Motocross MXGP - Assen

Serge Guidetty au départ de la Veterans World Cup à Assen : “J’ai perdu un pari !”

Serge Guidetty au départ de la Veterans World Cup à Assen : “J’ai perdu un pari !”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Ce week-end, le fameux TT Circuit d’Assen verra les pilotes vétérans se battre dans le cadre de la “FIM Veterans World Cup”. Dans le sable hollandais, le double vainqueur de l’épreuve Mats Nilsson défendra sa couronne. Parmi ses challengers, quelques grands noms. Nous avons rencontré Serge Guidetty. Le responsable des athlètes de la marque Shot Racegear est connu comme un spécialiste du Supercross mais a aussi été un des pilotes privés en vue sur les GP dans les années 90 et 2000.

 

Pourquoi disputer la Veterans World Cup à Assen ?

Serge Guidetty: “On m’a forcé (rires) ! C’était un pari avec Ghislain Huot, le boss de Shot Racing. Il a remporté le pari, je dois donc rouler à Assen.”

Tu n’y avais jamais pensé avant ?

Guidetty: “Non, je n’étais pas tenté, bien que je roule encore un petit peu. J’ai ma propre école de pilotage en France où j’organise des stages et des sessions individuelles de coaching. Après ma carrière professionnelle, je n’ai en fait jamais vraiment arrêté de rouler. De temps en temps, je dispute une petite course locale. Avant tout, mon but à Assen sera de prendre du plaisir !”

Apprendre à d’autres pilotes peut aussi être bénéfique pour le professeur. Cela permet parfois d’apprendre soi-même de nouvelles choses.

Guidetty : “Certainement. Rien que le fait que, en tant que coach, vous entrez en contact avec des coaches qui viennent d’autres disciplines est vraiment une source d’inspiration. Il y a toujours quelque chose à apprendre de la manière dont ils abordent la préparation physique ou les principes généraux de leur sport. Par exemple, tout ce qui touche à l’équilibre, à la souplesse. Ce sont des choses vraiment importantes pour des pilotes de machines tout-terrain ! Après toutes ces années, je continue à apprendre de nouvelles choses, même lorsqu’il s’agit d’aborder les aspects mentaux du sport.”

Tu as roulé en GP, tu as roulé à un haut niveau, tu ne ressens aucune attente particulière par rapport à ce week-end ?

Guidetty: “Non, je vais prendre les choses comme elles viennent. Je ne ressens aucune pression en termes de résultats. J’ai 41 ans, ma carrière professionnelle est terminée. J’ai disputé tant de courses au plus haut niveau que cet événement n’est assurément pas la course la plus importante de ma vie. Mais ne me comprenez pas mal : c’est super de prendre le départ de cette Veterans World Cup et je m’y suis préparé ! Cela n’a aucun sens de se contenter d’être là, j’aime m’engager quand je fais quelque chose.”

Tu as donc mangé du sable en guise de préparation ?

Guidetty: “(rires) Malheureusement, oui ! Je ne suis absolument pas un spécialiste du sable et les choses ont changé en GP depuis l’époque à laquelle j’y roulais. Rouler dans le sable est devenu tellement important pour tous les pilotes de haut niveau. S’entraîner dans le sable est aujourd’hui un aspect crucial de la préparation physique des pilotes. A mon époque, les courses de sable étaient seulement des épreuves que tous les pilotes qui ne venaient pas de Hollande ou de Belgique redoutaient !”

Cela doit être fun de rouler avec d’anciens collègues des GP.

Guidetty: “Evidemment, mais pour être honnête, je n’ai pas encore vérifié la liste des participants ! C’était assez drôle de tomber sur Alex Puzar la semaine passée à Ottobiano alors que j’étais là-bas pour m’entraîner. Nous en avons profité pour discuter d’Assen et évidemment, c’est cool de rouler contre des gars comme Alex (Puzar), Mats Nilsson et tous les autres. Wow, quand je repense à mon dernier GP à Montevarchi en 2003, cela me semble être une éternité !”

Quel est le meilleur souvenir de ta carrière de pilote ?

Guidetty: “Mes victoires sur le championnat de France 125cc, sur le championnat de France SX 250, mes victoires sur l’Elite. Je suis aussi assez fier d’être l’un des pionniers du freestyle en France. En 1995, j’ai remporté l’épreuve freestyle du Supercross de Paris Bercy contre Jeremy McGrath et Mike Metzger ! Et évidemment je suis heureux de ce que j’ai pu faire en GP. J’ai obtenu une 4ème place en 2002 en 125cc à Castigione de Lago, une 6ème à Asti en 1998, en 250cc. J’ai eu de bons et de mauvais jours. Peut-être aurais-je pu faire plus que je n’ai fait sur le championnat du monde mais, d’une manière générale, je suis assez content de la manière dont le choses se sont passées.”

Bonne chance ce week-end !

Guidetty: “Merci !”

Vos commentaires

Plus de motocross