La machine électrique développée aux Pays-Bas bientôt prête

La machine électrique développée aux Pays-Bas bientôt prête
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

On vous en parlait il y a quelques mois :  la société Dohms Projecten développe une machine tout-terrain électrique avec ELEO, un projet soutenu par Yamaha Motor Europe et la KNMV. Depuis lors, de grandes avancées ont été obtenues et il semble que les performances de la machine soient plus que prometteuses.

Développée sur base d’un châssis de Yamaha YZ250F, la machine EMX a passé avec brio son premier test sur le banc d’essai. La machine électrique d’ELEO (anciennement SPIKE) et de Dohms Projecten est en bonne voie pour concurrencer les machines 4 temps 250cc actuelles. Elmar Dohms et l’ingénieur Laurens Kusters sont les moteurs de ce projet. En mars de l’année dernière, le tandem a commencé à coucher la machine EMX sur la planche à dessin. La machine a été développée depuis zéro, en un temps record.

ELEO et Dohms placent leur bloc propulseur électrique dans un châssis Yamaha YZ250F . En apparence, il s’agit donc d’une machine qui semble assez familière, même si elle est équipée d’un moteur électrique. La position de pilotage et l’équilibre général de la moto ne sont pas fondamentalement différents des machines existantes. Cependant, la pilotage d’une telle machine est une nouvelle expérience. Un moteur électrique signifie qu’il n’y a pas besoin de boîte de vitesses et qu’il y a beaucoup de couple disponible sur une large plage d’utilisation.

“Vous avez l’impression d’être toujours dans la bonne vitesse. La puissance est toujours là, du ralenti jusque tout en haut », explique Kusters. «Le plaisir de piloter est toujours le même, mais il y a moins de choses à gérer. Vous n’avez plus besoin de passer les vitesses pour exploiter la puissance du moteur. Cela signifie que vous pouvez vous concentrer davantage sur la recherche des bonnes trajectoires. Le couple disponible tout en bas est énorme.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : Amandine Verstappen s'impose sur le championnat de France féminin à Clastres

Capable de rivaliser avec une 250cc 4-temps moderne

Les deux hommes ont délibérément choisi une machine capable de rivaliser avec une moto quatre temps de 250 cm3, le type le plus courant sur les pistes de motocross aujourd’hui. «L’un des principaux avantages de la machine EMX est que la puissance est contrôlée par ordinateur. Cela permet d’ajuster facilement la puissance au niveau d’une machine 85cc ou 125cc par exemple», explique Dohms. «Cela fait de l’EMX une machine tout-terrain à grandes roues qui convient à un large éventail de pilotes. Les jeunes qui ne se sont jamais assis sur une moto peuvent commencer à rouler en toute sécurité, avec moins de puissance et donc une machine très facile à prendre en mains. Au fur et à mesure que l’expérience du pilote grandit, la puissance peut être augmentée au niveau utilisé par les pilotes chevronnés. “

Un autre avantage réside dans la maintenance, qui est considérablement réduite. Cette machine ne dispose pas de filtre, de bielle ni de piston nécessitant un entretien. Avec l’EMX, il vous suffit de changer l’huile de transmission de temps en temps.

ELEO a développé une batterie spéciale pour l’EMX qui se loge idéalement dans le cadre d’une Yamaha YZ250F. Mais la technologie derrière le groupe propulseur électrique est universelle.

La machine EMX sera encore développée dans les mois à venir. “Les plans ont dû être légèrement ajustés à cause de la crise du coronavirus, il n’y a donc pas encore eu de tests réalisés sur des circuits internationaux”, admet Kusters tout en restant positif. “Nous avons beaucoup évolué sur le moteur. Nous devrions bientôt effectuer les premiers essais sur une piste sablonneuse.”

Vos commentaires

Plus de motocross