Essai gamme KTM enduro 2012 | Les KTM 2012 enduro à  l’épreuve

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

C’est bien connu, en matière de machines d’enduro, chez KTM, on a l’embarras du choix. Plus encore avec l’arrivée de la gamme 2012 du constructeur autrichien et l’apparition de la nouvelle 350 EXC-F. Directement dérivée de la 350 SX-F avec laquelle Antonio Cairoli est devenu champion du monde l’an passé, la benjamine de la gamme KTM entend bien révolutionner l’enduro comme la 350 SX-F l’a fait l’an dernier en motocross. Michaël Despontin teste pour nous l’ensemble de la gamme enduro 2012 du constructeur autrichien!

C’est en Italie, et plus précisément en Toscane, que KTM avait réuni la presse spécialisée afin de présenter sa gamme enduro 2012. Leader incontesté et incontestable sur le marché de l’enduro, KTM entend bien le rester. Le fabricant européen innove et développe d’ailleurs sans cesse ses modèles. Cette année encore, les Autrichiens n’ont pas fait dans le détail puisqu’on peut véritablement parler de nouvelle génération le millésime 2012.

La grande nouveauté est bien sur l’arrivée de la 350 EXC-F. Après le succès que l’on sait en motocross avec cette cylindrée, KTM se devait de sortir une machine équivalente destinée à  l’enduro. On peut même parler ici de retour de la cylindrée dans le catalogue KTM puisque le constructeur produisait déjà  dans les années 80 un 350 enduro 4T. Cette 350 remplacera la 400 EXC dans le catalogue en 2012.

Autre nouvelle cylindrée qui arrive en 2012, c’est la 500 EXC 4T qui remplacera pour sa part la 530 EXC 4T. Et qui dit nouvelle génération dit souvent grand changement! Et c’est le cas. Difficile ici en effet de parler d’évolution tant les modifications sont nombreuses. Il s’agit plutôt de nouvelles motos, qui n’ont plus grand chose à  voir avec les modèles qu’elles remplacent.

KTM a travaillé sur 3 points bien spécifiques afin d’améliorer la stabilité de son chà¢ssis et de réduire les torsions de celui-ci. Le point de fixation de l’amortisseur a été reculé, ce qui, couplé avec le nouveau PDS (allongé de 7mm) et le nouveau bras oscillant, permettra une augmentation de l’amortissement des petits chocs. On peut constater également une modification au niveau des points de fixation du moteur alors que sur le haut du cadre on vient déposer un nouveau réservoir également.

Niveau fourche, les modèles 2012 seront toujours équipés de la WP 48 mm USD qui a été développée en parallèle avec le nouveau chà¢ssis afin d’obtenir un “package” parfait.
Toutes ces modifications ont fait gagner uniquement sur le chà¢ssis approximativement 800 grammes.

Sur les 2T, pas de gros changements au niveau moteur. La 125 et 200 reçoivent un nouveau kick (plus léger et plus ergonomique), la 250 reçoit un nouveau système de valve tandis que la 300 reçoit en plus un nouveau cylindre.

Chez les 4T en revanche, les changements sont nombreux. A commencer par l’arrivée de l’injection sur tous les modèles et bien sà»r un tout nouveau moteur avec l’arrivée de la 350 EXC-F, développée néanmoins sur base de la 350 SX-F revue et corrigée pour la pratique de l’enduro. C’est ainsi que l’on peut constater un piston différent afin de réduire le taux de compression, une modification du vilebrequin afin d’augmenter l’inertie et donner ainsi plus de traction a la moto, un système de valve différent, une modification également du tendeur de chaîne de distribution (système hydraulique) et l’utilisation d’une boîte 6 vitesses.

     
     

Ce moteur ultra-compact sort la bagatelle de 46 chevaux avec un couple de 37,5 NM à  8000 T/min et une limitation maximum à  12 000 T/min pour un poids de 28,5 kg (sans huile). C’est à  peine 2kg de plus que le moteur de la 250 EXC-F!

En ce qui concerne la 450 et la 500 EXC, un gros travail a été réalisé sur le moteur afin de réduire le transfert de masse. Les ingénieurs autrichiens ont travaillé sur un nouveau design des carters et de la bielle, pour un gain total de 2,5 kg par rapport à  l’ancien bloc. La nouvelle 500 sera pour sa part la digne remplaçante de l’ancienne 530 EXC. Même si son nom ne l’indique par forcément, elle cube en réalité 510,4 cm³. Niveau performances, la 450 nous sort 53cv et 48Nm à  7000 T, et la 500 58cv et 52 Nm à  7000 T également. Sensations garanties à  leur guidon !

