aussi devenu plus adulte. J’ai appris à ne pas me soucier de ce que les autres pensent ou attendent de moi.”

A LIRE EGALEMENT  MXGP en Espagne : les pilotes engagés

Actuellement 4ème du classement provisoire EMX250, Liam Everts sait déjà qu’il passera sur le championnat du monde MX2 dès la saison prochaine. “Il est aujourd’hui certain que je disputerai l’intégralité du mondial MX2 en 2022”, explique le jeune Limbourgeois. “J’ai encore un contrat de deux ans avec KTM. A ce stade, on ne sait pas encore si ce sera à nouveau dans mon propre team ou ailleurs. Les discussions sont en cours. Ce qui m’importe, c’est de pouvoir compter sur une bonne structure, qui me permette d’atteindre mes objectifs.”

Pour l’heure, les objectifs de Liam sont tournés vers la découverte du mondial MX2 et du Motocross des Nations dès la semaine suivante. “Après les épisodes que papa a traversé avec la malaria, ce qui me rend le plus heureux, c’est qu’il soit à mes côtés pour vivre mes débuts en GP. Notre famille a traversé une période très difficile, papa a frôlé la mort.”

Vos commentaires

Plus de motocross