Enduro

Face à face 250 4-temps : KTM EXC-F Six Days & Sherco SEF-R Factory, un duo gagnant

Face à face 250 4-temps : KTM EXC-F Six Days & Sherco SEF-R Factory, un duo gagnant
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Quoi de mieux pour tester deux motos d’enduro qu’une belle balade au fin fond des Ardennes, suivi d’une superbe spéciale tracée dans un sous-bois privé ?

Dans la majorité des essais, les motos d’enduro sont testées uniquement sur une spéciale.  Cantonné à tourner en rond quelques minutes, on n’a finalement pas la possibilité de se faire un avis sur le confort en balade, le comportement à haute vitesse dans de longues lignes droites, la fermeté de la selle sur plusieurs heures de roulage, la fatigue que peut provoquer une mauvaise position, la fermeté ou douceur des commandes … bref l’avis qu’on peut dès lors en retirer ne cible au final que le lecteur axé sur la compétition, les performances pures, le chronomètre.

Pour cette journée d’essai, nous voulions être le plus complet possible, et offrir à nos lecteurs un contenu exhaustif.  Nous avons donc décidé d’organiser ce face à face sur une journée complète, la première partie étant consacrée à la balade, et la seconde partie aux chronos.

Nous sommes donc partis le matin avec les deux motos pour une boucle de 100 km en empruntant des chemins agricoles autorisés.  Pour la seconde partie de la journée, nous étions attendu par notre hôte et troisième testeur, Edouard Charles de Moor.  Nous avons été accueillis mi-journée au sein de son domaine privé pour le fameux pain saucisse connu de tout enduriste.  De quoi reprendre des forces avant d’attaquer la spéciale tracée autour de ce point de chute.  Vous l’aurez compris, nous avons passé une journée d’enduro idéale, alors est-ce que la KTM et la SHERCO ont fait jeu égale ou est-ce que l’une d’entre elle a fait l’unanimité ?  On vous dit tout.

LES MOTOS

KTM : comme le reste de la gamme, la 250 EXCF 2024 fait peau neuve à 95%.  On vous renvoie vers notre article (https://fr.motocrossmag.be/index.php/2023/05/ktm-enduro-2024-pretes-a-relever-tous-les-defis/) pour la description complète des nouveautés.  Retenez que plastiques, cadre et bras oscillant sont nouveaux.  Du côté des suspensions fourche et ressort ont été revus de fond en comble, les tés et le moteur ont également été modifiés …

SHERCO : si ce n’est un nouveau garde-boue avant, une nouvelle plaque phare et un nouveau kit déco/nouvelles couleurs, pour ce millésime 2024, la ligne générale de la moto reste inchangée.  Par contre du côté mécanique la Sherco adopte un tout nouveau moteur, un nouveau bras oscillant et de nouvelles roues.  Pour plus de détails, on vous renvoie vers le site du constructeur (https://www.sherco.com/fr/moto/250-sef-factory-2024-7).

Notez que les motos présentaient quasiment le même nombre d’heures (toutes les deux ont roulé uniquement à la Chinelle), et les deux motos étaient équipées de bib mousses.  Niveau équipement, nous avions la KTM était en finition Six Days, cette série spéciale est équipée de tés de fourches différents, d’un cadre de couleur orange et d’une déco spécifique (notez que notre modèle d’essai était équipé de plastiques orange, blanc sur la Six Days, et d’un kit déco propre à Hotmotorbike).  La Six Days est également équipée de disques de freins différents, d’un ventilateur … mais la ligne Akrapovic reste en option alors que dans sa livrée Factory, cette ligne et les autres pièces sont d’origine sur la Sherco.


LES PILOTES

Donner un avis sur une moto n’est pas un exercice aisé tant nombre de facteurs rentrent en compte, dont certains purement personnels.  On s’efforce toujours malgré tout d’être le plus neutre possible, il est évident que lorsque l’heure du choix arrive, le côté « affect » joue un rôle dans la décision finale.

Trois profils différents ont pu donner leur avis sur les deux motos :

– Matt : 46 ans, multiple Champion de Belgique d’Enduro, fin technicien, fan de franchissement, mais aussi de grands espaces et de sorties dans les pays de l’Est.  Moto actuelle : KTM 300 EXC 2017, avant dernière moto Fantic XEF 450 2022.

– Edouard Charles de Moor : 29 ans chasseur de chronos, a mis de côté le Championnat de Belgique d’Enduro pour se consacrer pleinement à une future carrière de pilote de Rallye Raid. Moto actuelle : KTM 450 EXCF Six Days 2020, avant dernière moto Yamaha WRF 250.

