Interview Florent Gobert | L’enduro en 50cc: la bonne école

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Si les jeunes ne sont pas légion en enduro, Florent Gobert, tout juste 17 ans, dispute pourtant déjà sa seconde saison dans le championnat de Belgique de la spécialité. Et en Belgique, tant qu’on n’a pas 18 ans, c’est au guidon d’une 50cc que l’on est obligé d’évoluer… Une cylindrée particulièrement délicate à exploiter dans les conditions parfois particulières rencontrées en enduro mais qui s’avère être une excellent école, comme nous le confirme Florent, actuellement en tête du championnat au guidon de sa Fantic 50cc.

Qu’est-ce qui t’a amené à l’enduro?

Florent Gobert:” Dejà petit, j’étais adepte du vélo-trial. Comme mon père connaissait bien Lou Arcangeli, l’importateur Fantic pour la Belgique, on lui a acheté une moto et j’ai donc commencé le championnat. J’en suis cette année à ma 2ème saison d’enduro.”

Tu habites Nalinnes, où se trouve également le QG de Fantic. Tu es aidé par la marque ?

Florent Gobert:” Pour ce qui est du QG de Fantic, c’est vrai que je ne suis pas loin du tout, ce qui est un avantage quand je dois aller chercher des pièces ou quoi que ce soit. Cependant, c’est encore un peu tôt pour parler d’aide de l’usine. Si je suis champion cette année, qui sait pour la suite…”

Peu de pilotes sont inscrits en 50cc. As-tu une explication ?

Florent Gobert:” Je pense que c’est dommage car c’est assurément une bonne école. C’est bien de savoir mettre la patate sur un 250 4T mais si ce n’est que dans les lignes droites et pour la frime, je trouve ça assez moyen.
Sur un 50cc, tu apprends à être à fond partout, tu apprends à te battre comme jamais et quand tu finis un enduro, tu as une certaine fierté. C’est toute une technique de rouler sur une abeille!”

Une catégorie qui mériterait donc davantage d’intérêt de la part des pilotes comme des médias…

Florent Gobert:” Oui, ce serait sympa que la presse parle un petit peu plus de notre catégorie. C’est vrai qu’il y a peu de participants mais c’est une catégorie qui a sa place dans un championnat.”

Texte: Yves Utens | Photo: Patrice Prévinaire – Patoun.be

Vos commentaires

Plus d’enduro