Motocross

Daniele Marchese (Fantic Factory Racing EMX125) : « Fantic s’est forgé une réputation de vainqueur ! »

Daniele Marchese (Fantic Factory Racing EMX125) : « Fantic s’est forgé une réputation de vainqueur ! »
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer
Qu’ont en commun Maxime Renaux, Ruben Fernandez, Roan van de Moosdijk, Jeremy Van Horebeek, Alessandro Lupino et Rick Elzinga ? Ce sont tous des pilotes de haut niveau et ils ont tous roulé pour son équipe à un moment donné de leur carrière. Juste avant le début de la saison EMX125 ce week-end en Sardaigne, nous avons rencontré le team manager Daniele Marchese qui dirige les pilotes EMX125 de Fantic Factory Racing, Noel Zanocz, Simone Mancini et notre compatriote Douwe Van Mechgelen.

Après avoir dirigé des équipes officielles pour Yamaha (EMX250) et Beta (MXGP), votre structure a été choisie pour gérer le programme Fantic Factory Racing en EMX125. Comment s’est passé ce changement de catégorie pour votre équipe ?

Daniele Marchese : « C’est un changement majeur, car nous avons couru en MXGP les quatre dernières saisons, et il n’est pas facile d’opérer ce changement. Nous n’avons jamais couru avec des motos à deux temps et même s’il s’agit d’un championnat européen, nous devons faire preuve d’un engagement et d’un professionnalisme maximums. Nous avons eu la chance de participer à l’EMX250 et au MXGP, mais toujours avec des motos à quatre temps. Les quatre-temps modernes représentent un défi différent, il suffit de penser à l’importance de l’électronique, mais les motos à deux temps sont très différentes. Je dois ajouter qu’elles sont également très avancées à leur manière. En fait, il reste peu de gens qui savent travailler à un haut niveau sur les moteurs à deux temps.
Deuxièmement, travailler avec de jeunes pilotes signifie que nous devons être beaucoup plus impliqués dans leur préparation. Cela demande beaucoup d’engagement et de suivi au jour le jour. Gérer des pilotes de MXGP est plus facile dans ce sens. Ce sont des professionnels expérimentés qui savent ce qu’ils ont à faire. Il n’est pas nécessaire de les soutenir directement chaque jour. »
 

Depuis l’entrée de Fantic dans l’EMX125 il y a quatre ans, et le titre d’Andrea Bonacorsi, Fantic a été l’équipe la plus performante de la série. Est-ce que cela apporte une pression supplémentaire ?

 

Marchese : « Fantic s’est forgé une réputation de vainqueur et a obtenu des résultats impressionnants dans la catégorie EMX125. Nous nous sentons donc responsables de maintenir un niveau de performance très élevé. Mais chaque année est différente. Les motos sont différentes et les pilotes sont tous nouveaux. Nous ferons toujours de notre mieux pour continuer sur cette voie, et la Fantic XX 125 est vraiment une moto géniale ! »

Fantic a maintenant une pyramide claire en place avec des engagements officiels en EMX125, EMX250, MX2 et MXGP. Quelle importance cela revêt-il pour attirer de jeunes pilotes talentueux ?

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : les meilleurs moments du motocross Elite de Villars-sous-Ecot

 

Marchese : « Je pense que le choix de créer plus d’équipes GP, jusqu’au MXGP, est le bon choix. De nombreux pilotes ne veulent pas courir en EMX250 sur une machine deux temps. Il y avait donc un risque de ne pas attirer de bons pilotes de EMX125. Le fait d’avoir des équipes dans toutes les catégories donne aux pilotes la possibilité de se développer et de créer une relation avec Fantic pour de nombreuses années. C’est rassurant et c’est un gage de stabilité.  Ils savent qu’en s’engageant, ils peuvent devenir de vrais professionnels dans le championnat du monde de motocross jusqu’à la catégorie reine.

Vous avez fait appel à l’un de vos anciens coureurs, Michele Cervellin, en tant qu’entraîneur. Comment les choses se passent-elles dans son nouveau rôle ?

 

Marchese : « Nous avons fait nos débuts en MXGP en 2020 avec Michele. D’une part, il a été un excellent professionnel en tant que pilote et il s’avère qu’il en est de même en tant qu’entraîneur des pilotes. En termes de compétences et de techniques de pilotage, Michele a toujours été exceptionnel, ce qui lui donne un œil attentif. D’un autre côté, il faut beaucoup de patience quand on s’occupe de jeunes de 16 ans ! Normalement, ces jeunes sont sous l’aile de leurs parents et ce détachement peut créer des problèmes au début. Il n’est pas facile de leur faire comprendre l’importance d’un comportement professionnel et des habitudes à prendre sur la piste et en dehors. Mais ‘Micky’ se consacre beaucoup au coureur et c’est encourageant ».

Un seul pilote, Vitezslav Marek, est resté dans la catégorie 125 et a devancé Noel Zanocz au classement final de 2023. Cela fait-il de Noel Zanocz l’un des favoris pour le titre EMX125 ?

 

Marchese : « Noel est définitivement un pilote qui pourra se battre pour le podium. Il est très déterminé et sait ce qu’il veut. Plus tôt dans la saison, il a déjà montré sa vitesse lors de l’Internazionali d’Italia, où il a remporté le titre de vice-champion. Je pense donc qu’il s’est bien adapté à la Fantic. Logiquement, il devrait être là-haut et il en va de même pour Simone Mancini. Il a déjà terminé 2ème à Matterley Basin à la fin de la saison dernière, et a remporté le bronze au Championnat du Monde Jr. 125cc. On voit qu’il a une bonne dynamique derrière lui. Simone n’a pas eu de chance lors des Internazionali, mais il peut certainement se battre pour le podium avec Noel. Il est indéniable que le niveau de l’EMX125 ne cesse de s’améliorer. En plus de l’équipe officielle Yamaha, KTM s’alignera également avec une équipe officielle, donc les choses ne seront pas faciles du tout. »

Il semble que vous ayez un bon mélange de pilotes entre Zanocz et Mancini, les plus expérimentés, et Douwe Van Mechgelen, qui participera à sa deuxième saison EMX125.

A LIRE EGALEMENT  MX US : Jett Lawrence et Haiden Deegan premiers vainqueurs de la saison à Pala

 

Marchese: « Nous avons en effet trois pilotes très forts, chacun avec ses propres points forts. Avec Noel et Simone, nous espérons nous battre pour le podium. Comme vous l’avez dit, Douwe est plus jeune, mais il a certainement la vitesse nécessaire pour se battre dans le top 5 lorsqu’il se sent bien. Pour ces jeunes pilotes, c’est un grand défi de rester constant tout le temps, mais notre objectif est clair: nous voulons poursuivre le succès que Fantic a obtenu ces dernières années! »

Fabio Tognella et vous dirigez l’équipe SDM Corse depuis 2003, d’abord au niveau local en Italie, puis en GP. Quel est le secret pour diriger une équipe de motocross aussi longtemps ?

 

Marchese: « Cela fait des années que j’accompagne Fabio dans cette formidable aventure. Des courses locales au MXGP, nous voulons faire aussi bien que possible tout en nous amusant.
Aujourd’hui, le motocross exige des budgets personnels très importants ou, comme dans notre cas, la capacité de s’adapter aux difficultés ou aux opportunités qui se présentent. Bien sûr, il faut être passionné et motivé, mais cela vaut pour tout ce que l’on veut accomplir, n’est-ce pas? Je dirais que ce qu’il faut surtout, c’est beaucoup de patience… »

Vos commentaires