Motocross

Circuits d’entraînement : une asbl pour représenter le monde de la moto

Circuits d’entraînement : une asbl pour représenter le monde de la moto
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

La fermeture du circuit de Lierneux à la fin de cet été a causé pas mal d’émoi dans le petit monde du motocross wallon, plus que jamais confronté au manque de circuits dédiés à l’entraînement. Colère, indignation, incompréhension mais aussi réactions et initiatives constructives se sont enchaînées à la suite de ce qui semble -à juste titre- être un ultime coup porté à un sport en souffrance depuis de nombreuses années.

La fin des entraînements à Lierneux a au moins eu le mérite de susciter la mobilisation de plusieurs acteurs du milieu. Le 11 septembre dernier, une trentaine de personnes se sont réunies à Nivelles pour y discuter de façon constructive de la réponse à apporter à la problématique des circuits d’entraînement dédiés à la moto tout-terrain. Chacun a eu l’occasion d’y exprimer son opinion sur la question et certains se sont portés volontaires pour tenter d’aboutir à des solutions.

Un groupe de 5 personnes pousse le dossier. Il s’agit de Thierry Klutz, qui connaît la problématique sur le bout des doigts, André Mathieu, propriétaire du terrain de Lierneux, Renaud Dejardin, Benoît Malta et Damien Hermand. Pour représenter le monde de la moto auprès non seulement du politique mais aussi du grand public, une asbl va être constituée.

Le circuit de Lierneux a été fermé à la fin de l’été suite à la plainte d’un seul riverain.

Une asbl qui n’entend pas se contenter de revendiquer inlassablement la réouverture des circuits fermés mais qui compte développer un projet de développement durable pour la moto tout-terrain, prenant notamment en considération l’enjeu majeur que l’apprentissage du deux roues représente pour les années à venir en matière de mobilité.

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : retour sur le GP de Riola Sardo avec les pilotes du team Red Bull KTM Factory Racing

Un point se trouve déjà à l’agenda de la future association : celui de la réduction des nuisances sonores, identifiées aujourd’hui par toutes les parties prenantes comme le problème majeur de la moto tout-terrain. De nombreuses idées sont sorties de le réunion du 11 septembre, elles seront développées en temps utile.

Du côté des porteurs de ce projet ambitieux, on se dit positif par rapport aux premiers contacts qui ont été établis avec le monde politique, où l’on sentirait enfin la volonté d’aboutir à des solutions.

 

Vos commentaires

Plus de motocross