Enduro

Sébastien Tortelli : « Nous travaillons avec la FIM pour que la Stark Varg soit autorisée sur la suite du championnat SuperEnduro »

Sébastien Tortelli :  « Nous travaillons avec la FIM pour que la Stark Varg soit autorisée sur la suite du championnat SuperEnduro »
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Le week-end dernier, la première course du championnat du monde de SuperEnduro s’est déroulée à Lievin, en France. L’éviction en dernière minute de Taddy Blazusiak et de sa Stark Varg a fait couler beaucoup d’encre. Blazusiak s’était à la surprise générale séparé de GasGas la semaine précédente et avait accepté une offre de Stark Future pour participer au championnat du monde de SuperEnduro sur la déjà célèbre machine électrique.

Sébastien Tortelli, le chef du développement de Stark Future, a expliqué pourquoi la Stark Varg a été refusée par la FIM à la dernière minute.

« Nous avons commencé à discuter avec Taddy pour qu’il rejoigne Stark afin d’aider à développer la moto pour les courses d’enduro et pour participer au championnat SuperEnduro. Nous avons contacté la FIM pour nous assurer que nous pouvions concourir avec la moto électrique de Stark et nous avons reçu un courriel le 20 octobre confirmant que nous pouvions concourir si nous nous conformions aux règles de la FIM, ce que nous avons fait. »

« La FIM avait prévu une disposition relative aux motos électriques dans le règlement de la classe Prestige du championnat SuperEnduro. Nous avons signé avec Taddy et fait quelques essais. La semaine dernière, le promoteur du championnat SuperEnduro nous a dit qu’il avait été informé que la moto ne serait pas autorisée à courir, puis nous avons reçu un e-mail de la FIM nous confirmant que la moto électrique ne serait pas autorisée à participer à la compétition pour des raisons de sécurité. »

« Nous avons essayé de répondre à ces préoccupations et nous avons accepté de payer un pompier pour qu’il prenne soin de la moto, mais nous avons appris 22 heures avant la course qu’après une réunion spéciale, la FIM avait supprimé la disposition autorisant les motos électriques à concourir. Nous travaillons toujours avec la FIM pour essayer d’être autorisés à participer aux courses restantes du championnat FIM SuperEnduro, qui reprendra en janvier. Nous espérons également participer au championnat AMA EnduroCross aux États-Unis à la fin de l’année 2024. »

A LIRE EGALEMENT  Adrien Van Beveren sur l´Enduro del Verano : "Je me suis pris au jeu, comme avant !"

Stark Future est donc actuellement en pourparlers avec la FIM pour trouver un terrain d’entente afin que Taddy Blazusiak et d’autres pilotes éventuels puissent participer avec une moto électrique aux épreuves internationales.

Vos commentaires