Essai Suzuki RM-Z 450 2008|Rider-friendly

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Suzuki RM-Z 450 2008

On en parlait depuis un petit temps déjà et c’est aujourd’hui une réalité : la première machine de cross alimentée par injection électronique est là, devant nos yeux. Contre toute attente, elle est jaune. On attendait en effet plutôt Honda ou Yamaha sur le coup mais c’est bien à Suzuki que revient finalement l’honneur de présenter une machine qui préfigure sans doute ce que sera l’ensemble de la production cross d’ici peu de temps. Bien plus qu’un argument commercial, l’injection tansfigure complètement la 450 RM-Z…

Depuis l’arrivée des motorisations 4-temps sur le marché du cross, on n’avait plus réellement connu de révolution technologique. Bien sà»r, les avancées techniques furent nombreuses, mais sans que l’on puisse réellement parler de révolution. Avec sa nouvelle 450 RM-Z alimentée non plus par un carburateur traditionnel mais bien par un système d’injection électronique, Suzuki ouvre une nouvelle ère.Le système n’est pas nouveau et des constructeurs comme GasGas, Sherco ou Husqvarna l’utilisent déjà sur leurs machines. La nouveauté, c’est que le système Keihin qui équipe la Suzuki a cette fois été pensé non plus pour l’enduro mais bien pour le motocross, ce qui implique un comportement forcément très différent.En étant le premier à proposer une machine de cross équipée du fameux système, Suzuki entend évidemment réaliser un bon coup marketing auprès des pilotes avides de nouveautés et d’évolutions technologiques. Mais l’injection est bien plus qu’un outil marketing. Outre un comportement moteur très différent de celui généré par une alimentation traditionnelle, l’injection permet notamment un réglage automatique de la machine en fonction des conditions de température et de pression atmosphérique, réduit la consommation en carburant et facilite sensiblement le démarrage, à froid comme à chaud. Une solution technique dont on prévoit qu’elle devrait se généraliser d’ici peu sur l’ensemble de la production 4-temps. D’un point de vue technique, notons que la pompe d’injection Keihin fonctionne sans aucune batterie et que la pompe à essence est quant à elle située dans le réservoir. De nombreux capteurs électroniques renseignent en permanence le dispositif de gestion de l’alimentation sur la position du vilebrequin ou la vitesse de rotation du moteur.


Suzuki RM-Z 450 2008

Une machine pour tous

Les ingénieurs japonais insistent sur la philosophie qui a prévalu dans le développement de ce nouveau millésime : produire une 450 cross qui réponde aux attentes de tous les crossmen, du pilote du dimanche au professionnel. Rendre la machine du champion du monde Steve Ramon accessible au premier venu peut paraître utopique. Pourtant, les Jaunes ont relevé le défi. Les motoristes maison sont fiers de pouvoir qualifier leur nouveau-né de moteur « Rider-friendly ». Un comportement amical atteint grà¢ce non seulement à l’injection mais aussi par l’adoption d’une foule de modifications, comme une boîte qui passe de 4 à 5 rapports, beaucoup plus facile à utiliser pour le pilote moyen, un volant moteur plus lourd pour améliorer la progressivité du bloc ou encore des diagrammes d’admission et d’échappement revus. On note aussi l’arrivée d’un réservoir en aluminium. Là aussi, une première sur une machine de série. Celui-ci donne un look « usine » appréciable à la machine. Sa capacité, fortement entamée par la présence de la pompe à essence, est d’à peine plus de 6 litres. Heureusement, on nous promet que l’injection réduit sensiblement la consommation !Toujours côté moteur, on remarque l’adoption d’un starter à chaud positionné du côté droit du guidon, juste à gauche de la poignée de gaz. Ceci afin de permettre au pilote d’utiliser sa main gauche pour maintenir le levier d’embrayage tout en démarrant la machine, ce qui permet donc d’effectuer l’opération sans avoir à repasser par le point-mort. En ce qui concerne la partie-cycle, la Suzuki RM-Z 450 évolue de façon moins spectaculaire mais reçoit néanmoins un cadre revu de fond en comble, des suspensions Showa retravaillées, un bras oscillant plus léger et des disques de frein à pétales. Le cadre reste évidemment un élément de type périmétrique en aluminium. Le guidon sans barre est pour sa part de nouveau signé Renthal.


