Enduropale du Touquet 2012 | Klutz: 28ème ou… 8ème?

Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Apparu sur les premiers classements publiés hier soir en 28ème positon, Thierry Klutz a finalement été reclassé par la FFM à  la 8ème place, un de ses tours n’ayant pas été comptabilisé suite à  une défaillance de son transpondeur. Un superbe résultat qui permet au Liégeois de revenir du Touquet le sourire aux lèvres, avec le sentiment du devoir accompli. Comme promis, il nous livre ci-dessous ses impressions d’après-course. Et nous fixe déjà  rendez-vous en 2013 avec des objectifs revus à  la hausse!

“Je reviens vers vous avec des nouvelles à  la hauteur de mon investissement et de mes espoirs. En effet, après plus de 3h29 de course, je termine cette nouvelle édition de l’enduro du Touquet à  la 8ème place au classement scratch (et 3ème étranger).

Une course marquée par des conditions particulièrement difficiles. En effet, la neige et le froid ont rendu le circuit (18 kms) bien plus technique et imprévisible qu’il ne l’est à  l’accoutumée. On alternait entre parties très molles (neige et sable mélangés) et parties complètement gelées.

Après un assez bon départ (17ème), je me suis d’ailleurs fait piéger au troisième tour en arrivant bien trop vite dans une partie très meuble du circuit. J’ai fait un « par devant » dans un freinage à  plus de 80 km/h. La moto était complètement chiffonnée (garde boue avant, protège main et plaque avant cassée ainsi que la penne de mon casque). Par chance, je me suis relevé juste un peu secoué. Quelques dizaines de secondes plus tard, je redémarrais la moto et reprenais la course.

Cette chute m’a cependant bien calmé et il m’a fallu plus d’un tour pour retrouver mes marques.
J’occupais alors la 15ème position. J’ai continué à  attaquer pour reprendre petit à  petit des places qui m’ont permis de rentrer dans le top-10 après un peu plus de 2 heures30 de course.

C’est à  deux tours de la fin que je rentrais enfin dans le top dix, et ce malgré un ravitaillement en plus que les autres pilotes de pointe (3 ravitaillements minimum étaient imposés dans le règlement mais j’ai dà» en faire un de plus car mon réservoir de 10 litres et demi ne me permettait pas de m’en contenter), je parvenais à  conserver ma position.

L’enduro du Touquet est la partie visible de l’iceberg. Celle non visible est un investissement inconditionnel constituée nombreuses démarches pour obtenir des budgets, de très nombreuses heures d’entrainement moto et physique, de kilomètres parcourus pour se rendre sur les circuits d’entraînement et les courses de préparation, de nombreuses remises en question et de stress.

Après tant d’abandons (depuis 2004, je n’avais plus terminé la course !), je ne peux être qu’extrêmement heureux de ce résultat. A aucun moment de la course, je n’ai vraiment jamais été libéré par crainte de devoir encore abandonner suite à  une grosse chute ou une panne mécanique.

Je sais donc que, libéré de cette crainte, avec une moto encore mieux préparée et des moyens un peu plus importants, je pourrais sans aucun doute rentrer dans le top-5. Les places sont chères, même très chères, mais je reste persuadé que c’est un objectif tout à  fait réalisable pour 2013.

Quoi qu’il en soit, je remercie tous mes partenaires pour leur soutien. Sans vous, mon espoir d’atteindre l’objectif que je m’étais fixé -qui était le top-10 n’aurait jamais été possible ! Merci également à  ma famille qui m’a suivi du début à  la fin dans cette aventure.

A bientôt!”

Thierry Klutz

Photos: Michel Hennebert – Photo Impact

Vos commentaires

Plus d’enduro