Courses de sable

Adrien Van Beveren sur l´Enduro del Verano : « Je me suis pris au jeu, comme avant ! »

Adrien Van Beveren sur l´Enduro del Verano : « Je me suis pris au jeu, comme avant ! »
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Adrien Van Beveren a participé le week-end dernier à l’Enduro del Verano, seconde étape de la Coupe du monde des sables.  Le Français y a vécu une semaine inoubliable avec un public argentin qui a mis « une ambiance de feu ». 

Un mois après son podium au Dakar, Adrien Van Beveren a fait son retour sur l’Enduro del Verano, course de sable mythique organisée à Villa Gesell. Le public argentin a réservé un accueil chaleureux au Français, vainqueur ici en 2013 et 2015. Cette participation n’était initialement pas prévue. « Cela s’est décidé au dernier moment après l’invitation de Honda Argentine et Monster Energy, raconte le Nordiste. J’y suis allé pour le plaisir, sans objectif de résultat ni entraînement spécifique. » Il avait d’ailleurs à disposition un moteur d’origine. « Ce qui m’allait bien puisque j’étais là sans prétention aucune. »

Venu pour profiter de l’événement après avoir dû renoncer en 2020 (blessure), 2021-22 (annulation) et 2023 (Abu Dhabi Desert Challenge), Van Beveren a vite repris ses bonnes habitudes. « Je me suis senti à l’aise dès les premiers tours de roue, et surtout très content de goûter à nouveau au sable de Gesell ! », sourit-il. Et cela s’est ressenti en piste.

À la lutte avec les meilleurs

Surpris par son niveau, le pilote Honda a terminé la course du vendredi deuxième derrière Camille Chapelière. « Je me suis pris au jeu, comme avant ! Mais n’ayant pas fait de préparation spécifique, j’avais du mal avec le rythme, notamment au niveau du cardio, et j’étais vite dans le rouge, admet-il. Il faut comprendre que c’est comme si ton sport est l’ultra-marathon, et que tu te mets à faire du sprint ! »

Troisième du Supercross face à des pilotes qui font ça toute l’année, Van Beveren s’est hissé aux avant-postes de la course du samedi. « Je me suis retrouvé en bagarre avec Lars Van Berkel pendant la moitié de la manche, avant de souffrir d’une adaptation difficile à ce rythme explosif », raconte-t-il. Le départ du dimanche ayant été volé, le Français s’est retrouvé aux portes du top-20. « Ma seule chance était alors de m’accrocher aux hommes de tête le plus longtemps possible et chercher un second souffle. » Plein gaz, il est remonté dans le peloton, repoussant ses limites physiques pour trouver une respiration dans le dernier tour. Il a ainsi tenu bon jusqu’à terminer sixième.

« Une ambiance de feu »

Si la performance sportive est honorable, le Français retient surtout de ce retour en Argentine l’accueil qui lui a été réservé. « J’ai été reçu comme un roi. Les personnes du quartier où j’étais m’ont amené des cadeaux, les propriétaires de restaurants m’invitaient à manger chez eux… J’étais venu me faire plaisir, objectif plus qu’atteint ! J’ai passé une semaine incroyable dans une ambiance de feu avec mes amis d’enfance Julien Bauchart et Clément Vanbremeersch, et tous mes amis argentins. »

« Je sens vraiment qu’il y a toujours une grosse ferveur pour le Dakar en Argentine », témoigne Van Beveren. L’Enduro del Verano 2024 se termine avec un immense sourire aux lèvres sur le visage du pilote Honda… et le souhait d’y revenir le plus tôt possible !

Vos commentaires