Motocross

Rencontre : Tom Brixhe

Rencontre : Tom Brixhe
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Parmi les tout jeunes pilotes de l’AMPL, faisons plus ample connaissance avec Tom Brixhe. A 7 ans, le pilote de Charneux, près de Herve, en région liégeoise, s’apprête à entamer sa troisième année de motocross. Ce sera en 50cc, au guidon d’une Husqvarna, à l’AMPL. Une fédération où son papa Joël roulait encore parmi les Inters il n’y a pas très longtemps.

“C’est grâce à mon papa que j’ai commencé à rouler”, entame le jeune pilote. “J’allais le voir rouler et cela me plaisait bien. Alors, à 5 ans, j’ai reçu ma première moto. Une Yamaha 50 PW. La saison dernière, je suis passé sur une KTM et c’est avec une Husqvarna que je vais rouler cette année.”

“Ce que j’aime dans le motocross ?”, poursuit-il, “Les sauts et les lignes droites. Dans les virages, je dois dire que j’ai un peu peur. J’aime aussi quand je ne suis pas dernier…” Quant aux circuits qu’il apprécie particulièrement, Tom cite volontiers celui de Winville “pour son saut en descente”, et celui d’Harzy. “Je ne sais pas expliquer pourquoi, mais j’aime bien rouler à Harzy.” Et il y a aussi Bastogne. “C’est là que j’ai réalisé ma première course”, précise-t-il.

Comme derrière beaucoup de champions en herbe, il y a un papa passionné aux côtés de Tom. “Mon papa (Joël Brixhe, NDLR) a roulé  longtemps en motocross et a été  jusqu’en Inters. Il a arrêté  lors de ma deuxième saison car cela devenait compliqué de gérer ses courses et s’occupper de moi en même temps. Surtout qu’au début, il devait courrir partout pour me relever avec ses bottes de cross car il roulait juste avant moi. Maintenant, il me consacre tout son temps durant le week-end.

A LIRE EGALEMENT  Photos : trois pilotes sous l'auvent du team CreyMert Racing en 2020

“Je veux remercier Fredo et Aline ainsi que tout le club de Winville, Acerbis, Kanous (Angel’s Photos) pour ses belles photos, tous mes amis du cross qui sont toujours là pour moi et LDC Racing pour le bon entretien de ma moto”, ajoute encore Tom. “Et un merci particulier à mon papa et à ma maman grâce à qui je peux faire le sport que j’aime. Sans oublier ma grande sœur Lola et ma petite sœur Lilou qui me suivent tous les week-ends pour m’encourager.”

Texte: A. Bouille

Vos commentaires

Plus de motocross