Interview Marvin Musquin | “Roczen sera mon adversaire numéro 1!”

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

La saison 2009 a marqué l’explosion au plus haut niveau de Marvin Musquin. Titré lors du dernier GP au Brésil, le jeune pilote français a incontestablement été une des grandes sensations de la saison passée. Après un début de saison régulier, Marvin prend la plaque rouge de leader à  son compatriote Gautier Paulin après le GP de Catalogne, alors qu’il roulait encore chez Honda-NGS. 

Intervient ensuite son transfert plus que mouvementé dans le team KTM RedBull Factory. Après décision du tribunal de grande instance du Havre, Marvin se voit contraint de faire l’impasse sur le GP de Suède. Finalement, un accord sera trouvé entre les deux parties. Libéré de toute pression extra-sportive, Marvin sera ensuite irrésistible en remportant trois des quatre dernières courses de la saison tout en enfilant 5 victoires de manche. Et c’est d’ailleurs cette note positive qu’il faudra retenir: un garçon hyper doué techniquement et très bien entouré qui sera cette année le grand favori dans une catégorie MX2 où le championnat s’annonce passionnant.

Marvin, comment se passe ta préparation ?Marvin Musquin: “Tout se passe très bien. J’ai d’abord commencé l’entraînement dans le sable gelé. J’avoue que les conditions étaient difficiles. J’ai ensuite été en Espagne pour faire les photos avec tout le team, et j’en ai profité pour m’entraîner et faire mes premiers tours de roues avec ma moto de compétition. Je me sens d’ailleurs super bien sur cette moto à  biellettes!”

 

A cette période de l’année, beaucoup de jeunes Français s’expatrient aux Etats-Unis pour profiter de conditions d’entraînement optimales et beaucoup effectuent l’un ou l’autre SX. Ce n’est pas ton cas. Un choix personnel ou alors tu n’as pas l’aval de KTM pour partir ?

Marvin Musquin: “Non, c’est un choix personnel. C’est moi qui ne veux pas y aller. Le jour où je pars là – bas, c’est pour y rester. C’est mon rêve !”

Tu as véritablement explosé en 2009. Quels ont été les grands changements par rapport à  2008 où tu n’avais pas fait une saison extraordinaire ?

Marvin Musquin: “J’ai tout d’abord décidé d’avoir mon propre entraîneur en la personne de Yannig Kervella. Il travaille depuis longtemps dans le milieu du cross avec notamment des pilotes comme Sébastien Tortelli ou encore Frédéric Bolley. C’est son métier, il connaît le cross. Puis il y a eu ensuite mon passage chez KTM. Ce fut énorme! J’avais alors le meilleur team et la meilleure moto du plateau MX2!”

Ton passage de Honda/NGS à  KTM fut très mouvementé. Tu n’as jamais douté ou regretté ce choix à  un moment ou un autre ? Notamment quand tu as dà» te résoudre à  ne pas rouler lors du GP de Suède ?

Marvin Musquin: “J’ai bien sà»r eu de gros moments d’inquiétude avant la Suède. Je vivais alors un véritable cauchemar! Mais je n’ai jamais regretté ce choix. Je continuais à  prendre du plaisir à  chaque entraînement à  moto, à  chaque séance physique auxquels je participais. Mentalement, je me suis surpris. J’avais du monde derrière moi qui travaillait dur pour que j’arrive à  prendre le titre. Je dois beaucoup à  mon entourage ainsi qu’à  Pit Bierer qui a tout donné pour moi.”

Avec le recul, penses-tu que tu aurais pu gagner le titre en restant dans le team de Bruno Losito ?

Marvin Musquin: “Je ne veux pas répondre à  cette question. Tout ce que je sais, c’est qu’aujourd’hui je suis champion du monde!”

Après cet épisode extra-sportif, tu reviens à  Lommel avec, je suppose, une énorme pression sur tes épaules. Tu survoles les débats et tu mets un sacré coup au moral de tes concurrents directs. Penses-tu que Lommel ait été un tournant dans la saison ?

Marvin Musquin: “A Lommel, je me sentais bien à  l’entraînement. Et c’est vrai que j’avais la pression, car après mon forfait en Suède, je voulais revenir fort. J’ai tout dominé. Essais, chronos, qualifs, warm up et j’ai remporté les deux manches. Je confortais ainsi ma place de leader du championnat. Ce fut en effet un gros tournant et un grand soulagement pour moi…”

Tu as fais de gros progrès dans le sable. Tu as bénéficié des conseils de Stefan Everts pour ce type de surface ?

Marvin Musquin: “C’est un ensemble de choses. Mais c’est Yannig Kervella mon entraîneur. Stefan Everts était présent sur quelques entraînements en Belgique. C’était cool de rouler avec lui. J’ai pu voir différentes trajectoires et j’ai gagné en vitesse sur certains passages. Le progrès est également dà» à  ma bonne technique et à  la KTM, incontestablement la meilleure moto du pack MX2.”

Justement, tu es très fort techniquement. Cela vient-il du fait que tu as pratiqué le supercross très jeune ?

Marvin Musquin: “Oui. Je roule en SX depuis que j’ai 10 ans, et j’adore cela. Aujourd’hui, je suis à  l’aise sur n’importe quel type de surface grà¢ce à  cela.”

A Franciacorta, avec le team France, vous terminez deuxième du MXDN. Tu avais l’air déçu sur le podium. L’équipe de France était-elle la plus forte ce jour là  ?

Marvin Musquin: “Bien sà»r!! Je termine deux fois cinquième, Gautier Paulin gagne une manche et Steven Frossard finit 5ème et prend un Joker. Nous étions premiers… Maintenant, pour gagner une course comme celle-là  il faut avoir un peu de chance. Tout peut arriver, comme la chute collective de Gautier en troisième manche. J’étais déçu. Deuxième, c’est une superbe performance pour une première participation, mais dans ces conditions…”

Quel sera ton programme cette saison en dehors des GP ? A-t-on des chances de te voir évoluer sur l’une ou l’autre course en Belgique ?

Marvin Musquin: “Je vais faire quelques courses du championnat de France pour me préparer pour les GP. Il n’y a pas de course prévue en Belgique en ce qui me concerne.”

2010 sera pour toi l’année de la confirmation. Quel sera pour toi ton plus sérieux adversaire dans la course au titre ?

Marvin Musquin: “Il y a beaucoup de très bons pilotes en MXGP. Mais je pense que mon plus gros adversaire sera Ken Ronczen.”

En 2011, penses-tu que Marvin Musquin roulera aux Etats-Unis ?

Marvin Musquin: “Mon rêve est de partir aux USA. Pourquoi pas en 2011 ? Mais je n’en sais pas plus.”

Texte & photos: Yannick Bernard – Bernardmx.be

Vos commentaires

Plus de motocross