En piste!

Sur ce genre de présentation, KTM ne lésine pas sur le matériel. A mon arrivée sur le parc, woahhhh 40 motos alignées rien que pour nous! Toute la gamme enduro est là , avec des configurations différentes pour certain modèle. Je passe à  la table d’inscription afin de commencer le plus vite possible ces essais. On nous propose une heure d’essai par modèle.

Etant le premier à  la table d’inscription, j’ai le choix et je fais, comme au marché mes petites emplettes: alors on va commencer par la petite nouvelle, la 350, ensuite on passe sur la 300 2T, la 500 4t, la 125 2T, ensuite petit repas bien mérité et on repart avec la 250 4T, la 250 2T, la 450 4T… Bon, stop! On a bien roulé là !

350 EXC 4T

Tout premiers tours de roues donc avec la 350 4t. Je teste le modèle avec la ligne Akrapovic. La position est agréable, tout tombe bien au niveau des commandes, une moto très fines entre les jambes. Un coup de starter et c’est parti ! Au premier abord, on a l’impression que le moteur n’est pas très puissant en bas régime, un peu comme un 250 4T. Mais dès que l’on tourne la poignée, la puissance vient très linéairement et on sent le coffre du moteur arriver. Après une petite portion de route nous voilà  sur des chemins roulant truffés de cailloux.

La moto réagit bien, elle est stable et le moteur réagit très bien aux petitq coupq de gaz afin de cabrer sur les petites imperfections du parcours. Je prends de la vitesse, je me sens vraiment à  l’aise et je ne ressens absolument pas de mauvais comportement au niveau des suspensions. L’injection réagit bien et apporte une certaine douceur dans l’accélération. Dans le technique, la moto est facile a piloter, maniable et précise. Je teste la courbe d’allumage soft dans une montée technique, la courbe diminue considérablement la réaction de la moto, elle reste bien en ligne avec un maximum d’adhérence, la moto est très douce et ne donne pas cette sensation de me tirer, je reste maître à  bord !

En spéciale, je peux vraiment me là¢cher! Sur les virages a plat, l’injection permet de doser l’accélération facilement et de garder un maximum de puissance au sol sans que la moto ne parte en glisse. Dans les appuis, j’ouvre en grand et la moto me sort facilement de ces tas de poussière. Il faut passer relativement vite le rapport supérieur afin de garder toute l’efficacité du moteur, même si celui-ci a une bonne allonge. Niveau freinage, rien à  dire, ça freine bien, et on arrive a bien doser sans bloquer la roue, Une moto efficace, qui correspond à  un panel assez large d’utilisateurs. La version standard manque un peu de bas pour les pilotes confirmés, mais, heureusement, ce petit défaut est très vite gommé avec la ligne Akrapovic.

300 EXC 2T



Pas de gros changements sur l’une des références du catalogue KTM enduro. Le nouveau design apporte plus de finesse à  la moto. Le moteur reste très efficace à  tous les niveaux, avec énormément de couple a bas régimes et une puissance à  hauts régimes qui pour moi est beaucoup plus facilement exploitable que celle de la 250 2T. Pour moi, c’est certain, la 300 EXC reste un excellent compromis pour celui qui recherche le meilleur rapport qualité-prix-efficacité.

500 EXC 4T

Ahh le 500!  Rien qu’en l’enjambant, je me sens déjà  bien dessus ! La moto est légèrement plus lourde et plus imposante que ses sÅ“urs mais n’en reste pas moins efficace. Le nouveau bloc est intéressant puisqu’il rend la moto plus facile à  emmener. Sur les freinages appuyés, on sent beaucoup moins cette lourdeur que l’on avait avait l’ancien bloc. Ce que j’aime sur cette moto, c’est son couple. Elle est très agréable à  rouler, elle ne se montre jamais violente à  bas régime, et permet de descendre très bas sans caler pour ensuite permettre une montée en puissance très linéaire sans jamais donner l’impression d’atteindre ses limites. La seule limite finalement, c’est le pilote!

Elle permet de sortir de n’importe quelle situation juste avec un petit coup de gaz. Dans le technique, elle est certainement plus imposante que la 350 mais n’en reste pas moins stable et efficace, il suffit juste de calmer la bête et surtout d’être précis dans les trajectoires. En spéciale, cette moto peut gommer par sa puissance certaines erreurs de trajectoires. On peut virer avec un rapport supplémentaire, il n’y a pas de soucis, elle repart calmement pour donner toute sa puissance à  partir du mi-régime C’est une moto qui fait peur a beaucoup de pilotes de par sa cylindrée et pourtant, une fois a son guidon, je la trouve plus facile a piloter qu’une 450.

