Enduro

Billy Bolt: frappé par la foudre

Billy Bolt: frappé par la foudre
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Qu’il s’agisse d’enduro extrême ou de SuperEnduro, le Britanique Billy Bolt apporte une bouffée d’air frais et d’enthousiasme. Le pilote Rockstar Energy Husqvarna, âgé de 20 ans, a connu un superbe début de championnat SuperEnduro. Actuellement troisième de la série derrière l’Américain Cody Webb et le légendaire Taddy Blazusiak, Bolt est monté à deux reprises sur le podium et souhaite conserver cet élan pour le quatrième round le week-end prochain à Bilbao.

Un style spectaculaire, une personnalité énorme en rapport avec son gabarit et des résultats impressionnants ont fait Billy Bolt un nom familier en un rien de temps. Lors de son tout premier Erzberg en 2016, le pilote de Newcastle a attiré l’attention avec son style percutant et une impressionnante cinquième place. L’athlète Shot Race Gear a souligné son potentiel l’année dernière avec une série de solides résultats en enduro extrême et une victoire au Sea to Sky! Pas trop mal pour un ancien pilote de trial qui a fait le saut en enduro seulement à la fin de l’année 2015 …

Je dois dire que tu as l’un des meilleurs noms du monde de la moto, Billy!

Billy Bolt: (souriant) “En fait, cela a été commenté à plusieurs reprises. Comme les gens me le disent, avec un nom comme ça, c’est le destin que tu deviennes motocycliste. Le motocyclisme est la seule chose que je voulais faire depuis toujours! Je pense que tout est parfaitement en place. J’ai toujours suivi toute sorte de courses quand j’étais gamin, que ce soit les stars du championnat du monde trial, du MotoGP, du motocross, du supercross, de l’enduro ou du Superbike. J’ai regardé les meilleurs pilotes dans toutes les disciplines. Dans un sens, je pense que regarder et apprendre de ces gars-là m’aide à m’adapter maintenant à tous les types de pilotage.”

Le SuperEnduro est une forme de course tellement excitante. Et très différent de toute autre forme d’enduro!

Bolt: “C’est assez fou! J’ai fait du trial toute ma vie et j’ai fait le saut vers l’enduro en décembre 2015 seulement. Avant le premier SuperEnduro, je n’avais été à la grille de départ avec d’autres pilotes que trois ou quatre fois. La dernière course SuperEnduro était particulièrement intense, les pilotes s’envolaient à gauche, à droite et au centre. Mais tout va bien, je me régale vraiment!”

Est-ce que tu es surpris par ces excellents résultats alors qu’il ne s’agit que de ta première saison sur le championnat du monde SuperEnduro ?

Bolt: “Je voulais faire du SuperEnduro depuis un moment parce que j’avais l’impression que c’était une série dans laquelle je pouvais vraiment bien faire. Et je me suis entraîné dur avant la saison en Espagne avec Taddy (Blazusiak) et Jonny (Walker). Ce qui me donnait de bonnes références en la matière. Mais la capacité technique et la vitesse ne sont pas les seules choses qui comptent. Je suis assez surpris moi-même à quel point je me suis adapté à la course! Parce que s’aligner avec 13 autres pilotes dans une arène est encore autre chose. C’est pourquoi j’ai toujours vu cela comme ma saison d’apprentissage dans le but de peut-être obtenir un premier podium vers la fin. Donc, c’est cool de voir que je me suis adapté plus rapidement que prévu.”

Quelle a été la chose la plus difficile lorsque tu es passé du trial à l’enduro?

Bolt: « Rester sur mes deux roues! Avant tout, juste s’habituer à la moto. Je pouvais rouler assez vite sur une moto de trial mais cela ne veut pas dire que l’on peut aller vite sur une moto d’enduro. Celui qui dit que le pilotage est le même est un menteur! Bien sûr, vous pouvez rebondir sur tous les arbres et toutes les pierres, mais c’est aussi la recette idéale pour faire beaucoup d’erreurs! Heureusement, j’avais de bonnes personnes autour de moi, qui m’ont corrigé et qui m’ont sorti de mes mauvaises habitudes. »

Qui a été la personne la plus influente dans ton ascension fulgurante dans le monde de l’enduro?

