Interview Clément Desalle | Clément Desalle nous donne rendez-vous ce dimanche à Nismes…

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

A 19 ans, Clément Desalle joue désormais dans la cour des grands. Régulièrement dans le top-10 du mondial MX1, le pilote Inotec-Suzuki est également deuxième du classement provisoire en championnat d’Allemagne. Ce dimanche, “le panda” sera à Nismes pour le troisième round du United Telecom Trophy et fera certainement à nouveau le maximum pour mener la vie dure aux ténors de notre championnat national…


Quelle est la raison de ta progression spectaculaire cette saison?

Clément Desalle: “Je fais toujours le maximum, même à l’entrainement. A part ça, je me trouve dans un bon team et j’apprends toujours de mon père, qui est aussi mon coach. Sans lui, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. J’ai fini l’école l’année passée, ce qui me permet de me concentrer sur le sport. Ca aide aussi, évidemment.”

Tu roules en MX1, alors que la plupart des pilotes de ton à¢ge sont toujours en MX2. Tu n’as jamais regretté de ne pas rouler en MX2?

Clément Desalle: “Avant la saison 2006, j’ai eu la possibilité d’aller en MX2. Finalement, j’ai choisi de rouler en MX1. Choix que je ne regrette pas du tout, même si le MX2 est vraiment une belle catégorie.”

Joël Smets t’a de nouveau choisi pour la présélection de l’équipe belge pour le Motocross des Nations. S’il te demandait de rouler à Donington en MX2, quelle serait ta réponse?

Clément Desalle: “Je n’hésiterais pas! Chaque crossman rêve de participer à cette course!”

Il y a eu certaines rumeurs qui laissaient entendre que tu allais rouler le National AMA à Washougal. Pourquoi ce projet ne s’est-il pas concrétisé?

Clément Desalle: “On avait en effet la possibilité d’aller aux USA afin de rouler à Washougal, mais c’est plus compliqué que ça. Finalement, on n’a pas pu trouver une bonne moto. Il est toujours intéressant de se comparer aux collègues américains. Je ne sais pas ce que ça aurait donné, mais c’est justement pour ça qu’on y allait!”

Même à 19 ans, tu n’as pas peur de te mêler dans des duels avec des pilotes plus expérimentés; tu as même une certaine réputation pour ça…

Clément Desalle: “C’est vrai que je n’ai pas de peur d’entrer en duel avec quelqu’un. Je me demande pourquoi je devrais avoir peur? Je ne fais que défendre ma place dans la course. Si certains pilotes n’aiment pas trop ça, c’est leur problème!”


En Afrique du Sud, tu as chuté assez lourdement en première manche. Est-ce que ça peut compromettre tes prestations à Nismes selon toi?

Clément Desalle: “J’ai effectivement chuté avec Coppins et Pourcel lors du départ de la première manche. Je me suis légèrement blessé au petit doigt, à l’épaule et à la jambe. Du coup, je prends un peu de repos cette semaine. Mais il n’y aura pas de problèmes pour dimanche!”

Tes bonnes performances ont dà» intéresser les équipes d’usine, non?

Clément Desalle: “Certainement! On est en pourparlers avec plusieurs équipes mais je préfère de ne pas en parler avant qu’il n’y ait quelque chose de concret..”

Comment trouves-tu le fameux circuit Saint-Joseph de Nismes? Penses-tu pouvoir monter sur le podium devant ton public?

Clément Desalle: “Cela a l’air d’être un beau circuit mais je n’y ai jamais roulé, ce qui est assez étonnant. Je n’aime pas faire des déclarations spectaculaires parce qu’on les utilise toujours contre toi après…”

Texte: Tom Jacobs | Photos: O. Evrard

Vos commentaires

Plus de motocross