125 EXC 2T

Pour moi, la moto la plus fun! Elle nous rajeunit de 15 ans, on a l’impression d’être un gamin quand on monte sur cette moto! Un bruit fabuleux, amusant et qui nous donne l’impression d’avoir des milliers d’abeilles aux fesses. Il faut bien sà»r lui rentrer dedans pour qu’elle donne satisfaction mais elle est impressionnante d’efficacité dans le technique avec un bas régime qui vous permet de sortir de chaque situation assez facilement. A son guidon, on a l’impression d’être seul maître à  bord et on se lance des défis que l’on ne pourrait même pas imaginés avec une cylindrée supérieure.

Niveau pilotage, c’est pour moi une moto qui devrait être placées dans les mains de tous nos jeunes pilotes, afin de tout d’abord apprendre à  maîtriser une moto pas trop puissante, pas trop chère non plus. Mais qui surtout permet d’obtenir une excellente vision des trajectoires, indispensable afin de palier au manque de puissance. Malgré mon gabarit, je m’amuse toujours autant sur cette moto!

250 EXC 4T

Pas de véritbale révolution sur le bloc proprement dit. L’injection apporte un plus à  la moto au niveau des reprises. La moto est efficace mais manque un peu de puissance. Elle est néanmoins compétitive et très agréable à  rouler. Une moto abordable pour monsieur tout le monde ainsi que pour les jeunes mais qui est tout de même plus lourde à  emmener qu’un petit 125.

450 EXC 4T et 250 EXC 2T

Je place ces deux cylindrée en même temps car je les compare à  la 500 EXC 4T et la 300 EXC 2T.
Personnellement, je trouve que d’un point de vue performances et facilité de pilotage, il n’y a pas de grosse différence par rapport à  la 500 et à  la 300. Mais avec tout de même un bas régime plus virulent, ce qui pour moi apporte une peu plus de fatigue.

Elles sont efficaces, mais pour mon style de pilotage, je préfère une moto douce à  bas régime qui n’arrache pas les bras et qui me donne une accélération linéaire. Ce genre de performances, je les retrouve plus sur la 500 4T et la 300 2T qui généralement sont des motos qui font peur car, sur le papier, cela reste de grosses cylindrées. Lors de vos prochains essais, n’hésitez pas à  comparer. Vous m’en direz des nouvelles!

C’est indéniable, chez KTM, l’enduriste a vraiment l’emabarras du choix! Après avoir passé une journée à  tester tous ces modèles sur le même parcours, je vous avoue que je saurais laquelle choisir… Même si, pour le championnat de Belgique, où les spéciales sont assez courtes et rarement rapides, je partirais plutôt sur la 350 EXC 4T. Tout en restant convaincu qu’une bonne 300 2T bien réglée reste le meilleur compromis. Bref, un choix décidement pas simple! Un petit tour chez votre dealer KTM devrait vous aider à  y voir plus clair…

Texte: Michaël Despontin | Photos: KTM

Vos commentaires

Plus d’enduro

  • Antoine Magain s’impose sur l’enduro de Verdun

    Antoine Magain s’impose sur l’enduro de Verdun

    Après les épreuves de Lierneux et d’Epernay, le championnat de Belgique d’enduro se poursuivait ce dimanche avec sa troisième épreuve disputée au départ d’Erize-la-Petite, en France. Le Moto Club de …
  • Testez les Husqvarna cross et enduro 2022 à Vitrival !

    Testez les Husqvarna cross et enduro 2022 à Vitrival !

    Comme chaque année, les ingénieurs Husqvarna ont collaboré étroitement avec les pilotes et le staff des teams officiels de la marque engagés sur les championnats les plus relevés de la …
  • BOXC : le calendrier 2021 modifié

    BOXC : le calendrier 2021 modifié

    Le calendrier BOXC 2021 évolue. Non seulement avec le changement de date de l’épreuve de Bêche, avancée au 24 octobre suite à l’annulation de l’enduro FMB de Walcourt, mais aussi …
  • L’enduro de Walcourt annulé

    L’enduro de Walcourt annulé

    Le club de Dinant s’apprête à recevoir les pilotes du championnat de Belgique d’enduro le 19 septembre prochain. Une épreuve un peu plus courte que d’habitude, avec seulement deux spéciales …