Motocross

Le circuit de Lommel, un enjeu stratégique pour la survie du motocross en Belgique

Le circuit de Lommel, un enjeu stratégique pour la survie du motocross en Belgique
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Après le retrait du permis environnemental du Honda Park à Olmen et le « permis renouvelé sous conditions » pour le circuit de Lommel, tous les feux sont désormais au rouge dans le monde du motocross belge. Les gestionnaires du circuit de Lommel attirent notre attention sur une situation des plus préoccupantes pour l’avenir de notre sport.

Le récent épisode du permis d’environnement délivré en 2020 puis adapté cet été pour le circuit de Lommel à la suite d’une plainte met en lumière une réalité qui a de quoi faire froid dans le dos : aujourd’hui, une seule personne peut paralyser complètement l’activité d’un circuit de motocross.

Avant cela, nous avions dû faire face à une autre réalité et a un autre aspect de notre système législatif : le Conseil d’État peut interpréter la législation existante de telle manière que sa décision mette directement en péril tous les circuits encore existant en Flandre. Les gestionnaires du circuit d’Olmen en ont fait l’amère expérience.

En restant réalistes, nous ne pouvons que constater que dans le contexte actuel, on court le risque à court terme que plus un seul circuit de motocross en Flandre ne dispose plus d’un permis d’environnement.

A cet égard, le circuit de de Lommel, sa position vis-à-vis de l’industrie et sa renommée internationale sont très importants. Sur leur compte Instagram, les gestionnaires du circuit de Lommel ont d’ailleur aujourd’hui diffusé le message suivant, sans équivoque : « Si Lommel tombe, c’en est fini du motocross en Belgique. Le circuit de Lommel est le centre du monde du motocross. De nombreuses industries liées au motocross fabriquent et développent des produits haut de gamme à proximité immédiate du circuit. De l’autre côté de la frontière néerlandaise, de nombreuses entreprises et teams MXGP ont également besoin d’un circuit comme celui de Lommel pour mener leurs activités.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : retour sur le GP de Riola Sardo avec les pilotes du team Red Bull KTM Factory Racing

Le message est donc très clair : si Lommel tombe, ce sera ensuite un jeu d’enfant pour les adversaires des pistes de motocross restantes dans notre pays de les faire fermer également. A Lommel comme ailleurs, les propriétaires des pistes ne demandent qu’une chose aux pilotes : venir rouler avec un échappement d’origine ou un dB killer. Pas grand-chose finalement au regard des enjeux qui sont ceux qui pèsent malheureusement aujourd’hui au-dessus de nos têtes.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MXlommel circuit cross10 (@mxlommel)

Vos commentaires

Plus de motocross