ITW Evgeny Bobryshev | Evgeny Bobryshev: ”Je ne veux pas me fixer des objectifs trop ambitieux!”

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Ceux qui ont pensé que Evgeny Bobryshev était venu au Supercross de Venray simplement pour encaisser sa prime de départ connaissent mal le pilote russe! En effet, celui-ci, lorsqu’il prend le depart d’une épreuve, c’est parce qu’il a envie de la remporter. C’est ce qui s’est encore passé à  Venray, aux Pays-Bas, où Evgeny s’est donné à  fond et a remporté trois victoires sur les trois jours que duraient l’épreuve. Au terme de celle-ci, on pouvait constater que le pilote Honda était épuisé mais toujours plein d’enthousiasme. Un style de pilotage spectaculaire et une forte personnalité, ce sont des caractéristiques qui ont rendu Bobryshev tellement populaire en championnat du monde de motocross. Si on ajoute que Bobby reste un garçon disponible pour les journalistes, allons-y pour une petite interview!

Comment s’est déroulé ton week-end à  Venray, Evgeny?

Evgeny Bobryshev: “Venray a constitué un week-end difficile pour moi car il signifiait une remise en selle après six semaines d’inactivité à  ce niveau. Si on ajoute que mon expérience en supercross est très limitée – une épreuve indoor à  Belfast l’an dernier – , ce n’était donc pas evident et ce week-end a donc été long et éprouvant. En fait, je suis doublement satisfait car j’ai remporté les trois journées et, en plus, je ne me suis pas blessé. Je suis très heureux parce que je peux maintenant me concentrer totalement sur la prochaine saison de MX1.”

Comme de nombreux supporters, j’ai été agréablement surpris de ta participation au SX de Venray.

Evgeny Bobryshev: “C’est une belle épreuve, avec une très bonne ambiance et c’est la raison pour laquelle je voulais y participer. Maintenant, je dois dire que cela n’a pas été facile de convaincre le team de participer à  des supercross. C’est vrai que je n’ai pas les bons réglages pour participer à  ce genre d’épreuves. La piste à  Venray n’était pas dangereuse, même pour des jeunes pilotes mais il faudrait quand même que je puisse m’entraîner pour participer régulièrement à  des supercross. Si cela me réussit, pourquoi ne pas participer à  un supercross aux Etats-Unis!? Il faudrait quand même que je me prépare alors sérieusement car si quelqu’un venait maintenant me trouver pour me proposer de participer sans préparation spécifique à  un SX AMA aux Etats-Unis ou au SX de Bercy, je refuserais immédiatement car c’est bien trop dangereux sans une préparation en profondeur.”

Jusqu’à  cette épreuve à  Venray, tu t’es bien reposé?

Evgeny Bobryshev: “Tout à  fait. Je me suis bien reposé, j’ai profité de la vie de famille en Russie et je suis parti avec ma copine en Thailande. Le seul sport que j’ai pratiqué, c’est du jet-ski, rien de plus. Chaque jour, je ne me levais pas avant midi!”

J’imagine que ton rythme de vie va désormais changer?

Evgeny Bobryshev: “Evidemment. Nous sommes dans les Alpes italiennes depuis jeudi. Comme l’an dernier, nous sommes venus ici afin de nous préparer physiquement pendant deux semaines. A partir de janvier, nous recommençons l’entraînement sur la moto.”

Pour 2012, tu vas disposer d’une Honda d’usine qu’on dit révolutionnaire. Que penses-tu de la moto?

Evgeny Bobryshev: “J’ai roulé sur cette moto en octobre à  Sugo dans le cadre du championnat japonnais et cette moto m’a totalement satisfait. La base du moteur est remarquable mais nous avons toutefois commencé à  l’améliorer. C’est incroyable tout ce qu’il y a de nouveau sur cette moto. Le design, le bloc-moteur et le cadre… tout est nouveau et a été pensé pour améliorer la stabilité. En ce moment, la différence avec la moto d’usine 2011 n’est pas encore énorme en ce qui concerne les performances. C’est la base qui est extrêmement prometteuse.”

Quels sont tes objectifs après cette année où tu as véritablement éclaté?

Evgeny Bobryshev: “Je ne veux pas me fixer des objectifs trop ambitieux car le motocross est un sport particulier dans lequel tout peut arriver nimporte quand. Je veux simplement me préparer au mieux en vue des courses afin d’être le plus costaud possible. Le niveau est très élevé dans les GP et chaque année, tu essaies de t’améliorer dans chaque domaine. Ceci dit, c’est clair que je ne sais plus progresser à  la vitesse à  laquelle progressent des jeunes pilotes comme Ken Roczen ou Jeffrey Herlings. Je suis bien trop vieux pour cela!”

L’an prochain, tu rouleras dans ton pays, la Russie, à  Semigorje.

Evgeny Bobryshev: “Je dois avouer que je n’en sais pas beaucoup à  ce sujet. Je ne suis jamais allé là -bas et je n’y connais personne. Nous verrons bien. Quoiqu’il en soit, il est toujours agréable de rouler devant son public.”

On a pu voir dans ton contact avec le public néerlandais et dans ses réactions enthousiastes à  ton égard que la Hollande est un peu ta seconde demeure.

Evgeny Bobryshev: “Oui, c’est vrai que les Hollandais ont toujours été sympas avec moi. Sans leur soutien, rien de ce qui m’arrrive aujourd’hui n’aurait été possible. Je ne pourrai jamais assez remercier Harrie Van Hout pour tout ce qu’il a fait pour moi. Il en va de même pour des tas d’autres personnes ainsi que pour mes supporters. Je leur souhaite à  tous de belles fêtes de fin d’année et je leur demande de faire attention avec les feux d’artifice et avec la vodka. Surtout en même temps!”

Photo Venray: ronnysfoto.nl

Vos commentaires

Plus de motocross