Motocross MXGP – Bellpuig | Les réactions des pilotes

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Retour sur le second GP de la saison à Bellpuig avec quelques-uns des pilotes qui ont vécu l’enfer ce week-end dans la boue espagnole. Les hommes ont souffert et aspirent à de meilleures conditions climatiques le week-end prochain au Portugal. Pour Kevin Strijbos, l’horizon semble en tout cas s’éclaircir peu à peu puisque le pilote GPKR dispose désormais de matériel en provenance du team KRT qui devrait lui permettre de retrouver le chemin des podiums…

Steve Ramon a mené une course parfaite à Bellpuig. Sa victoire indiscutable dans la première et unique manche du jour lui offre son premier GP de la saison!


MX1

CLEMENT DESALLE: “J’ai surtout essayé de rester sur la moto. Je suis cependant tombé trois fois mais je termine neuvième. Ma réaction sur la grille était bonne mais j’ai été entraîné vers l’extérieur et cela à gà¢ché mon départ. Dans l’ensemble, je n’ai pas à me plaindre et je serais volontiers reparti pour une seconde manche.”

CEDRIC MELOTTE: “Les conditions étaient extrêmement difficiles. En outre, mon moteur a rendu l’à¢me dès la première manche et c’était donc fini pour moi. Nous avons roulé avec la nouvelle moto que j’ai reçue il y a deux semaines. Elle roule mieux mais il reste toute une série de détails à régler. Ce n’est pas toujours facile à vivre. Pourtant, je fais toujours de mon mieux. Ce n’est pas évident de rouler avec une moto qu’on connaît à peine.”

MAX NAGL: “Mon départ était excellent mais je me suis accroché avec Philippaerts dans le premier virage et nous sommes tombés tous les deux. J’ai dà» alors me séparer de mes lunettes et je suis immédiatement rentré au tour suivant pour en mettre des nouvelles. Je me suis mis alors à rouler pas trop mal pendant quelques minutes jusqu’à ce que je chute à nouveau. Je n’avais plus de freins à cause de la boue. Une dix-neuvième place, ce n’est pas fameux et j’espère évidemment que cela ira mieux au Portugal

JOSHUA COPPINS: “Mon pied va nettement mieux mais cela n’est pas le plus grave. J’ai perdu quatre semaines. Aujourd’hui, c’était relativement mitigé en ce qui me concerne. Je me trouvais en troisième position lorsque j’ai dépassé Barragan. Je me suis ensuite rapproché de Steve et c’est alors que je suis tombé. Je me suis à nouveau rapproché mais, tout près de la marche, il y avait deux pilotes au sol et j’ai commis une faute. Je suis reparti en sixième ou en septième position et j’ai fini par terminer quatrième. Ce n’est pas trop mal mais je ne peux pas être content non plus de ce classement. J’ai réalisé le meilleur tour de la manche, ce qui est encourageant. J’ai encore besoin de temps pour revenir au top. Cette semaine, nous allons nous entraîner sur un circuit privé au Portugal.”

Départ de la manche MX1 à Bellpuig. Ramon (11) est à l’intérieur mais c’est Barragan (7) qui va virer en tête, tandis que Philippaerts (19) perd le contrôle de sa 450 YZ-F.

MX2

JOà‹L ROELANTS: “En première manche, je ne suis pas bien parti et je suis également tombé quelques fois. J’ai toutefois terminé à la seizième place. En seconde manche, je suis passé au-dessus de mon guidon après avoir seulement parcouru vingt mètres. Ma jambe se trouvait en dessous de la moto et elle était complètement tordue. Je ne pouvais plus bouger. Je suis reparti dans les derniers mais il y avait tellement de monde par terre lors du premier tour que je me suis retrouvé troisième pratiquement tout de suite! Je suis malheureusement tombé deux tours avant la fin, ce qui m’a fait terminer à la cinquième place. On peut dire que j’ai fait du power training aujourd’hui avec cette moto pleine de boue qu’il fallait sans arrêt remettre sur ses roues.”

TYLA RATTRAY: “J’ai gagné vraiment facilement en première manche. J’ai réalisé le holeshot et j’ai effectué quelques bons tours. En seconde manche, je suis à nouveau bien parti mais je suis allé trop vers l’extérieur, ce qui m’a obligé à me débarrasser de mes lunettes. Je suis ensuite tombé et je suis resté bloqué quelques minutes dans la boue. J’espère vraiment que nous aurons de meilleures conditions climatiques au Portugal.”

