Motocross

Un nouvel élan pour le circuit de Moulins-Saint-Hubert

Un nouvel élan pour le circuit de Moulins-Saint-Hubert
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

A Moulins-Saint-Hubert, dans le département de la Meuse, en France, on s’est battu pour rouvrir le circuit de motocross. Une pétition lancée l’an dernier a recueilli plus de 800 signatures. Le nouveau club s’apprête à présent à recevoir le championnat AMPL le 31 mars prochain. Une belle victoire pour les promoteurs du projet qui espèrent être prêts à accueillir les pilotes dès le mois de janvier 2019 sur leur circuit entièrement rénové. Un circuit de motocross qui reprend vie, voilà un fait malheureusement assez rare, même chez nos voisins français.

 

Marcel Gourdet et Frédéric Lagaude sont à la tête de l’initiative et viennent de créer le MX Moulins Motoclub (MX2M) qui gèrera le terrain de motocross de Moulins-Saint-Hubert, circuit unanimement reconnu et apprécié par les pilotes issus des deux côtés de la frontière.


Toujours dans la même ambiance conviviale, le circuit sera dès le mois prochain accessible contre 10 euros la journée avec la possibilité d’acquérir une carte à 100 euros pour un accès illimité pendant 1 an ( du 1 janvier au 31 décembre). Attention, il n’y a que 100 cartes disponibles !
Toutes les licences sont acceptées. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le groupe Facebook du club.

Frédéric Lagaude est le président du club et son ami Marcel Gourdet en est le vice-président. Entre eux, point de hiérarchie. C’est une amitié longue de 40 années qui les unit ,une amitié qui est née en 1978, déjà sur les terres de Moulins -Saint-Hubert et c’est donc aujourd’hui un retour aux sources pour les deux compères. Marcel, agé de 72 ans, n’hésite jamais à remonter sur sa Montesa 350 de 1976 et à affronter à son guidon les circuits de France et de Belgique.

Il en est de même pour Frédéric Lagaude, 57 ans et de sa Suzuki RM 250 de 1984 avec laquelle il dispute régulièrement les épreuves “Old timer” de l’AMPL.

 

Texte : Angélique Bouille

Vos commentaires