Motocross MXGP

Julien Lieber : “J’ai le temps !”

Julien Lieber : “J’ai le temps !”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Pour Julien Lieber, cette saison 2018 est synonyme de première saison dans la catégorie reine du motocross mondial mais aussi d’entrée au sein du team officiel Kawasai KRT. En Argentine, le jeune Belge fera donc aux côtés de Clément Desalle ses premiers tours de roue dans le très relevé peloton MXGP. Lieber mène pour le moment un combat contre le temps afin de retrouver au plus vite son meilleur niveau.

“Je ne me sens pas vraiment mal”, explique le pilote Kawasaki, “mais je n’ai pas encore eu l’occasion de disputer de longues manches. Pour le moment, je dois aussi encore composer avec des douleurs aux avant-bras. La première semaine a été difficile. Mais cela a ensuite été de mieux en mieux à chaque sortie. Mon pilotage en lui-même progresse également. D’une manière générale, il est difficile de prévoir aujourd’hui comment la saison va se dérouler.”

Après une saison 2017 durant laquelle il a joué les premiers rôles sur le mondial MX2 au guidon d’une machine privée, Julien a utilisé une KXF 450 standard pour retrouver le rythme. “J’ai roulé quelques fois avec une machine standard et c’était fabuleux. La moto se comporte à merveille en virages et sur les sauts. Le moteur est lui aussi très accessible. Avec la machine de course, c’est une autre paire de manches ! Pour trouver les bons réglages au niveau du moteur et des suspensions, cela n’a pas été évident. Le team avait choisi une cartographie qui donnait au moteur un caractère que je trouvais trop mou. Nous avons passé 4 jours à tester, ce qui m’a permis de m’habituer à la moto. J’ai aussi pu passer pas mal de temps à l’entraînement sur le dur dans le sud de la France.”

Malgré tout son talent, et malgré les ascencions fulgurantes de pilotes comme Romain Fèbvre, Tim Gajser ou encore Jeffrey Herlings dans la catégorie reine, Julien Lieber sait l’ampleur du défi qui l’attend cette année. Le pilote Kawasaki préfère rester réaliste et ne se fait pas d’illusion, même s’il reconnaît que le statut de pilote factory ajoute un peu de pression. “Il faut faire des résultats, il faut se montrer”, admet-il, “mais la saison est très longue. J’ai le temps. Je n’ai pas pu rouler cet hiver et je n’ai donc eu qu’un mois pour me préparer. Mon objectif à présent : donner le meilleur de moi-même sur chaque course que je disputerai.”

Pour cela, Julien pourra compter sur le soutien de son coéquipier chez Kawasaki KRT Clément Desalle. Le Panda entame cette année sa troisième saison chez les Verts, à qui il a offert l’an dernier deux victoires sur le championnat MXGP.

Texte : Adam Wheeler

Vos commentaires