Facile et efficace

« Return to dominance » affichent fièrement les calicots qui flottent sur le circuit de Valkenswaard le jour de la présentation officielle de la nouvelle 450 RM-Z à la presse internationale. Il est vrai que la machine impose le respect, avec son superbe cadre alu, son réservoir issu du même matériau et la ligne agressive de son habillage plastique, qui marie avec succès le jaune et le bleu.Affronter un circuit comme celui de Valkenswaard dans des conditions telles que celles du jour de notre essai ne se fait jamais sans un soupçon d’appréhension. La pluie a rendu le circuit particulièrement délicat et les ornières se creusent rapidement dès les premiers tours de piste. Heureusement, la 450 Suzuki se montre particulièrement rassurante. Déjà performante par le passé, la grosse Suzuki se montrait cependant un tantinet exigeante pour le pilote moyen, son bloc moteur faisant preuve d’une volonté parfois délicate à maîtriser. Ici, le nouveau moteur à injection se veut particulièrement doux et facile à utiliser. Le feeling est parfait. La réponse est franche et directe mais sans jamais aucune brutalité. Le moteur fait preuve de force et de caractère mais dans une progressivité réellement étonnante. En plus d’offrir une réponse douce et précise, l’injection élimine également une bonne partie des vibrations à bas régimes, ce qui rend la Suzuki particulièrement agréable à utiliser. D’une linéarité exemplaire, le bloc 450 Suzuki devrait séduire pas mal de pilotes, même parmi ceux qui pensent qu’une 450 est trop puissante. De son côté la boîte 5, dont l’étagement n’appelle aucune critique, contribue elle aussi à accroître la facilité de la machine. Le pari que s’étaient lancé les Jaunes en voulant développer une machine pour tous semble être gagné ! D’autant plus que la partie-cycle va dans le même sens. Un chà¢ssis qui conjugue à merveille stabilité, rigueur et maniabilité, sur lequel sont montées des suspensions dont l’onctuosité en début de course à de quoi surprendre, une position de pilotage agréable qui incite à rouler beaucoup debout,… la nouvelle Suzuki ne manque pas d’arguments pour séduire son pilote. On regrettera seulement que Suzuki n’ait pas consenti de réel effort sur le bruit…Précise, efficace et facile à piloter, la 450 RM-Z 2008 a toutes les cartes en main pour devenir la nouvelle référence de la catégorie. Suzuki frappe en tout cas très fort ! Espérons que le prix de ce petit bijou reste raisonnable, ce qui semble se confirmer selon les premières rumeurs… A découvrir d’ici la fin décembre chez votre concessionnaire Suzuki !

suzuki08_3.jpg Système d’injection électronique Réservoir alu
titre_technique.jpg
Moteur : Monocylindre 4T, double ACT, refroidissement par eau
Alésage X course : 96 x 62,1mm
Cylindrée : 449cc
Rapport de compression : 12,2 :1
Alimentation : injection électronique 43mm
Allumage : électronique
Démarrage : kick
Embrayage : multidisques en bain d’huile
Boîte de vitesses : 5 rapports
Cadre : périmétrique en aluminium
Suspension avant : fourche téléscopique inversée Showa 47mm, triple réglage Débattement avant : 310mm Suspension arrière : mono-amortisseur Showa, triple réglage
Débattement arrière : 310mm Longueur : 2 185mm
Largeur : 830mm
Hauteur : 1260mm
Empattement : 1480mm
Angle de chasse : 25°30
Chasse : 111mm
Hauteur de selle : 955mm
Garde au sol : 350mm
Poids à sec : 101,5Kg
Réservoir : 6,2 litres

Vos commentaires

Plus de motocross