Enduro – ISDE 2010 au Mexique | ISDE: Mikaël Despontin revient sur les derniers préparatifs

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Contraint à  l’abandon dès la première journée de compétition suite à  un problème d’injection sur sa grosse Husaberg, Mikaël Despontin doit à  présent se contenter de poursuivre l’aventure mexicaine en prêtant assistance à  ses coéquipiers. Il revient dans les lignes qui suivent sur les moments inoubliables qui ont précédé le coup d’envoi de ces 84èmes ISDE, et notamment sur le traditionnel et très coloré défilé des équipes le samedi soir.

“Salut à  tous,

Revenons sur la journée de vendredi où nous avions rendez-vous pour le contrôle administratif et le contrôle technique. 12h30: contrôle administratif. Tout s’est bien passé. Les documents sont conformes, ils changent juste mes nom et prénom qui avaient été inversés! Nous recevons un petit cadeau de bienvenue, nos numéros de course, les documents pour le contrôle technique ainsi que le transpondeur. Ensuite, nous retournons vers le stand belge pour coller nos numéros et finaliser nos motos avant le contrôle technique.

 J’ai pas mal travaillé sur la moto suite aux essais effectués jeudi: changement de silencieux, de ressort d’amortisseur, settings des fourches, montage des pneus,… Maintenant, tout est OK, la bête est prête pour partir au combat!

Séance photos au milieu d’un rond-point

A 18H00, nous enfilons nos équipements pour les séances photos. Nous trouvons un chouette endroit en plein milieu d’un gros rond point avec l’affiche officielle en arrière plan. On bloque un peu la circulation le temps de réaliser les quelques clichés. La police locale nous regarde mais ne bronche pas. Ouf! Deux mexicaines passant par là , se joignent à  nous pour réaliser quelques photos. Sympa!

18H30: c’est l’heure du contrôle technique. Toujours un peu stressant ce contrôle, je passe le premier, l’officiel FIM me demande de mettre en marche ma Husaberg. Il attrape la poignée de gaz et wrappppppppp: gros coup de gaz! Il regarde le silencieux et prend un air septique…C’est pas gagné! Il réalise trois tests consécutifs, comme le demande le règlement. Je fixe la demoiselle qui s’occupe du sonomètre, et là  elle nous sort ” OK”. 111 Db pour 113 permis au règlement, c’est bon, mon travail avec les silencieux BPM porte ses fruits. A mon tour de prendre mon air septique en regardant l’officiel FIM!

Je passe ensuite pour le marquage de la moto. 5 marques sont apposées: les roues, le moteur, le cadre et le silencieux. Je contrôle si toute les marques sont bien là  et je signe le document pour approbation. Et oui, ça ne rigole pas ici! Ensuite, on me montre l’emplacement où ma moto sera mise chaque jour après la course. Je rentre dans le parc fermé et à  partir de là , interdiction de toucher à  la moto. Je place la moto a l’endroit indiqué, lui fait un petit signe et lui donne rendez-vous lundi matin.

Samedi, nous sommes partis revoir quelques spéciales puis nous avions rendez-vous avec le traditionnel défilé des nations. Dés le petit matin, nous partons revoir les SP des premier et deuxième jours: 4 spéciales à  reconnaître de nouveau, on vérifie nos traces en regardant où sont passés les ouvreurs. Après un petite sieste bien méritée, nous allons au briefing à  16H00.

Le coach organise les équipes des suiveurs pour les ravitaillements et pour les entrées dans les spéciales. Le délégué belge nous donne les heures de départ pour le premier jour. 8H03 pour Adrien, 8H17 pour Jeff et Pierre, 8H31 pour Wim et jean et enfin 8H32 pour moi. Je ne sais pas encore quels seront les pilotes qui m’accompagneront dans cette minute puisque nous partons à  trois par minute.

Ils savent recevoir, ces Mexicains!

17H00: départ pour le défilé. 15 minutes de voiture pour arriver à  l’endroit de rassemblement. Tout le monde a revêtu les couleurs officielles des différents pays. Nous arrivons sur place et nous sommes accueillis par l’organisation. Il nous demande qui est “le flag man”. Bon, qui sera le porteur de drapeau? Le coach arrive et nous annonce que c’est Georges qui remplira cette missions. Et bien voila mon père en tête de la délégation belge. A mon avis ça a dà» lui rappeller l’armée! Tête droite, marche au pas, il prend son rôle très au sérieux!!

 On traverse la grande avenue bordée de milliers de Mexicains. Ils nous crient “Belgica, Belgica”. Du coup, notre Georges n’arrête pas de faire tourbillonner notre drapeau. Quelle ambiance! Arrivés au bout de l’immense avenue, nous recevons les congratulations du gouverneur de Morelia. Super accueil! Ensuite les organisateurs ont prévu une démo de figures motos. Et bien, pas de chance, le pilote se plante magistralement en plein milieu de l’avenue (heureusement sans gravité). Mes coéquipiers me lancent: ” Eh grand, tu vois ça n’arrive pas qu’a toi, hein”. Oui, j’avais eu droit à  la même humiliation lors de ma démo aux fêtes de Wallonie. La finale est grandiose avec un feu d’artifices et une soirée de gala dans un cadre somptueux. Ils savent recevoir ces Mexicains!

Enfin, ce dimanche, nous avions rendez vous à  10h00 au paddock afin de préparer notre matériel pour les ravitaillements. Chaque pilote disposera d’une boîte pour mettre ses affaires personelles: filtres à  air, quelques outils, lunettes de rechange, barres énergétiques,… Après midi on s’est regroupé à  l’hôtel, le kiné de l’équipe a pu nous relaxer un peu avant une petite sieste bien méritée.

Les journées sont longues et fatigantes. Demain, réveil à  5H30, petit déjeuner 6H15 et départ vers le paddock à  6H45…Et la grande aventure débutera!

A bientôt!

Despon”

Photos: MacSerge

Vos commentaires

Plus d’enduro