Motocross

Stefan Everts : “Je me suis lancé le défi de remonter un jour sur une moto”

Stefan Everts : “Je me suis lancé le défi de remonter un jour sur une moto”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

En décembre 2018, le monde du motocross tremblait : celui qui incarne à lui tout seul la discipline était annoncé plongé dans le coma, victime de la malaria. Un an plus tard, Stefan Everts lutte toujours contre cette terrible maladie contractée sur une course de charité au Congo. Une maladie qui lui a valu plusieurs amputations et beaucoup de souffrance

Un an plus tard, le décuple champion du monde occupe pas mal d’espace dans les médias du nord du pays ces dernières semaines. Après une interview très remarquée dans l’hebdomadaire Dag Allemaal dans laquelle il fait part de sa déception vis-à-vis des responsables politiques belges lorsqu’il s’agit de trouver des solutions pour sauver le motocross en Belgique (lire notre article), c’est dans le quotidien “De Morgen” qu’Everts s’exprime sur sa maladie, sur les mois particulièrement difficiles qu’il vient de passer et sur ses attentes pour l’année qui arrive.

On y apprend notamment que le cas de paludisme d’Everts était particulièrement sérieux et qu’il peut être considéré comme un miraculé. “Les médecins sont venus dans ma chambre pour m’expliquer qu’ils avaient cherché quel était le pourcentage de patients qui avaient survécu avec une telle charge virale dans le sang. Ils m’ont dit qu’ils n’en avaient trouvé aucun, que j’étais un cas unique. Ils ne comprenaient pas. A ce moment, j’ai réalisé à quel point je venais de passer tout près de la mort.”

Everts explique également aux journalistes de “De Morgen” à quel point la maladie l’a contraint à adapter son mode de vie, à modifié sa perception des choses, sa sensibilité aussi. Mais la passion pour le motocross reste évidemment intacte. Aux côtés de Liam dans son ascension vers le plus haut niveau du motocross mondial, Stefan entretient aussi l’espoir de remonter un jour sur une moto. “Après la fin de ma carrière, je pensais qu’avec l’entraînement nécessaire, je pouvais rester le sportif que j’étais. Maintenant, je sais que c’est impossible. Néanmoins, avant de mourir, je veux remonter sur une moto. C’est le défi que je me suis lancé. J’aspire à reprendre le contrôle de mon corps, de sentir à nouveau chacun de mes muscles. »

A LIRE EGALEMENT  Essai : que vaut la Honda 250 CR de 2006 ?

Quand on lui demande ce qu’il attend de 2020, Stefan répond : “Moins de douleur mais aussi que Liam franchisse à nouveau cette année quelques étapes importantes dans sa carrière.”

L’interview complet (en néerlandais) : DeMorgen.be

Photos : Gino Maes

Vos commentaires

Plus de motocross

  • Essai : que vaut la Honda 250 CR de 2006 ?

    Essai : que vaut la Honda 250 CR de 2006 ?

    La Honda 250 CR est-elle encore une machine compétitive ? C’est ce que nos confères de MX Test ont voulu savoir en essayant une CR250 de 2006. Une machine qui …
  • Romain Fèbvre bientôt papa

    Romain Fèbvre bientôt papa

    Après Jeremy Van Horebeek il y a quelques semaines, c’est à présent au tour de Romain Fèbvre d’annoncer qu’il va bientôt devenir papa. Le pilote Kawasaki Monster Energy et sa …
  • Les premières images des Yamaha cross 2021

    Les premières images des Yamaha cross 2021

    Yamaha vient de lever le voile sur sa gamme cross 2021. Une gamme très complète, de la 50cc à la 450cc, dans laquelle la YZ-F 250 évolue en profondeur. Comme …
  • Vidéo : les Yamaha YZF 2021 “Monster Energy Racing Edition”

    Vidéo : les Yamaha YZF 2021 “Monster Energy Racing Edition”

    Yamaha présente deux séries spéciales dans sa gamme cross 2021 : les YZF250 et YZF450 Monster Energy Yamaha Racing Editions. On retrouve les deux machines en action dans ce clip …