Published On: 5 juillet 2024

Stessy Andrés a commencé le motocross il y a 20 ans. Il dispute cette saison sa seconde année chez les Experts. Sa fille Shana, 17 ans, a pour sa part découvert la moto il y a deux ans. Elle roule depuis dans la catégorie Ladies de l’AMPL, partageant ainsi la passion de son père pour le motocross.

« J’ai commencé le motocross quand j’avais 21 ans », entame Stessy Andrès. « J’ai découvert le motocross grâce à mon cousin William Devillet. Par la suite, je me suis acheté une moto et je me suis entraîné pendant quelques mois avec mon père par tous les temps. Quelques mois après, j’ai fait ma première course en Débutants et j’ai été champion la première année. Ensuite, l’année suivante, j’ai été champion Juniors puis je suis monté chez les Seniors pour le championnat d’été. L’année d’après, je me suis retrouvé en Inters et j’y suis resté une quinzaine d’années. J’ai eu beaucoup de blessures, mais ça fait partie du sport. »

Sa fille Shana a comme première passion l’équitation. Mais elle baigne dans le motocross depuis toujours. « Je suis dans le monde du motocross depuis que je suis née grâce à mon papa, mais au début, cela ne m’attirait pas vraiment », avoue-t-elle. « J’ai commencé l’équitation à 4 ans, et par la suite, papa m’a acheté des chevaux. Il y a deux ans, j’étais censée acheter un nouveau cheval mais j’ai eu l’opportunité d’essayer une moto grâce à mon cousin. En plus de cela, la catégorie “Ladies” allait ouvrir, donc je me suis dit pourquoi ne pas essayer un nouveau sport. Quelques jours plus tard, papa m’a acheté une 85 KX. Dès que je l’ai eue, j’allais souvent m’entraîner avec mon père et mon grand-père et maintenant, j’entame ma deuxième année dans la catégorie Ladies de l’AMPL. »

« Après toutes ces années de blessures, je pensais rouler un peu moins, juste pour m’amuser », poursuit son papa Stessy. « Mais me voilà reparti à fond tous les week-end avec ma fille. Je ne comprenais pas pourquoi ma mère se mettait dans tous ses états quand je roulais. Maintenant que Shana roule, je comprends mieux pourquoi elle stressait. Je suis tout le temps stressé, mais on a une bonne entente. Nous vivons notre passion à fond tous les deux et elle prend une grande place dans nos vies. Nous n’aurions peut-être jamais vécu ça si elle n’avait pas décidé de se lancer dans le cross. Peu de parents peuvent vivre une relation comme celle-ci grâce à la passion du motocross. »

A lire également :   MXGP à Loket : triplé belge dans la manche qualificative MX2

« Papa et moi sommes très complices, encore plus depuis que je fais de la moto », confirme Shana. « Il est toujours là pour moi. Si je fais bien les choses, il me le dit, mais si je fais mal les choses, il me le dit aussi sans s’énerver. Quand je vois parfois les parents de certains, je me dis que j’ai de la chance d’avoir mon père . Papa est très stressé quand je roule, il dit tout le temps qu’il préférait quand je faisais de l’équitation… »

A lire également :   MXGP : Tim Gajser s'impose à Loket

« Je remercie F.L. Racing pour les motos, ma marraine, ma sœur et mes amis. Merci à ma copine de comprendre que ma passion prend une grande place dans ma vie. Et surtout, je remercie mon papa et ma maman d’être derrière moi dans mon sport depuis toutes ces années », tient à ajouter Stessy. « Sans eux, je n’aurais jamais pu rouler et vivre ma passion. » De son côté, Shana en profite pour remercier « Inside Beauty pour le sponsor, Laurent Brevers et Mika pour les stages, Angélique Bouille pour les superbes photos, ma mamie et mon papy de venir me voir les week-ends, ma maman, et surtout mon papa d’être là tous les week-ends pour m’encourager. Sans lui, il ne me serait pas possible de pratiquer mon sport. »

Texte et photos : A. Bouille