Motocross MXGP

Darian Sanayei : Un Américain en Europe

Darian Sanayei : Un Américain en Europe
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Originaire de Seattle, la ville la plus importante de l’Etat de Washington aux États-Unis, Darian Sanayei fait partie de ces pilote américains qui viennent tenter leur chance en Europe. A 22 ans, il a derrière lui une carrière longue de 16 saisons, dont les 3 dernières en Europe, avec Bud Racing en championnat EMX250 puis avec le team Kawasaki DRT en MX2 ces deux dernières années.

Vice-champion d’Europe 250 en 2016, il termine sa première saison MX2 à la 11ème place. Cette année, Darian est malheureusement absent depuis le GP d’Arco di Trento après s’être blessé au genou sur le championnat britannique. Avant cela, il avait été l’un des grands animateurs du début de saison sur le mondial MX2, prenant notamment une seconde place dans la deuxième manche du GP d’Espagne après avoir terminé 3ème de la deuxième manche du GP d’ouverture de la saison en Argentine.

Qu’est-ce qui t’a poussé à choisir le championnat MXGP plutôt que celui de l’AMA, la fédération américaine ?

Darian Sanayei : “J’ai fait la connaissance du championnat MXGP il y a quelques années et je me suis dit que je pourrais très bien partir en Europe pour le disputer et vivre ainsi une expérience inoubliable.”

Quels étaient alors tes objectifs ?

Darian Sanayei : “Quand je suis arrivé en Europe pour la première fois, mon objectif était de rentrer dans le top-3 de la catégorie EMX250.”

Penses-tu que les championnats européens sont plus adaptés que ceux aux États-Unis pour débuter une carrière professionnelle ?

Darian Sanayei : “Je ne sais pas exactement si c’est mieux pour débuter mais j’aime le professionnalisme et la structure des courses en Europe. Les pistes sont très difficiles. Cela ne peut être qu’un avantage d’apprendre à rouler sur de telles pistes en étant jeune.”

“Pour aller vite en Europe, il faut être efficace sur tous les plans.”


Qu’est-ce que les pistes européennes t’apportent par rapport à celles des USA?

Darian Sanayei : “Mon ressenti des pistes en Europe c’est que, pour aller vite, il faut être efficace sur tous les plans, à la fois dans les réglages de la moto et dans notre pilotage.”

La catégorie MX2 est connue pour son niveau particulièrement relevé. Penses-tu qu’elle soit plus exigeante que l’AMA 250 pro?

Darian Sanayei : “Il est difficile de dire si le niveau plus élevé que celui d’AMA 250. Je pense toujours que le top de la classe 250 est un peu plus rapide sur leurs propres circuits typés US. Par contre, sur une grande variété de pistes telles que la terre, les cailloux ou le sable profond, la catégorie MX2 pourrait sans doute être plus rapide.”

 


Envisages-tu de rouler en catégorie MXGP dans le futur?

Darian Sanayei : “Oui, je l’ai déjà envisagé mais je pense que ma première option sera malgré tout l’AMA 250.”

Quelle a été la chose qui t’a le plus frappé lors de ton arrivée en Europe ?

Darian Sanayei : “La compétitivité des pilotes issus de tous ces pays différents. Ils sont là strictement pour les affaires et non pas pour le plaisir !”

La vie en Europe te plaît ?

Darian Sanayei : “Je suis maintenant en Europe depuis près de 3 ans maintenant et je me plais bien. J’ai vécu en France, en Angleterre et dernièrement en Belgique. Bien sûr, je préfère toujours ma vie aux USA car c’est exactement ce à quoi je suis habitué.”

Parle-nous de ta blessure, qu’implique-telle pour toi actuellement ?

Darian Sanayei : “En ce moment, mon genou se reconstruit peu à peu. Cela prend du temps mais je fais tout ce que je peux pour être de retour à 100% la saison prochaine.”

Du changement pour la saison prochaine ?

Darian Sanayei : “Non, on continue comme cette année. En 2019, je roulerai encore en MX2 dans la structure DRT Kawasaki.”

 

Texte & photos : Loïc Lassence

Vos commentaires