Bolt: “L’une des personnes principales a été Julian Stevens. Il a beaucoup travaillé avec Jonny Walker dans ses premiers jours d’enduro. Je ne serais définitivement pas là où je suis maintenant sans son aide! Un autre est Paul Edmondson. Je ne sais pas s’il est encore connu chez vous en tant que ‘Fast Eddy’ ?  Il était réellement là le premier jour où je suis monté sur une moto d’enduro. Paul me guide toujours à ce jour, il m’assiste sur les courses et continue à m’observer sur certains entraînements. Il y a tellement de choses à apprendre de gars comme lui.”

Il y a-t-il un obstacle spécifique en SuperEnduro que tu aimes?

Bolt: “Le SuperEnduro est bizarre. Bien sûr, vous avez des obstacles similaires comme une section de pierres ou un saut de pneus qui seront inclus partout, mais chaque constructeur de piste les utilise différemment. Ce n’est jamais vraiment pareil. J’aime quand la piste est roulante et de bonnes occasions de dépassement. Quand la piste est pensée pour offrir de belles courses, quoi!”
Tu disputeras le premier championnat WESS, World Enduro Super Series, cette année. Quels sont les événements qui te tiennent à cœur?

Bolt: “Plus que tout, je suis impatient d’arriver sur toutes les courses! Je pense que c’est fantastique de rouler dans une telle variété de conditions et de lieux. Pour un pilote d’enduro extrême, l’Erzberg est à mon avis le plus grand événement de l’année. L’Erzberg sera toujours une course hors norme, c’est le berceau de l’enduro extrême! De l’autre côté, vous avez des événements plus traditionnels comme le Trèfle Lozérien et je suis très impatient pour cela aussi. Même les pilotes amateurs britanniques me disent à quel point ils ont pris du plaisir au Trèfle et à quel point il s’agit d’une expérience agréable. Peut-être que cela vous surprend, mais je suis même chaud pour aller à la course de plage Knock Out à Scheveningen! Je me suis rendu sur la course de plage de Weston en tant que spectateur et j’ai tellement aimé que j’ai tout de suite regretté de ne pas y être moi-même inscrit!”

La saison de motocross MXGP démarre ce week-end en Argentine. Il y a des pilotes que tu suis en particulier ?

Bolt: “Certainement! Je suis plutôt patriote alors je fais un peu plus attention aux Britanniques. Je connais bien Conrad Mewse. Nous nous sommes entraînés ensemble, nous sommes tous les deux sous la gestion de Jamie Dobb (ancien champion du monde de motocross 125cc devenu manager) et nous nous entendons bien. Il n’a pas eu une bonne saison 2017 mais il a travaillé très dur et il a l’air bien dans la catégorie MX2. Ben Watson est un autre pilote que je souhaite voir briller cette année. Ben a une belle carte à jouer maintenant qu’il est dans une équipe d’usine. Dans la catégorie MXGP, je pense que nous pouvons nous attendre aux favoris habituels avec Jeffrey Herlings et Tony Cairoli. J’espère que ce sera une belle bataille pour le titre! »

Et si les pilotes SX s’attaquaient à une piste SuperEnduro et que tu avais l’occasion de les entraîner?

Bolt: “(rires) Je suis partant pour ça! Je serais plus qu’heureux d’y aller. Je ne pense pas que nous ferions aussi bien sur une piste de Supercross. Ce serait certainement amusant! “

Merci pour ton temps Billy.

Si vous aimez l’info 2 roues divertissante, n’oubliez pas de suivre @billybolt57 sur Instagram!

Vos commentaires