Thierry Klutz : des projets plein la tête !

Thierry Klutz : des projets plein la tête !
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Depuis qu’il a mis un terme à sa carrière sportive, Thierry Klutz n’a jamais été aussi actif dans le monde de la moto. En août 2016, le Liégeois annonçait en effet sur le podium des 12 Heures de la Chinelle qu’il venait de disputer la dernière course d’une très longue carrière. Mais Klutzy n’a pas tourné le dos au sport moto pour autant, bien au contraire.

Celui qui a touché à toutes les disciplines tout-terrain (y compris le Supermoto et le trial) durant sa carrière s’investit depuis de nombreuses années auprès des jeunes à qui il apporte son expérience de la compétition de haut niveau, a aussi une solide expérience en matière d’organisation et connaît les rouages de l’administration comme personne.

Promoteur du championnat de Belgique d’enduro durant plusieurs années, il a donné à la discipline en Belgique un nouvel élan en professionnalisant l’image du championnat au travers de sa société TKO, en marge de quoi il a aussi travaillé entre 2008 et 2013 en tant que chargé de mission pour la création de circuits de motocross permanents pour l’ADEPS. “Bien que mon poste actuellement soit un poste de « Chef d’activités » au centre ADEPS du Sart-Tilman, j’ai pu, grâce au soutien de mon directeur et de l’administration, continuer à m’impliquer pour assurer une continuité dans les projets de développement de la moto en Wallonie” explique-t-il à ce sujet. “J’ai appris à connaitre les raisons qui font qu’aujourd’hui nous n’avons pas plus que deux circuits de motocross  permanents en Wallonie. Mon travail m’a permis de me construire une certaine crédibilité vis-à-vis des différentes administrations qui ont un rôle à jouer dans l’obtention des permis d’environnement. J’espère vraiment pouvoir concrétiser les projets de circuits permanents en Wallonie et soutenir les sites existants. Mais tout prend énormément de temps !”

Thierry Klutz, ici avec Vincent Collet et Cédric Cremer en 2014, ce sont notamment 5 victoires aux 12 Heures de la Chinelle !

“Depuis quelques temps”, poursuit-il, “avec le soutien de la FMWB et de l’ADEPS, je mets en place des stages d’initiation à la moto en centres ADEPS. Ceux-ci remportent un réel succès, lequel témoigne de l’intérêt qui existe encore pour le sport moto auprès des jeunes. C’est encourageant ! Je tente aussi d’amener ces initiations vers le grand public en les proposant dans le cadre d’événements familiaux comme le salon “vert-bleu-soleil” à Liège ou différentes organisations du Beau vélo de Ravel.”

“J’ai à présent un autre projet”, lance-t-il dans la foulée, “celui de devenir président de la FMWB (entité wallonne de la Fédération Motocycliste de Belgique, NDLR). J’ai décidé de poser ma candidature à ce poste car je suis persuadé que je peux apporter quelque chose de nouveau à la fédération. Ma connaissance du terrain, en tant que pilote et qu’organisateur, mon expérience du sport de haut niveau, mes contacts réguliers avec les jeunes pilotes… tout cela peut certainement m’aider à piloter la fédération.”

Durant de nombreuses années, c’est sous les couleurs de l’asbl “En Vies d’Avenir” que Thierry Klutz a disputé l’Enduropale du Touquet.

J’espère que les clubs comprendront ce que je peux leur apporter dans la défense de leurs intérêts auprès des administrations et du pouvoir politique” continue le Liégeois, “Je compte aussi travailler sur l’image des différentes disciplines moto auprès des jeunes et du grand public. Il y a clairement un déficit d’image qu’il convient de combler, par l’organisation de journées d’initiation comme par la création de clubs à vocation pédagogique dont le but serait de permettre au aux jeunes de pouvoir s’initier à la pratique de la moto via des motos électriques par exemple. Nous devons en effet tenir compte de l’impact de la pratique de la moto sur l’environnement. La moto électrique est en ce sens une alternative intéressante. Enfin, je crois qu’il s’agit aussi de continuer le travail auprès des jeunes pilotes désireux d’atteindre le plus haut niveau car ce sont aussi les porte-drapeaux de la moto belge. On verra, je ne suis évidemment pas le seul candidat. Mais le challenge me motive comme jamais! “

 

Vos commentaires

Plus d’actu