Published On: 6 mai 2023

Lotte van Drunen arrive avec la plaque rouge montée sur sa KX250 pour la manche espagnole du mondial de motocross féminin ce samedi. Après les deux premières manches, la jeune néerlandaise, 15 ans, mène en effet la série, se plaçant sans attendre parmi les favorites dans la course au titre.

Kawasaki a toujours soutenu les filles rapides et, grâce à Catherine Prumm, Livia Lancelot et Courtney Duncan, la marque a remporté six médailles d’or depuis la première édition de la série féminine en 2005. Jamais dans l’histoire de cette série une jeune fille de quinze ans n’avait porté la plaque rouge, mais c’est ce que fera Lotte van Drunen ce week-end.

Lotte, qu’est-ce que cela te fait d’avoir la plaque rouge sur ta Kawasaki ?

Lotte Van Drunen : « C’est incroyable, bien sûr. Je ne sais pas combien de temps je pourrai la garder, mais pour ce week-end, j’ai la plaque rouge et l’objectif ici en Espagne est de monter à nouveau sur le podium. »

Vous avez pu participer à votre tout premier GP à la fin de la saison dernière, juste après avoir fêté vos quinze ans, et la Suisse n’était donc que votre troisième GP. Êtes-vous surpris d’être en tête de la série ?

Lotte Van Drunen : « Oui, bien sûr. Je m’entraîne très dur depuis plusieurs années maintenant et je rêvais de participer au championnat depuis que j’étais enfant ; tout ce travail acharné porte ses fruits aujourd’hui. Mon objectif cette saison était de rouler dans les cinq premiers, mais maintenant je suis en tête du championnat. Je ne m’attendais pas à cela, mais le fait d’y parvenir me donne beaucoup de confiance. Je ne ressens aucune pression, ni de ma part ni de la part de quiconque. Comme je l’ai dit, mon objectif au début de la saison était de terminer dans les cinq premiers, et si je peux monter sur le podium tous les week-ends, ce sera formidable. »

Comme la plupart des pilotes néerlandais, vous avez commencé à rouler sur des pistes sablonneuses. Ce n’était donc pas une surprise de vous voir sur le podium en Sardaigne, mais en Suisse, vous avez montré que vous étiez également rapide sur les pistes de terre !

Lotte Van Drunen : « Je me suis beaucoup entraînée sur des pistes en dur. Je pense que beaucoup de gens ne s’attendaient pas à ce que je sois rapide sur ces pistes, mais avec tout l’entraînement et tout le travail, je savais que je pouvais le faire. C’est agréable de se battre en première ligne sur tous les types de pistes, même si, bien sûr, j’aime surtout courir dans le sable profond, comme la plupart des pilotes néerlandais. »

A lire également :   Vidéo : Tim Gajser s'entraîne sur sa piste personnelle "Tiga243Land"

Vous n’avez roulé qu’une saison dans la catégorie 125 avant de passer à la 250 cet hiver. Comment cela s’est-il passé ?

A lire également :   Motocross de Nismes : l'espoir renaît

Lotte Van Drunen : « Ce n’était pas trop difficile. J’ai eu des hauts et des bas pendant l’hiver, mais je me suis habituée à la 250 assez rapidement. Il y a encore quelques points sur lesquels je dois travailler, mais j’apprends tous les jours, et c’est sûr qu’avec une 250, on prend de meilleurs départs et, en WMX, et c’est vraiment important. »

 

Comment vous entraînez-vous entre les courses ?

Lotte Van Drunen : « Je m’entraîne généralement cinq jours par semaine, deux jours pendant le week-end et trois jours pendant la semaine. La plupart des pilotes  n’en font pas autant, mais c’est ce que je fais depuis que j’ai couru sur une 65 et cela a toujours fonctionné pour moi, alors nous voulons continuer ainsi. Lorsque j’arrive sur un circuit, je l’examine et, en fonction de mon état d’esprit, je décide de l’entraînement que je ferai ce jour-là. Je vais toujours à l’école ; ce n’est pas facile car il faut se rendre aux courses et je manque donc certains jours. Heureusement, je suis dans une école où il y a beaucoup d’athlètes professionnels, donc j’ai des facilités pour m’entraîner. »

Quand et comment avez-vous commencé le motocross ?

Lotte Van Drunen : « Mon père faisait des courses, puis mon frère aîné a eu une moto tout-terrain et quand j’ai eu quatre ans, j’ai eu une Pee Wee. Au début, je n’aimais pas vraiment ça, mais ensuite j’ai eu une 50cc et depuis ce jour, j’ai commencé à aimer ça de plus en plus, d’abord en m’entraînant, puis en participant à des courses. »

L’année dernière, vous avez participé à la course européenne 125 parmi les garçons…

Lotte Van Drunen : « Oui, j’aime ça et j’espère faire quelques courses MX2 à l’avenir, c’est l’un de mes objectifs. Je veux vraiment me battre à nouveau avec les garçons ; je ne pense pas que je le ferai cette année, mais j’espère le faire à l’avenir. Certains aiment vraiment ce que je fais, d’autres moins, mais ce n’est pas un problème pour moi. »

Parlez-nous un peu de votre organisation…

Lotte Van Drunen : « Nous travaillons en famille ; j’ai un très bon mécanicien et je m’entraîne toujours avec mon père. Ma mère vient à toutes les courses et mon frère en fait de même. Nous sommes une équipe compacte, mais nous prouvons que c’est suffisant pour se battre au sommet ! »