Interview Jens Getteman | Pour Jens Getteman, la troisième année sera-t-elle la bonne en championnat de Belgique MX2?

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Jens Getteman, dix-huit ans, est devenu rapidement un des top pilotes du championnat de Belgique MX2. L’an dernier, Jens a terminé sur la troisième marche du podium mais il souhaiterait naturellement monter sur une marche plus élevée et, pourquoi pas, sur la plus haute marche du podium! Nous avons rencontré le pilote du team Standing Construct-Suzuki peu de temps avant que ne démarre (enfin!) ce dimanche le Monster Energy MX2 Trophy à  Mons.

Le championnat de Belgique, c’est important pour toi?

Jens Getteman: “Très important. En 2010, j’étais déjà  troisième du podium final. Cela veut dire que cela fait déjà  deux ans que je suis proche du titre et c’est évident que chaque année, je prends part au championnat de Belgique pour le remporter. Ce n’est pas évident car le championnat MX2 voit apparaître chaque saison de nouveaux pilotes comme Damon Graulus ou Brent Van Doninck.”

Tu es satisfait de la manière dont s’est déroulée la première partie de ta saison en MXGP? C’est une année d’apprentissage, sans doute. Pourtant, tu es déjà  parvenu à  marquer des points en Bulgarie…

Jens Getteman: “Pourtant, je m’attendais à  faire mieux. Peu avant que ne démarre le championnat du monde, je me suis déboîté l’épaule dans le championnat de Hollande. Une partie de la capsule a été arrachée et je souffre encore de cette blessure aujourd’hui. Je vais d’ailleurs devoir être opéré. Comme en cas d’opération je vais devoir observer une convalescence de trois ou quatre mois, on essaye de reporter l’échéance au maximum. Sans cette blessure, j’aurais pu mieux m’entraîner et j’aurais sans doute obtenu de meilleurs résultats. Maintenant, il faut reconnaître que le passage du championnat d’Europe vers le championnat du monde n’est pas facile. Pour gagner une demi seconde, il faut travailler dur!”

Explique-nous ce qu’il y a de différent entre le championnat d’Europe MX2 et le championnat du monde MX2… 

Jens Getteman: “On y va à  fond du début jusqu’à  la fin alors qu’en championnat d’Europe, on roule prudemment en début de manche afin de ménager ses forces pour la fin. En GP, on ne calcule pas de cette manière.”

La rapidité que tu as acquise en participant à  des GP va constituer pour toi un avantage en championnat de Belgique?

Jens Getteman: “C’est vrai que la vitesse et surtout l’expérience que j’ai acquises en GP devraient m’être utiles en championnat de Belgique. Cependant, les circuits sont complètement différents. C’est évident que je sais dorénavant me battre du début jusqu’à  la fin. Par le passé, j’étais un peu juste à  ce niveau en championnat de Belgique.”

Ta blessure à  l’épaule t’oblige sans doute à  suivre un entraînement approprié?

Jens Getteman: “Cette blessure n’est effectivement pas restée sans conséquences. C’est ainsi que la semaine dernière, à  Axel, je suis tombé pendant les entraînements. Je n’ai pu faire mieux que douzième dans la première manche et je n’ai pas pu participer à  la seconde manche. En plus, j’ai souffert énormément les jours qui ont suivi. Ensuite, la douleur s’en va mais elle revient lorsque je suis sur la moto. Ce n’est pas simple de gérer cela. J’essaye tout simplement de faire de mon mieux.”

Quels sont selon toi les favoris cette année dans le championnat de Belgique MX2?

Jens Getteman: “Tout d’abord, il y a Fors, évidemment. Kevin n’est pas le champion en titre pour rien. J’attends également beaucoup de mon compagnon d’écurie, Damon Graulus. Il roule bien même s’il vient tout juste de passer du deux-temps au quatre-temps. Brent Van Doninck est également très rapide. Il faudra simplement voir comment va évoluer sa blessure au genou. En ce qui concerne les étrangers, Mike Kras n’est plus là  mais je pense que mon autre équipier de chez Standing Construct, Nikolaj Larsen, pourrait créer la surprise.”

Que penses-tu du circuit de Mons?

Jens Getteman: “Ce n’est vraiment pas mon circuit favori. L’an dernier, je suis tombé parce que ma moto était restée bloquée dans une souche d’arbre. C’est un circuit où il faut vraiment rester concentré tout le temps.”

Tu n’es pas allé au Mexique ni au Brésil. Tu as pu profiter de cette pause pour te préparer en vue du GP de France?

Jens Getteman: “Je suis à  l’école de motocross de Lommel et nous nous sommes rendus en Allemagne pour un stage de dix jours. J’ai pu me préparer sur des terrains en dur. Les deux GP outre-mer et le décalage horaire ont dà» être très fatigants pour les pilotes. J’ai donc un petit avantage à  ce niveau.”

Le team Standing Construct compte donc trois jeunes pilotes avec Damon Graulus, Nikolaj Larsen et toi-même. Cela aide au niveau de la motivation d’avoir une telle concurrence sous le même toit?

Jens Getteman: “Absolument. Lorsque nous roulons ensemble, chacun y va à  fond. On essaye de repousser ses limites car chacun veut être le plus rapide dans son propre team. Ceci dit, nous nous entendons très bien tous les trois. L’ambiance est très bonne. Cet hiver, nous avons beaucoup roulé ensemble. C’est un peu moins le cas pour le moment pour la bonne et simple raison que Damon et moi nous faisons partie de Topsport Vlaanderen (organisme qui encadre et subsidie les sportifs flamands prometteurs ou de haut niveau, NDLR). Ceci dit, il arrive que nous allions parfois nous entraîner tous les trois sur le même circuit.”

Merci pour ton temps et tous nos voeux de succès!

Jens Getteman: “C’était un plaisir!”

Vos commentaires

Plus de motocross