Motocross MXGP | Les dessous de l’organisation du GP de Belgique à  Bastogne

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

C’est désormais officiel; la Belgique accueillera bien un GP de motocross cette année. Et, qui plus est, en Wallonie. C’est en effet à  Bastogne, en province de Luxembourg, que les promoteurs de l’épreuve ont trouvé le terrain de jeu idéal pour cette organisation de grande envergure. Le GP prendra place à  la date du 17 juin dans le calendrier international. Afin de tout savoir sur cette organisation, nous sommes allés à  la rencontre de ceux qui se cachent derrière ce retour aussi inespéré qu’inattendu d’un GP en terres wallonnes, Edmond Detry et André Mathieu.

A 3 mois de l’épreuve, les candidats organisateurs du GP de Belgique 2012 ont donc fini par signer l’accord officiel avec Youthstream, promoteur des championnats mondiaux de motocross. Les rumeurs se sont donc révélées exactes et la Belgique accueillera donc bien un GP cette année. Une année particulière s’il en est pour le motocyclisme en Belgique puisqu’il s’agit de celle du centenaire de la Fédération Motocycliste de Belgique…

C’est sur la plaine militaire de “Sans soucis”, là  où le club de Bastogne présidé par Jean Kaiser organise depuis de nombreuses années des épreuves avec l’AMPL, que les promoteurs de l’épreuve ont porté leur choix. Bastogne est en effet assurément une ville qui a l’envergure nécessaire pour accueillir une épreuve internationale. N’oublions pas qu’elle est déjà  mondialement reconnue pour l’empreinte qu’elle a laissé dans l’Histoire avec la Bataille des Ardennes mais aussi avec la célèbre épreuve cycliste Liège-Bastogne-Liège.

Derrière l’acronyme “MX-Dema”, l’association organisatrice du futur GP, on trouve deux hommes. L’un est originaire de Vielsalm, l’autre de Namur. Le premier s’appelle André Mathieu, le second Edmond Detry. Et ce dernier de commencer par les remerciements d’usage: “Merci à  la FMWB, à  la Fédération Motocycliste de Belgique, au promoteur Youthstream et surtout à  la commune de Bastogne pour leur implication dans le projet. Sans leur soutien, notre épreuve n’aurait pas pu voir le jour. Notre collaboration est forte et basée sur un respect mutuel et une envie de réaliser ensemble un événement de haut niveau”

André Mathieu poursuit: “Cela fait plus de 2 ans qu’Edmond et moi avons envisagé l’organisation d’une épreuve mondiale. Depuis 1 an et demi, nous cherchions le meilleur des sites et le meilleur environnement pour organiser une manifestation de cette envergure. Cela fait 25 ans que je traîne ma bosse en tant que supporter sur les circuits de motocross et en tant que partenaire de jeunes pilotes prometteurs. Le mondial, je l’ai bien analysé et nous allons utiliser cette expérience pour la réalisation de notre épreuve. Edmond, lui, c’est le “Président”… (Rires). Il a 10 ans de moins que moi -il en a 34- mais quelle expérience dans la marketing et l’événementiel! Il a travaillé pour une multinationale dans le secteur du casque, dans un team officiel en championnat du monde Superbike, dans l’immobilier,… avant de lancer sa boîte de marketing et d’événementiel.”

Un tableau qui laisse à  penser que nos deux hommes forment le binôme idéal pour l’organisation d’un tel événement. “Nous nous complétons très bien, en effet, poursuit Edmond Detry. André est très soigneux dans ce qu’il fait et je lui fais confiance à  100%. Il s’occupera plus particulièrement du site et des équipes de travail. Aussi, il est très proche de la commune et des acteurs locaux. C’est très important. De mon côté, je m’occupe des partenariats, des aspects marketing, du médical, de la direction de course, de la Fédération belge, de l’environnement,… Egalement de tout ce qui touche à  la promotion de l’épreuve.

Bastogne a tout pour plaire

Quant au choix de Bastogne pour accueillir leur épreuve, Edmond Detry le justifie comme suit: “Les raisons qui nous ont conduits à  Bastogne sont nombreuses. Premièrement, nous avons la chance de pouvoir compter sur un équipe communale motivée qui souhaite porter le projet avec nous. Ensuite, je pense que la situation géographique est idéale, avec un positionnement au carrefour de l’Allemagne, de la France, du Luxembourg et des Pays-Bas. Sans compter que Bastogne est une ville touristique de renommée mondiale, capable d’accueillir pas mal de monde. Et, évidemment, nous y avons également trouvé avec la plaine de “Sans-soucis” le lieu idéal pour tracer un circuit à  la hauteur d’une manche de championnat du monde. Dès ors, pourquoi aller ailleurs?”

Si, a priori, le temps à  disposition des 2 hommes pour mettre en place leur épreuve d’ici les 16 et 17 juin peut paraître très limité, ceux-ci se veulent rassurants: “Comme nous l’avons dit, nous avons préparé notre candidature depuis fort longtemps, nous explique André Mathieu. Nous pensions que nous pourrions  organiser l’épreuve seulement en 2013 mais tout s’est accéléré et nous avons eu l’opportunité de l’organiser déjà  cette année. C’est vrai que le défi est de taille mais nous allons y arriver car nos partenaires sont très motivés.”

Question partenaires justement, nos organisateurs avouent avoir dà» jusqu’à  présent fonctionner essentiellement par leurs propres moyens. “Nous fonctionnons beaucoup sur fonds propres pour l’instant”, confie Edmond Detry. ”Vous savez, nous ne sommes pas du genre à  vendre de la poudre aux yeux. Il était hors de question de vendre un GP à  un potentiel partenaire sans avoir la certitude de l’organiser. Quand vous faites cela, vous n’avez pas de crédibilité, c’est dangereux. Nous pouvons donc dès à  présent nous consacrer à  la recherche de partenaires mais il est vrai que 3 mois, c’est court. Qu’à  cela ne tienne, l’épreuve aura bien lieu et sera de qualité!”, nous rassure le Namurois.

Le respect de l’environnement: une priorité

Et celui-ci de poursuivre en nous expliquant l’importance toute particulière qui sera accordée au respect de l’environnement dans l’organisation: “Ce sera avant tout un GP tourné vers l’environnement. Vous me direz que c’est contraire à  la pratique de la moto. Justement, non, c’est l’affaire de tous de pratiquer la moto de façon écologique. Notre intention est de devenir un modèle en termes d’actions environnementales. C’est important pour la pratique de notre sport. A titre d’exemple, nous allons utiliser des gobelets réutilisables et pas jetables, les savons utilisés pour laver les motos seront neutres, des arbres seront plantés, nous allons placer une station d’épuration pour les eaux usées de la station de lavage des motos,…”

Sur le plan sportif, rappelons que Bastogne accueillera les catégories reines du motocross mondial avec les séries MX2 et MX1 et sera également l’une des étapes du championnat d’Europe 125 2T, réservé aux jeunes pilotes. L’occasion pour le public belge de voir évoluer à  Bastogne les ténors du motocross mondial, parmi lesquels de nombreux compatriotes. A commencer par Clément Desalle, qui sera vraisemblablement une fois de plus en course pour tenter de rafler son premier titre mondial et qui évoluera à  Bastogne pour la seule fois de la saison en Belgique avant le Motocross des Nations à  Lommel en septembre. Une occasion unique donc pour le public wallon!

N’oubliez pas de bloquer d’ores et déjà  le week-end des 16 et 17 juin dans vos agendas!

Vos commentaires

Plus de motocross