– Fred : 50 ans, fan de balades, amoureux de paysages et grands espaces.  Dernière moto possédée : Fantic 250 XEF 2022, avant dernière moto SHERCO 250 SEFR Factory.

Matt & Fred se sont concentrés sur la balade du matin de 100 km, alors que l’après-midi, Fred s’est consacré aux photos pendant que Edouard Charles et Matt se tiraient la bourre dans la spéciale.

 

PREMIERE PARTIE : UNE BALADE* DE 100 KM

Matt arrivant avec la KTM et Fred avec la Sherco, pas de dispute pour savoir qui roule avec quoi, le choix se fait naturellement, chacun débute la balade avec la moto qu’il a apporté.

Après une heure de roulage, on s’arrête pour échanger nos machines.  On repart pour quelques kilomètres avant de s’arrêter pour faire un premier bilan.  Premier point sur lequel nous sommes tous les deux d’accord, les positions sont différentes.  Debout, on est mieux positionné sur la KTM, après prise de mesures, on constate que le guidon de la KTM est plus haut et sa selle est plus basse par rapport à la Sherco, et donc vous l’aurez compris, le guidon de la Sherco est plus bas, et sa selle plus haute, ceci expliquant cela pour la position debout plus agréable sur l’autrichienne (de retour à la camionnette, nous avons relevé un peu le guidon de la Sherco afin de diminuer cet effet pour le test en spéciale de l’après-midi).

Autre point sur lequel on se rejoint, le confort.  L’autrichienne est équipée d’une selle offrant un meilleur confort, par contre on préfère le grip de la selle de la française.  Ceci dit la Sherco n’en n’est pas pour autant un bout de bois, loin de là.

On repart pour quelques kilomètres avant de se retrouver au bord d’un ruisseau le long d’une route pour se poser et faire un bilan plus global.  Nous avons tous les deux appréciés le mordant des freins de la KTM, la Sherco demandant plus de pression sur la pédale pour freiner ses 102 kg (question sans doute de réglage et/ou plaquettes). Du côté du comportement général de la moto, Fred a particulièrement apprécié la facilité de la Sherco : « cela fait un peu plus d’un an que je n’avais plus eu l’occasion de rouler en enduro, et ma dernière moto était une Fantic XEF 250.  J’ai tout de suite trouvé mes marques sur la Sherco, c’est comme si j’avais arrêté de rouler la semaine dernière.  Pas besoin de temps d’adaptation sur cette moto, son châssis est vraiment incroyable de facilité et de mise en confiance. »

« Quand on passe de la Sherco à la KTM, on a une impression d’avoir quelque chose de plus volumineux entre les jambes, de plus pataud aussi, le sentiment d’être sur une cylindrée supérieure.  Ce sentiment est accentué par le bruit de la moto, un peu plus présent que la française.  Les ouïes de radiateurs qui se prolongent très loin, bien au-delà de la fourche, apporte certainement aussi son grain de sable à ce ressenti.  Mais ce sentiment est assez vite estompé après quelques minutes, le temps de s’y habituer.  Au niveau des performances, j’ai trouvé le moteur de la Sherco plus plaisant en balade, avec plus de répondant dans les bas et moyens régimes.  La KTM n’est pas sans reste, mais elle m’a donné le sentiment d’un moteur un peu moins vivant dans cette plage d’utilisation, peut-être un peu moins réactif mais elle n’en demeure pas pour autant moins plaisante à rouler.  Du côté des suspensions, il est délicat de se prononcer tant tout le monde sait que la base d’un bon comportement, du plaisir de conduite et de l’efficacité, c’est le réglage des suspensions.  Je ne peux pas avancer que l’une est bien meilleure que l’autre, mais je me suis mieux senti sur la Sherco.  Dans les longues lignes droites défoncées où ça peut guidonner, je me suis senti plus en confiance sur la Sherco. »  

« Au niveau des courbes moteur, j’ai testé les deux, sur les deux motos, les modes ‘soft » sont effectivement bien moins puissants/réactifs, mais en mode balade ces map soft n’ont aucun intérêt.  L’idéale aurait été de trouver une grimpette ou de tester les motos dans des chemins de chèvres à l’occasion d’une balade en Italie avec Cédric Melotte.  Quant au shifter il ne m’a pas convaincu, impossible de passer une vitesse en pleine charge, par contre à bas et moyen régime il fonctionne très bien.  Après renseignement pris auprès de Hotmotorbike, on m’a expliqué qu’il avait été retiré pour la Chinelle, puis remonté, et qu’il fallait le re-paramétrer, connaissant l’implication et le sérieux du constructeur on peut donc penser qu’il s’agit d’un réglage à faire, à re-tester dès lors à l’occasion. »

