Motocross des Nations - Assen

Johan Boonen : “Nous nous sentons chez nous à Assen”

Johan Boonen : “Nous nous sentons chez nous à Assen”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Pilote sur les GP 500cc dans les années 90, vainqueur du GP de la citadelle de Namur en 1995, Johan Boonen a ajouté l’an passé la casquette de coach fédéral pour le Motocross des Nations à celle d’organisateur du GP de Lommel. Après une première expérience à RedBud l’an passé, Boonen revenait à Assen ce week-end avec une équipe soudée et motivée et des ambitions revues à la hausse après une prestation aux USA qui avait laissé un petit goût amer dans le clan belge.

“Sur les Nations, tout peut arriver. C’est cela qui rend l’événement passionnant !”

Et les choses se sont plutôt bien passées ce week-end pour les Belges puisqu’ils ont su défier les éléments pour se hisser sur la deuxième marche du podium. Un podium sur lequel ils n’étaient plus montés depuis 2015. “Il s’est passé tellement de choses ce week-end, cela a un peu été comme des montagnes russes pour nous”, commente Boonen. “Il y a d’abord eu la pole samedi puis la malchance de Jago Geerts en première manche aujourd’hui… mais nous sommes toujours restés confiants.”

“Les pilotes ont vraiment bien roulé malgré des conditions vraiment exigeantes. Je les savais motivés tous les trois pour donner le meilleur d’eux-mêmes mais, vous savez, sur un événement comme le Motocross des Nations, tout peut arriver. C’est cela qui rend l’événement si passionnant !”

Deuxième, la Belgique s’est inclinée face à un ogre hollandais qui n’a laissé aucune chance à ses adversaires dans le sable lourd d’Assen. “Les Hollandais étaient très forts aujourd’hui”, poursuit le coach belge. “Ils étaient vraiment au-dessus du lot, c’est évident. Félicitations à eux !”

A LIRE EGALEMENT  MX Elite : le résumé vidéo de l'épreuve de Magescq

Avant de conclure : “Tout comme les Néerlandais se sentent chez eux à Lommel, nous nous sommes sentis chez nous à Assen ce week-end. Non seulement parce qu’il s’agit aussi d’une piste de sable lourd mais aussi parce que de nombreux supporters belges avaient fait le déplacement pour supporter leurs pilotes.”

 

Vos commentaires

Plus de motocross