Motocross

Tim Louis : “Travailler, encore et encore…”

Tim Louis : “Travailler, encore et encore…”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Lorsqu’il monte sur une moto, Tim Louis a 4 ans. Son papa est mécanicien sur le championnat du monde de motocross et la moto apparaît forcément comme une évidence. Ses parents ont pourtant essayé de l’inciter à pratiquer à peu près tous les sports… mais la moto a toujours fini par revenir sur le devant de la scène.

Après les débuts pour le plaisir uniquement, vient le temps de la compétition et celui du premier titre. C’était à l’AMPL, en 65cc, Tim avait 9 ans. Ensuite, il roulera beaucoup sur divers championnats 85cc, en France, en Allemagne et bien sûr en Belgique. A 14 ans, il est temps de passer en 125cc.Tim prend le temps de s’adapter à cette nouvelle cylindrée avant de faire quelques apparitions en Belgique en France. Trois ans plus tard, même stratégie lors du passage en 250cc.

Tim Louis (à gauche) sur le podium Inters MX2 du motocross AMPL de Gesves l’été dernier.

L’an passé, Tim Louis se fait un nom sur le championnat de Belgique de motocross, qu’il a décidé de privilégier pour pouvoir mener de front ses études. Plusieurs belles prestations à la clé et une saison qui se clôture sur une victoire à Orp en Inters MX2. Sauf que la saison n’était en fait pas tout à fait terminée pour le Liégeois puisqu’il allait apprendre sa sélection au sein du team belge pour la Coupe de l’Avenir.

“L’ambiance, le public, le team derrière toi,… La Coupe de l’Avenir est une expérience unique !”

“Tout c’est passé très rapidement. On m’a appelé suite à la blessure malheureuse de Cyril Genot”, se souvient-il. “Nous n’avons pu faire qu’une journée d’entraînement pour connaitre l’équipe. Au niveau de la course, je n’étais pas à 100%, je n’ai pas fait non plus les bons choix sur la moto et, pour couronner le tout, un problème mécanique le dimanche matin au warm-up a engendré beaucoup de stress. Ce qui a fait que je n’ai pas pleinement profité comme je l’aurais voulu. Sans compter que je n’ai pas su montrer de quoi j’étais vraiment capable. Néanmoins, c’était un vrai régal de pouvoir représenter mon pays sur un évènement aussi connu et prestigieux que la Coupe de l’Avenir. L’ambiance, le public et le team derrière toi en font une expérience unique.”

Nouvelle saison, nouveaux objectifs pour Tim Louis. En 2018, il s’attaque au championnat d’Europe EMX300. “J’ai reçu ma Husqvarna 250 2-temps une semaine avant l’ouverture du championnat”, explique-t-il. “Autant dire que j’ai à peine eu le temps de prendre mes marques sur cette moto, sans possibilité de faire beaucoup de réglages. Arrivé à Valkensward, on se retrouve avec une météo de folie ! Mon but en m’alignant au championnat d’Europe 300 cc était de rentrer dans le top-20. C’était chose faite avec une 14ème et une 16ème places en Hollande. Prometteur ! Et en effe, la deuxième épreuve en Espagne à Red Sand c’est encore mieux passée: une 11ème  et une 12ème places… Jamais je n’aurais imaginé pouvoir me battre pour un top-10 ! ” Une très belle 4ème place sur le motocross inter à Mons en MX2 confirmait ensuite l’état de forme actuel de Tim.

“Mon objectif principal : prendre un maximum de plaisir à moto !”

“Nous avons profité des vacances de Pâques pour travailler un maximum sur les suspensions. On verra ce que cela donne sur les prochaines courses” poursuit le pilote Husqvarna. “Mon objectif principal a toujours été et sera toujours de prendre un maximum de plaisir sur ma moto et de travailler encore et encore pour que les résultats continuent d’être aussi bons. Mon programme 2018 est bien chargé avec le championnat d’Europe 300 au complet, le championnat FMB en Inters MX2 et quelques courses en France.”

“Je voudrai finir par remercier Anquety Motor Sport, mon concessionaire Husqvarna, Husquvarna Belgique, Fl Racing MX Team et les différents partenaires qui me suivent, mes parents, ma sœur et toutes les personnes qui me suivent de près ou de loin… Restez connectés sur MXMag pour suivre mes résultats !”

 

Texte & photos : Nicolas Martin

Vos commentaires