A LIRE EGALEMENT  Amandine Verstappen et Todd Kellett dominateurs en Argentine

De son côté Matt s’est trouvé plus à l’aise sur la KTM : « je me sens mieux sur la KTM, même si je rejoins Fred sur cette impression de côté plus imposant par rapport à la Sherco, mon gabarit trouve mieux sa place sur l’autrichienne.  De manière générale j’ai été bluffé par le comportement de ce nouveau millésime, j’ai eu plusieurs KTM, le comportement de la moto n’a plus rien à voir avec les anciennes générations.  Je rejoins Fred aussi sur la réactivité du moteur de la Sherco, on a l’impression qu’il a un peu plus de répondant chez la française, attention on ne parle pas de puissance, mais bien de réactivité à la sollicitation de la poignée.  J’ai également apprécié la maniabilité de la Sherco, son aspect général plus fin, mais vu mon gabarit je devrais changer le guidon. »

On aurait pu continuer à discuter durant des heures assis paisiblement au bord de ce ruisseau, mais il est déjà temps de repartir et de recharger les motos pour rejoindre le domaine privé où Edouard et la spéciale nous attendent avec impatience.

 

SECONDE PARTIE : UNE SPECIALE* EN SOUS-BOIS

On arrive chez Edouard juste à temps pour déguster une saucisse en provenance directe d’un producteur locale accompagnée de son jus de pomme maison, que du bonheur !  D’emblée Edouard nous demande nos ressentis « alors, qui préfère quoi ? » … volontairement nous ne lui disons rien, nous ne voulons pas l’influencer dans son ressenti.  Fred cède sa place à Edouard pour cette partie de l’essai, ce sont donc Matt et Edouard qui vont maintenant tester les deux 250 4-tps en mode chronos.

Après quelques minutes sur un tracé rapide, les pilotes me communiquent leurs premières impressions, avant de s’échanger les motos et repartir pour tester les motos cette fois-ci dans une grimpette, un saut, des virages serrés … pour terminer la journée par des parties à nouveau plus rapides.

Matt : « c’est déstabilisant, ce matin autant je trouvais la Sherco plus réactive en mode balade, autant ici, en mode attaque, la KTM marche mieux.  En fait la KTM tracte tout le temps, j’ai essayé un droit serré suivi d’une grimpette en seconde, la Sherco demande une relance à l’embrayage alors que la KTM passe sur le couple et tracte sur toute la montée sans devoir toucher à l’embrayage.  La KTM marche vraiment bien en mode attaque, on sent que le travail et l’implication des autrichiens en compétition paient.»

Edouard : « ce sont deux très bonnes machines, les deux marchent très bien, la Sherco est plus joueuse, on la place où on veut, mais elle demandera un peu plus de pilotage dans les tours pour aller chercher toute sa puissance.  La KTM demande un petit temps d’adaptation au niveau de sa position, elle est moins intuitive que la Sherco, mais la plage d’utilisation du moteur semble plus large, peut-être un peu moins vive de réactions mais tout aussi efficace, si pas plus. »

A LIRE EGALEMENT  Amandine Verstappen et Todd Kellett dominateurs en Argentine

 

L’HEURE DU CHOIX

Comme on ne le cesse de le répéter et le lire ici et là, aujourd’hui il n’y a plus de mauvaises machines mais que des mauvais pilotes.  A l’heure du bilan, on a beau vous faire part d’un ressenti, seul l’utilisateur final fera le meilleur choix.  Ce choix se fera en fonction de ses attentes, de son utilisation, mais aussi avec le côté « affect ».

La moto parfaite n’existe pas, on a préféré certaines choses sur la KTM comme on a préféré d’autres choses sur la Sherco.  On a moins apprécié certaines choses sur la KTM, comme on n’a moins apprécié certaines choses sur la Sherco, il faudra toujours d’un côté ou de l’autre faire une ou plusieurs concessions.  Malgré tout on s’est posé la question en fin de journée, et si je pouvais repartir avec une moto, je choisis laquelle ?