Jérémy Van Horebeek prend la 9ème place dans une seconde manche MX2 particulièrement difficile.

Du nouveau matériel pour Strijbos

Dimanche matin, nous avons interrogé Kevin Strijbos, directement après le warm-up. Nous lui avons notamment demandé des nouvelles du team. Strijbos: “Après Valkenswaard, je me suis plaint de la moto. Tout le monde voyait bien que cette moto ne fonctionnait pas. Nous avons alors cherché une solution. Nous recevons maintenant un peu plus de soutien de la part de KRT (le Kawasaki Racing Team de Martin van den Gelderen, NDLR) mais je reste dans le team de Patrick. Rien n’a changé sinon que nous avons reçu un bloc-moteur de KRT ainsi que des suspensions. Dans le sable, notre moteur n’avait pas de puissance tandis que sur le dur, il fonctionnait mieux, nous l’avons encore vu hier avec Sébastien (Pourcel). J’ai roulé avec ma nouvelle moto pour la première fois jeudi dernier. Il y a encore du travail à faire dessus mais je me sens déjà beaucoup mieux. Je suis donc convaincu que nous avons pris une bonne décision en agissant ainsi.” Les motos de Strijbos se trouvaient bien sous une petite tente, entre les camions de GPKR et de KRT, ce qui soulignait les liens qui unissent les deux teams.

Il faut savoir en outre, que Strijbos s’était blessé à la main en chutant lors des entraînements libres du samedi. Lors d’un premier examen effectué le samedi soir, on pensait qu’il y avait eu plus de peur que de mal mais un nouvel examen effectué le dimanche matin par un médecin donnait à penser qu’un petit os du pouce pouvait être fracturé, ce qui irritait un tendon. Le médecin déconseillait même à Kevin de s’aligner en course. Strijbos refusait, se faisait mettre un tape et prenait ensuite un anti-douleur car une injection n’était pas possible dans la mesure où la main aurait été complètement anesthésiée. Strijbos: “J’espérais qu’il pleuvrait car, dans ces conditions, on saute moins haut et je peux plus facilement tenir la moto.” Les choses ne se sont finalement pas mal passées pour Kevin puisqu’il termine à la sixième place. Cette semaine, Kevin devait faire examiner son pouce plus en profondeur en Belgique.

Ken De Dijcker conserve le leadership du championnat avant d’arriver au Portugal le week-end prochain.

Du jamais vu?

Difficile à dire mais, de tous les GP courus depuis les débuts du Championnat du Monde, en 1957, il semble que le GP de Bellpuig soit celui qui s’est couru dans les pires conditions. Il y a toutefois eu par le passé le tout premier GP 250cc à Sabadell, en 1962, au terme duquel seulement cinq pilotes avaient terminé classés.

Il faut dire que le règlement concernant les classifications était différent de ce qu’il est maintenant. A l’époque, en effet, lorsque le pilote passait sous le drapeau à damiers, il devait avoir effectué 75% des tours effectués par le vainqueur et cela, au total des deux manches, puisque les points n’étaient pas attribués par manche mais au total du GP. Si ce règlement était toujours en vigueur, en ce qui concerne le GP MX2 de dimanche, nous n’aurions eu aussi que cinq pilotes classés, à savoir Guarneri, Monni, Sword, Searle et Cairoli.

Un autre exemple est le GP 250cc à Sabadell, couru le 9 avril 1972, au terme duquel seulement sept pilotes ont terminé en seconde manche. Toujours à Sabadell (décidément!), mais en 1969, si on était d’accord sur le fait que Joël Robert avait bien gagné, il a fallu dix heures pour donner le classement définitif… On avait connu des problèmes semblables au GP d’Allemagne de l’Est qui devait être d’ailleurs rayé du calendrier par la suite. Enfin, au GP d’Autriche 500cc, à Sittendorf, seulement six pilotes avaient terminé en seconde manche, mais c’était parce que la majorité des pilotes avait fait grève, refusant de rouler sous la neige. Et il doit y avoir encore d’autres exemples de ce genre…

Photos: F. Van Hoydonck

Vos commentaires

Plus de motocross