Motocross

Gautier Paulin inquiet quant à la direction que prend le motocross mondial

Gautier Paulin inquiet quant à la direction que prend le motocross mondial
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Gautier Paulin a tiré sa révérence ce dimanche à l’issue du dernier GP de la saison à Arco di Trento. A 30 ans, le pilote français est monté une dernière fois sur le podium MXGP avant de tirer un trait sur une carrière au plus haut niveau longue de 13 saisons. Le quintuple vainqueur du Motocross des Nations a ainsi refermé un chapitre important de sa vie en prouvant qu’il s’en va alors qu’il fait encore partie de l’élite mondiale. Une élite pour laquelle les opportunités se font de plus en plus rares confie celui qui a terminé sa carrière en tant que pilote officiel Yamaha.

 

 

Champion du monde de BMX avant de passer au motocross et d’y gravir très rapidement les échelons, Gautier Paulin a cumulé les bons guidons au cours d’une carrière durant laquelle il a remporté des GP pour quatre fabricants différents : Kawasaki, Honda, Husqvarna et Yamaha. Après 13 saisons passées dans le paddock MXGP, Paulin connaît le milieu sur le bout des doigts. Il constate aussi comme d’autres son évolution. Une évolution qui l’inquiète.

“Je vois certains pilotes MX2 sont moins bien payés qu’un mécanicien…”

A nos confrères de RacerX, il a ainsi indiqué être inquiet quant aux perspectives de carrière des pilotes en MXGP aujourd’hui. On sait en effet que de plus en plus de pilotes doivent faire appel à des sponsors personnels pour s’assurer une place dans un team ou pour compléter le salaire qui leur est offert. “Le motocross n’est pas un sport populaire mais quand il est mentionné, les gens savent malgré tout de quoi on parle”, explique Paulin. “La plupart des pilotes de moto débutent sur une moto tout-terrain lorsqu’ils sont enfants. On voit des pilotes de F1 faire du motocross et j’ai des amis qui font du VTT de descente et du MX. Et c’est très bien car le sport a besoin de pratiquants.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : Liam Everts en shooting photos

 

 

“Ce qui n’est pas normal”, poursuit le pilote français, “c’est que je vois maintenant un certain nombre de pilotes payer pour rouler alors qu’ils ont un guidon d’usine! On pourrait croire à une blague. Quoi qu’il en soit, ce n’est certainement pas bon. Ils ne paient pas dix mille Euros, non, ils en dépensent des centaines de milliers. Je ne crois pas que ce soit la bonne manière. Je remarque que certains pilotes en MX2 sont moins payés qu’un mécanicien. »

La catégorie MXGP compte 25 OAT (équipes officiellement approuvées) avec des ressources opérationnelles très différentes. Parmi eux, six équipes sont des teams d’usine (Honda, KTM, Yamaha, Husqvarna, Kawasaki, GasGas). La version allégée du championnat cette année, sans GP oversea, a allégé les budgets. Cependant, de nombreuses équipes sont toujours confrontées à l’incertitude à l’approche de la saison 2021.

“Travailler de manière qualitative avec la direction que prend aujourd’hui le motocross, c’est très difficile.”

«En tant qu’athlète, vous avez besoin d’argent pour prendre soin de vous et vous préparer, que ce soit pour la nourriture, les voyages ou l’entraînement. Vous devez travailler de manière qualitative”, ajoute Paulin.  “Or, quand je vois dans quelle direction le motocross se dirige, je trouve que c’est très difficile. OK, le virus (Covid-19) a eu un effet, mais il ne s’agit pas uniquement du virus. Toutes les équipes ici veulent avant tout obtenir des résultats et il ne faut pas perdre de vue cette priorité. Dans cette perspective, je suis un peu désolé pour les gens qui doivent payer pour rouler.”

A LIRE EGALEMENT  Photos : les GasGas Factory à la loupe

 

Gautier avec son team manager lorsqu’il était chez Husqvarna, Antti Pyrhonen

 

Paulin a vu sa place chez Monster Energy Yamaha reprise par Glenn Coldenhoff. Chez Monster Energy Kawasaki, Clément Desalle a annoncé la fin de sa carrière après 5 saisons sur la KX450 officielle. KRT a toujours Romain Febvre sous contrat mais n’a jusqu’à présent pas encore confirmé de second pilote. Il se dit qu’Ivo Monticelli serait en bonne position pour reprendre la seconde Kawasaki mais d’autres rumeurs laissent entendre que les Verts pourraient se contenter d’un seul pilote la saison prochaine. Dans le paddock MXGP peut-être encore plus qu’ailleurs, les temps sont durs.

Vos commentaires

Plus de motocross