Fred : « il faut reconnaître que la KTM est esthétiquement très réussie cette année, elle a un habillage moderne, elle apporte du renouveau tant esthétique que technique avec son shifter, son traction contrôle et toutes les modifications liées au renouveau de la gamme 2024.  La Sherco n’en n’est pas pour autant dépassée ou démodée, ai-je au besoin au cours de ma balade du TC ? Non, ai-je besoin du shifter en balade ? Non.  Ce sont des « nice to have » mais pour l’utilisateur qui ne chasse pas le chrono, ce ne sont pas des équipements indispensables, du moins ils ne font pas la différence dans mon cas.  L’habillage de la Sherco commence à dater, il date de 2017, face à la KTM, il fait un peu moins moderne, mais sur ce point on rentre dans des considérations personnelles et complètement subjectives.  Si la KTM à l’avantage d’un design plus récent et d’un équipement technique supérieur, mon choix se porte sur la Sherco.  A mon niveau et pour mon utilisation, la Sherco me convient mieux.  Je ne dis pas que je ne prendrais pas de plaisir au guidon de la KTM, mais il y a pour moi un élément qui prend toute son importance, les premières minutes ressenties sur une moto.  Le fait de remonter sur une moto d’enduro plus d’un an après et se sentir tout de suite à l’aise ne trompe pas, elle est tellement facile, maniable, intuitive, je garde la Sherco ! »

Matt : « d’un point de vue esthétique la Sherco commence à avoir un look vieillissant, le fait qu’elle ne soit pas équipée du TC et shifter ne m’a pas gêné, ce n’est pas suffisant pour faire la différence.  Au guidon de la Sherco j’ai apprécié les suspensions et la position typées sport, mon gabarit a un peu moins apprécié la position debout, guidon à relever pour moi.  La française est fine, puissante, maniable, agile et même si ce matin j’ai trouvé la Sherco plus réactive en mode balade, je trouve que la KTM est plus remplie partout, mon choix se porterait sur la KTM.  Certes la KTM est un peu moins fun à piloter que la Sherco, mais elle est disponible partout, et elle tracte tout le temps sans quasi jamais devoir la relancer à l’embrayage.  En balade j’ai trouvé aussi que ses suspensions apportaient un bon confort, elle gomme bien le terrain mais à contrario la remontée d’infos des suspensions n’est pas optimale, on a parfois un manque de ressenti.  Dans l’ensemble la KTM est une moto homogène, plaisante avec un niveau d’équipements complet, elle accepte de descendre très bas dans les tours, et elle tracte sans faille, une moto très efficace qui plaira au débutant comme au plus sportif, je repars avec la KTM.»

Edouard : « c’est très compliqué de faire un choix ! Moi qui n’ai pas fait la balade ce matin, mon jugement se porte uniquement sur mon ressenti sur cette spéciale et les petits enchainements qu’on a fait cette après-midi.  J’ai roulé avec la KTM, j’ai dit que je choisirais la KTM, puis je suis parti avec la Sherco, j’ai dit que je prendrais la Sherco, je ne parviens pas à me décider !  Ce sont toutes les deux d’excellentes motos.  La KTM a un moteur rempli partout, qui tracte tout le temps, il répond directement, je n’ai pas de remarques à faire sur les suspensions qui fonctionnent bien, même avec le PDS qui reste présent chez KTM.  L’autrichienne demande quelques minutes d’adaptation, mais rien de rédhibitoire, j’ai essayé le TC dans une grimpette remplie de cailloux, j’ai trouvé cet équipement efficace.

Quant à la Sherco, la position procure un sentiment de pouvoir faire ce qu’on veut avec la moto.  C’est une moto facile à prendre en mains, qui impressionne par sa maniabilité de ouf !  Les plus sportifs devront monter dans les tours pour aller chercher tout son potentiel, et les amateurs trouveront leur bonheur dans les bas et moyens régimes qui leur seront suffisants.  Si je devais choisir … c’est toujours aussi compliqué, je pense que la KTM peut convenir à Monsieur tout le monde, pour la balade comme pour le chrono, mais me concernant, et vu mon essai axé sur la partie chrono et le type de spéciale tracée ici très sinueux, je garde la Sherco pour sa maniabilité et sa facilité à la placer là où je veux. »

TARIFS

KTM 250 EXCF Six Days 2024, prix public conseillé

14.411,73 EUR
(12.925,00 EUR + Akrapovic : 1.486,73 EUR)

SHERCO 250 SEFR Factory 2024, prix public conseillé

12.399,00 EUR

* essai réalisé sur chemins agricoles autorisés et dans un domaine boisé privé.

Remerciements

Nous tenons à remercier pour leur confiance et leur disponibilité, l’importateur Sherco BeNeLux, Michaël Vukcevic pour le prêt de la SEF-R Factory.  Merci également au concessionnaire KTM Hotmotorbike basé à Theux, et plus particulièrement à Clément Hotte, pour le prêt de sa KTM 250 EXC-F Six Days.

Texte & photos : Frédéric David

Vos commentaires